Re: HLPE consultation on the V0 draft of the Report: The Role of Sustainable Fisheries and Aquaculture for Food Security and Nutrition

Government of France ,
15.01.2014

Position Française

Le rôle de la pêche durable et de l'aquaculture dans la sécurité alimentaire et la nutrition

 

      Contributions : AFD, IDDRI

      Ces commentaires ne préjugent pas de la position française sur le document final

Le GISA salue les travaux menés par le panel d’expert de haut niveau (HLPE) du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) dans le cadre du rapport « Le rôle de la pêche durable et de l'aquaculture dans la sécurité alimentaire et la nutrition».

Cette première version du rapport aborde les problématiques du secteur halieutique vus sous le prisme de la sécurité alimentaire et apporte des éclairages précis sur les points suivants :

  • les valeurs nutritionnelles du poisson, les relations entre poisson et santé et entre poisson et sécurité alimentaire et nutrition sont bien analysées et précises.
  • les approches de gestion écosystémiques par stock de poissons permettent d'aborder correctement les fondements de la crise des pêches.
  • le rôle de la petite aquaculture artisanale dans la sécurité alimentaire est justement mis en avant.
  • le rapport détaille dans un chapitre entier la question genre qui a une importance significative dans le secteur pêche et aquaculture.
  • le marché international des produits de la mer est présenté sous ses deux aspects, positif et négatif, pour la sécurité alimentaire, ce qui est objectif.
  • La pêche illégale, qui porte préjudice à la santé des stocks halieutiques et donc à la sécurité alimentaire, est bien mentionnée, quoique le sujet soit traité de façon très synthétique.

Le GISA souhaiterait néanmoins profiter de la consultation électronique pour souligner quelques points :

      Le rapport gagnerait à analyser davantage la contribution de la pêche industrielle et celle de la pêche artisanale à la sécurité alimentaire sans les opposer. Même s'il est vrai que la pêche artisanale dégage une meilleure valeur ajoutée à la tonne capturée, la capacité des deux modes de pêche à contribuer à la sécurité alimentaire dépend fortement de la zone de pêche, des ressources ciblées, des engins de pêche utilisés, de la destination des produits etc … Le rapport pourrait aborder de manière plus objective cette question centrale au risque d'être perçu comme trop idéologique et approximatif ce qui desservirait l'analyse globale du rapport. Faire du soutien exclusif de la pêche artisanale par les États une recommandation finale du rapport pour la sécurité alimentaire semble maladroit ; le rôle majeur que joue la pêche artisanale pour la sécurité alimentaire, ne doit pas masquer la contribution des autres modes de pêches, tout en proposant des recommandations adéquates, y compris si nécessaire de garde fous,  afin de veiller à leur contribution effective à la sécurité alimentaire. La pêche artisanale n'étant par ailleurs pas garante d'une absence de surexploitation des ressources[1]. Le rapport devrait préciser qu'il n'existe pas de définition reconnue internationalement de la pêche artisanale (« small-scale fisheries »). Ce sont les Etats, au cas par cas, qui adoptent des législations indiquant quels navires/arts de pêche peuvent être considérés comme relevant de la pêche artisanale. Or, il est difficile, dans ce contexte, de faire des amalgames entre par exemple des navires de pêche artisanale norvégiens, motorisés, suréquipés et pêchant de grandes quantités de poisson, et de simples pirogues comme ce que l’on peut trouver en Afrique de l’Ouest. Il y a ici une généralisation, qui mériterait une analyse plus fine .

           Pour les grands chalutiers pélagiques traquant essentiellement le chinchard noir, petit pélagique hauturier dont la vitesse d’évitement des engins de pêche empêche sa capture par des embarcations artisanales, l'approche entre la pêche artisanale et la pêche industrielle mériterait d'être plus balancée dans le rapport. En termes de sécurité alimentaire, ces navires approvisionnent en poisson congelé à bas prix la population des pays du Golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Bénin, Nigeria, Cameroun, … ).  Cette pêche doit être encadrée (régime des droits d’accès à la ressource, partage de la valeur ajoutée avec l’Etat hôte) mais elle a le mérite de mettre en valeur une ressource qui serait inatteignable par la pêche artisanale, tout comme l’exploitation des thonidés du large (mais qui elle ne participe pas à la sécurité alimentaire, pêche exportatrice sur les places thonières mondiales). Malheureusement certains chalutiers ne respectent pas la réglementation nationale ou l’allocation qui leur a été faite, d’où le mécontentement des acteurs de la pêche artisanale.

      Le rapport ne traite pas des difficultés statistiques du secteur des pêches et donc de l’imprécision des chiffres relatifs à la part du poisson dans la sécurité alimentaire (le montant global des captures, la part destinée à l’autoconsommation, les sous déclarations de certains pays à la FAO, les captures de la pêche continentale et le volume de production des élevages piscicoles villageois …). Le nombre d’emplois directs et indirects dans le secteur halieutique résultent plus souvent d’extrapolations/évaluations que d’enregistrements statistiques. A ce titre on peut citer le tableau 4.2 qui donne 129 000 emplois dans le secteur pêche au Sénégal alors qu’il s’agit du nombre de pêcheurs : les statistiques nationales relèvent 600 000 emplois directs et indirects. Une  mention  de  ce sujet serait nécessaire pour nuancer les approches quantitatives et donner des fourchettes d’erreurs.

      Plusieurs chiffres sont donnés sur les emplois directs et indirects et sur la population mondiale dépendante de la pêche. Le rapport se base sur les dernières actualisations faites par Thomson et les statistiques FAO, soit 32 millions de pêcheurs dans le monde. Il est communément admis que ces statistiques sont sous-estimées, parce qu’elles ne tiennent compte que des emplois enregistrés, et donc sans estimation des emplois non enregistrés et  sans conversion en Equivalent Temps Plein des pêcheurs pratiquant ponctuellement cette activité. Les chiffres que l’on trouve dans la littérature mondiale citent plus volontiers le double, 60 millions pêcheurs, avec 120 millions d’emplois induits dans le secteur, soit une population dépendante de la pêche d’environ  600 millions de personnes.

           Le rôle de l’aquaculture à petite échelle dans la  sécurité alimentaire mériterait d’être illustré par un encart sur la réussite du tilapia en Egypte (poissons très bon marché pour les couches socio-économique les plus défavorisées) et en Thaïlande. Le rapport recommande d’ailleurs de se focaliser sur les espèces omnivores, nécessitant peu de farine de poisson et peu d’huile de poisson dans leur alimentation.

           Le document critique à juste titre la capture du frai et des juvéniles de poissons dans le milieu naturel de certaines filières aquacoles, en tant que perturbation anthropique des stocks sauvages. Une exception devrait être soulignée dans le rapport sur la conchyliculture où le captage du naissain en milieu naturel est à l’échelle mondiale la méthode usuelle, bon marché et sans danger pour les stocks de mollusques concernés.

      Le rôle actuel et futur des Aires Marines Protégées, notamment en tant qu’outils contributifs aux plans d’aménagement des pêcheries et pas seulement en tant qu’outils de conservation n'est pas mentionné dans le rapport. Alors que l'existence des AMP permet de préserver ou de réguler certains stocks halieutiques et  jouent donc un rôle dans la sécurité alimentaire.

      Quelques remarques sur la partie consacrée à la pêche illégale dans la partie 5.2 relative à la gouvernance de la pêche :

  • Aux lignes 11 et 12, les auteurs parlent de la Global Ocean Commission comme d’une autorité compétente en la matière, au même titre qu’Interpol. Or, cette commission est un club de réflexion visant à promouvoir certaines idées relatives à la gouvernance des océans sans aucun pouvoir en la matière.
  • Les auteurs mentionnent également ligne 12 que l’attention est maintenant tournée vers les « flag, coastal and port States » et regrettent qu’un lien ne soit pas fait avec la pêche artisanale. Tout d'abord, il serait souhaitable d'inclure dans cette liste les « market States », les Etats qui importent beaucoup de produits de la pêche, et qui sont eux aussi l’objet d’une attention croissante[2]. Ensuite, les instruments discutés dans cette partie (le plan d’action de la FAO et l’accord sur les mesures de l’Etat du port) sont des instruments internationaux qui entendent avant tout réglementer les obligations et responsabilités des Etats en la matière, donc il est tout à fait légitime que les Etats soient les premiers destinataires et visés dans ce type d’instruments. Le plan d’action de la FAO a vocation à être ensuite adopté au niveau national, pour que soit mis en place des standards minimum de mesures et de moyens de contrôle du port afin d'assurer une lutter efficace contre la pêche INN (illicite), et c’est dans ce cadre que les Etats pourront faire la distinction, s’ils le souhaitent, entre pêcheries industrielles et pêcheries artisanales. Par exemple, l’UE, dans le cadre de son règlement 1005/2008 sur la lutte contre la pêche INN a simplifié considérablement le système des certificats de capture pour les captures de poissons en provenance de navires de pêche artisanale. 
  • Il est indiqué qu’il n’y a pas de distinction faite entre ce qui est illégal, non déclaré et non réglementé. Or, le plan d’action de la FAO définit clairement ces trois types de pêche. Le manque de distinction peut en effet exister au niveau des conséquences qui existent à s’engager dans ce type d’activités[3]. Il s’agit ici de peser sur les Etats pour qu’ils s’engagent dans le développement de réglementations pour la bonne gestion et le suivi des stocks exploités par leurs pêcheurs, ce qui bénéficiera aux pêcheurs eux-mêmes, qui ont tout intérêt à avoir des stocks en bon état pour continuer à en vivre. Les réglementations, comme dans le cas du règlement européen sur la pêche INN, peuvent être adaptées au cas de la pêche artisanale, pour prendre en compte ses spécificités.

[1]   Surexploitation des poissons démersaux côtiers au Sénégal, de la crevette dans les mangrove à Madagascar, stocks côtiers en Inde ...

[2]          l’OIPC (interpol) offre des perspectives intéressantes en matière de coopération pour lutter contre les marchés noirs de poisson et les trafics qui les alimentent.

[3]          Le règlement CE n°1005/2008 donne également trois définitions assez précises.