13 janvier 2004, Rome -- Le récent tremblement de terre à Bam, en Iran, a gravement affecté les activités agricoles autour de la ville sinistrée, indique la FAO.

La destruction des infrastructures et des habitations a réduit à néant les activités commerciales dans la ville et ses alentours.

Les familles qui tiraient leurs ressources de l'élevage et les planteurs de palmiers-dattiers -- des petits paysans pour la plupart -- sont les plus touchés.

La FAO a lancé un appel de 2,5 millions de dollars en faveur des familles rurales affectées par le tremblement de terre du mois dernier.

Il faudra réparer les conduites d'eau et les canaux qui servent à irriguer les plantations de palmiers-dattiers.

Il faudra aussi fournir des intrants agricoles et soutenir les éleveurs dans le cadre de l'aide d'urgence de la FAO.

Une mission de l'agence des Nations Unies se trouve à Bam pour évaluer de visu les dégâts à l'agriculture et dresser un bilan détaillé des besoins.

Dans la région sinistrée, les agriculteurs cultivaient principalement des dattes (15 000 ha), des agrumes
(7 000 ha), des pistaches, des légumineuses et des céréales.

L'élevage comptait 45 000 bêtes de grande taille et
220 000 bêtes de petite taille. Le lait et la production de fourrage pour le bétail étaient également des activités importantes.

L'agriculture employait plus de 25 pour cent de la population du district, soit quelque 230 000 personnes.

Le séisme a endommagé les canaux d'irrigation (appelés quanat), les puits, les serres, les pompes à moteur et les machines agricoles ainsi que 38 entrepôts frigorifiques pour la conservation des dattes.

La région pourrait manquer de fourrage et de semences pour la prochaine récolte, car les silos ont également été touchés.

Des granges qui abritaient 650 têtes de bétail ont été détruites. Quelque 20 000 bêtes de petite taille et 450 de grande taille ont péri.

La FAO a besoin de 2,5 millions de dollars pour remettre en état les 10 principaux canaux d'irrigation les plus endommagés, pour réhabiliter les plantations de palmiers-dattiers et pour réparer une vingtaine de puits en les équipant de pompes à eau.

En outre, l'Organisation a besoin de fonds supplémentaires pour réhabiliter le secteur économique dans la région sinistrée.

Les infrastructures agricoles endommagées, les granges, les enclos pour le bétail, les semences, les engrais et le fourrage sont autant de priorités pour la FAO.

"Les interventions d'urgence permettront aux agriculteurs les plus affectés par le séisme de retourner à leurs champs et faire redémarrer la production. L'aide de la FAO contribuera à assurer la sécurité alimentaire aux familles les plus vulnérables", précise Anne M. Bauer, Directrice, Division des opérations d'urgence et de la réhabilitation.
Contact:
Nuria Felipe Soria
Relations médias, FAO
nuria.felipesoria@fao.org
(+39) 06 570 55899