Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Consultations électroniques ouvertes du HLPE

Consultation
-

Promouvoir la participation et l’emploi des jeunes dans le secteur agricole et les systèmes alimentaires - Consultation électronique du HLPE sur la portée du rapport

Lors de sa 46e session plénière (14-18 octobre 2019), le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) a demandé à son groupe d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (GrEHN ou HLPE) de produire un rapport intitulé «Promouvoir la participation et l’emploi des jeunes dans le secteur agricole et les systèmes alimentaires», à présenter en 2021 (la demande est reproduite ci-dessous) [1].

Le rapport, qui formulera un ensemble de recommandations pour l’axe de travail éponyme du CSA:

  • Présentera les possibilités et les facteurs contraignants en matière de participation et d’emploi des jeunes dans les systèmes agricoles et alimentaires, y compris l’accès des jeunes aux éléments suivants:
    1. connaissances, informations et éducation;
    2. terres, ressources naturelles et intrants servant à la production;
    3. outils de production, vulgarisation, services consultatifs et financiers;
    4. programme de formation, d’éducation et de mentorat;
    5. innovation et nouvelles technologies;
    6. marchés;
    7. processus d’élaboration de politiques.
  • Examinera les aspects concernant l’emploi, les salaires et les conditions de travail;
  • Recensera les règles, la réglementation et les approches en matière de politiques, y compris les approches territoriales, qui doivent permettre de faire face à la complexité des transformations structurelles, économiques, culturelles, sociales et spatiales qui s’opèrent actuellement dans le monde entier;
  • Montrera comment les systèmes alimentaires et des liens renforcés entre zones rurales et zones urbaines peuvent contribuer à accroître le nombre et la qualité des emplois pour les jeunes et les femmes. Examine aspects related to employment, salaries, and working conditions.

Pour mettre en œuvre cette demande du CSA, le GrEHN/HLPE lance une consultation électronique ouverte afin de recueillir des points de vue et observations sur la portée et les éléments constitutifs du rapport, décrits ci-dessous.

 

Veuillez prendre note du fait que, parallèlement à cette consultation visant à établir la portée du rapport, le HLPE invite les experts intéressés à poser leur candidature pour faire partie de l’équipe du projet chargée d’élaborer ce rapport. L'Appel à candidature restera ouvert jusqu'au 21 janvier 2020. Cliquez ici pour plus de détails (en anglais).

Avant-projet relatif à la portée du rapport du HLPE sur le thème: «Promouvoir la participation et l’emploi des jeunes dans le secteur agricole et les systèmes alimentaires» proposé par le Comité directeur du HLPE

La participation des jeunes (femmes et hommes) est essentielle pour assurer la transition vers une agriculture et des systèmes alimentaires durables et sains. On estime que plus de 2 milliards d'enfants naîtront dans le monde entre 2015 et 2030 (ONU, 2015 [2]). La majorité de ces enfants se trouvera en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, où l'agriculture et les systèmes alimentaires constituent le plus gros employeur et où les besoins en termes de disponibilité, d'accès et de qualité des aliments et de la nutrition sont les plus grands. Il existe un important réservoir inexploité d'emplois dans le secteur agroalimentaire, qui est de plus en plus limité par d'importantes contraintes de main-d'œuvre dans de nombreuses régions du monde. Cependant, en raison de l'accès limité à la terre, aux ressources naturelles, aux infrastructures, aux finances, à la technologie, aux marchés, aux connaissances et aux mauvaises conditions de travail, le secteur ne peut être considéré comme attractif et durable pour les jeunes. Il y a une forte incidence d'informalité, de travail occasionnel, de sous-emploi, de travail des enfants, de travail forcé, de pauvreté au travail et parmi les taux les plus faibles d'accès à la protection sociale et à la syndicalisation dans le secteur agricole. Très souvent, les jeunes femmes, une fois mariées, sont principalement engagées dans l'agriculture, souvent pour leur subsistance, tandis que les jeunes hommes quittent le secteur à la recherche d'autres opportunités de revenus et d'une plus grande autonomie. Les normes traditionnelles et culturelles discriminatoires défavorisent les femmes en ce qui concerne l'accès aux ressources productives, limitant leur capacité à innover dans leurs exploitations. Il est donc important de mieux comprendre les aspirations des jeunes, différenciées selon le sexe, la classe sociale, l’appartenance ethnique et autres formes de différence, afin de permettre la mise en place de systèmes alimentaires durables.

Alors que la moyenne d'âge mondiale de ces agriculteurs approche les 60 ans, il est essentiel de concevoir des systèmes, des politiques et des programmes qui attirent davantage les jeunes vers l’agriculture, les systèmes alimentaires et les métiers connexes, notamment la recherche et l'innovation. Celles-ci devraient fournir des espaces et des mécanismes de participation, ainsi que des possibilités d’entreprenariat. L'agriculture de subsistance traditionnelle n'est pas attrayante pour les jeunes et il est essentiel de transformer l'agriculture et les systèmes alimentaires d'une manière qui présente un défi intellectuel et qui soit économiquement rentable. Pour que les jeunes restent dans l'agriculture, il faut également améliorer le niveau de vie et la qualité des services dans les zones rurales et les villes de taille moyenne.

La participation et le leadership des jeunes femmes et hommes dans l'agriculture et les systèmes alimentaires sont essentiels car les jeunes doivent être reconnus en tant qu'agents de changement et non seulement en tant que bénéficiaires d'aides et de mesures de soutien. La participation des jeunes à la prise de décisions concernant l'agriculture et les systèmes alimentaires nécessite de créer un environnement propice, grâce à la mise en place de mécanismes spécifiques permettant aux jeunes de faire entendre leurs voix; et la reconnaissance du statut social, économique, culturel et politique de la jeunesse pour lui permettre de participer pleinement. L’environnement législatif et institutionnel influe sur le respect des droits des jeunes, sur leurs conditions de travail et d’emploi, ainsi que sur leur participation effective. La cohérence entre les politiques et les législations sectorielles et de l'emploi doit être encouragée afin de garantir qu'il n'y ait pas d'objectifs contradictoires dans les différentes politiques et que les politiques se renforcent mutuellement.

Les objectifs de ce rapport sont de mieux comprendre les raisons différenciées selon le sexe de la participation limitée des jeunes dans l’agriculture et les systèmes alimentaires, de définir de nouvelles opportunités pour les jeunes d’améliorer leur efficacité et leur durabilité, et de formuler des recommandations pour faciliter leur engagement actif et leur emploi. Ces recommandations seront conformes aux objectifs de développement durable (ODD), en particulier aux objectifs 2, 3 et 5, ainsi qu’à d’autres accords conclus aux niveaux mondial et régional.

Au cours de cette consultation électronique, le comité de direction du GrEHN/HLPE sera heureux de recevoir vos commentaires. En particulier, vous êtes invités à:

  • Exprimer vos commentaires sur les objectifs et le contenu de ce rapport, comme il est indiqué ci-dessus;
  • Partager des bonnes pratiques et expériences réussies pour améliorer la participation des jeunes à la gouvernance de l'agriculture et des systèmes alimentaires, s'attaquer aux obstacles qui empêchent les jeunes de s'engager en tant qu'entrepreneurs et créer des opportunités de travail décent pour les jeunes dans l'agriculture et les systèmes alimentaires, à différentes échelles (du local au global) et pour différents acteurs (publics, privés ou de la société civile), y compris en ce qui concerne les aspects législatifs et de création d’environnements propices;
  • Partager les références les plus récentes à prendre en compte dans ce rapport;
  • Fournir des informations en retour sur les questions suivantes, en identifiant les problèmes de genre, afin de guider l'élaboration du rapport:
    1. Pourquoi est-il nécessaire de promouvoir la participation et l'emploi des jeunes dans l'agriculture et les systèmes alimentaires? 
      Quels sont les principaux problèmes et opportunités?
    2. Comment l'évolution et les transitions de l'agriculture, des systèmes alimentaires et de la nutrition affectent-elles la participation et l'emploi des jeunes?      
      Comment l’emploi dans l’agriculture et les systèmes alimentaires peut-il devenir plus attrayant pour les jeunes, compte tenu en particulier du continuum rural-urbain?     
      Que faudrait-il pour améliorer les niveaux de vie et les services dans les zones rurales et les villes moyennes, afin de retenir les jeunes et les jeunes familles?
    3. Quelles transformations de la gouvernance sont nécessaires pour permettre et encourager la participation des jeunes d l'agriculture et aux systèmes alimentaires, et quelles actions sont nécessaires pour doter les jeunes des compétences et de la confiance nécessaires pour participer pleinement à ces processus décisionnels?
    4. Quelles sont les voies les plus prometteuses pour transformer les systèmes agricoles et alimentaires actuels dans les pays en développement afin de les rendre plus attrayants pour les jeunes?
    5. Quelles sont les meilleures stratégies pour engager pleinement les jeunes, en particulier les jeunes femmes, dans les opportunités d’acquérir les compétences adéquates et les opportunités d’apprentissage pour développer davantage leurs connaissances et leur permettre d’être des leaders dans l’agriculture innovante et la transformation des systèmes alimentaires?
    6. Quelles sont les politiques les plus appropriées pour lever les obstacles qui empêchent les jeunes d’entreprendre et / ou de développer des activités dans l’agriculture et les services connexes, la chaîne alimentaire, l’agroécologie et l’environnement alimentaire, ainsi que dans les domaines de la nutrition et de l’innovation, en fonction de leurs compétences, aspirations, atouts et contextes?
    7. Quelles sont les politiques et les initiatives les plus appropriées pour faciliter la transition de l’éducation au marché du travail et le recrutement et le maintien des jeunes dans les activités liées à l’agriculture et aux systèmes alimentaires? Quels sont les nœuds et activités dans les chaînes d'approvisionnement qui présentent le potentiel le plus élevé pour générer des emplois décents pour les jeunes? Quels nouveaux types de formations sont nécessaires pour favoriser davantage d'approches agroécologiques de l'agriculture?
    8. Quelle est l'ampleur des écarts de salaires en défaveur des jeunes, et en particulier des jeunes femmes, dans l'agriculture et les systèmes alimentaires, et quelles sont les expériences réussies en matière de suppression de ces écarts de salaire?
    9. Quelles données sont nécessaires pour soutenir l'élaboration de politiques visant à renforcer la participation et l'emploi des jeunes et à sensibiliser aux besoins, vulnérabilités et opportunités spécifiques des jeunes défavorisés?
 

[1] La demande du CSA relative au 16e rapport du HLPE est extraite du «Programme de travail pluriannuel 2020-2023 du CSA» (réf: CFS 2019/46/7), disponible à l'adresse : http://www.fao.org/3//na703fr/na703fr.pdf

* Cliquez sur le nom pour lire tous les commentaires mis en ligne par le membre et le contacter directement

Pages