Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Global Forum on Food Security and Nutrition • FSN Forum

Re: Policy outreach and communications - what works for improving food security and nutrition at the country level?

H.M. Prosper Monde
H.M. Prosper MondeRéseau Nourriture Saine Bénin_Slow FoodBenin
  1. Quelles stratégies et voies innovatrices avez-vous utilisées pour contacter les décideurs et faire en sorte qu'ils communiquent leurs nouveaux besoins ? 

1.1 Stratégie de Captage Expert des besoins 

La gestion de l’information dans les domaines de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de la nutrition demande au personnel en charge de cette action de développer une attitude experte.

L’attitude experte permet de capter rapidement les déficits en information afin d’établir les besoins à satisfaire. L’attitude experte  est utilisée pendant les évènements/rencontres réunissant les décideurs (séminaires, ateliers, séances de planification, suivi, évaluation, conférences, débats télévisés, etc.). L’attitude experte du gestionnaire de l’information se base sur des guides repères experts conçus qui permettent d’identifier les besoins non exprimés des décideurs qui n’en sont pas conscients.

1.2 Utilisation de la Vision Imagée du Changement 

C’est un outil très important pour :

  • visualiser à l’avance les effets et l’impact attendus des interventions dans la sécurité alimentaire et la nutrition au regard des difficultés et problèmes que rencontrent les acteurs locaux, régionaux, nationaux ;
  • analyser les interventions conduits ;
  • analyser les informations susceptibles d’induire ces changements aux niveaux désirés en termes de valeur et de valeur ajoutée ;
  • cibler les acteurs en rapport avec les types d’information et en fonction de la nature de cette dernière : (i)demandes exprimées, (ii)besoins sentis et non exprimés sous forme de demandes et (iii)besoins non sentis.

1.3 Enquêtes classiques pour relever ou recenser les besoins (DEMANDES) des décideurs couplée avec une Grille d’Analyse pour la  Priorisation des Options Stratégiques

Pas besoin d’expliquer ces stratégies.

  1. Avez-vous déjà modifié de façon significative votre stratégie de communication ou de sensibilisation ? Comment avez-vous procédé à ces changements ? Avez-vous obtenu de meilleurs résultats ? 

Les modifications doivent être faites tout le temps aux stratégies de communication ou de sensibilisation en terme d’innovations sous formes de produits et services, de processus, d’organisation, d’institution et de politique.

C’est un travail permanent et pas du tout facile. Mais il est efficace car impacte.

Les résultats sont toujours meilleurs en termes de rapidité, de compréhension, d’acceptation, d’adoption.

  1. Quel rôle les intermédiaires (à savoir les médias, les défenseurs ministériels au sein du gouvernement, etc.) jouent-ils pour vous aider à faire connaître vos recommandations aux décideurs? 

Ils ne sont pas toujours conscients du rôle important qu’ils doivent jouer pour améliorer les situations existantes. Leur état d’utilité change beaucoup au gré de leurs intérêts (politique, financiers) de l’instant : utiles hier et inutiles aujourd’hui ;  inutiles hier et utiles aujourd’hui, de vrais caméléons. Que reste-t-il, saisir les opportunités offertes avec des choses CONCRETES PAS LA THEORIE, des PRODUITS/SERVICES FINIS.

  1. En tant que responsables de l'élaboration de politiques ou d'utilisateurs de l'information relative à la sécurité alimentaire et à la nutrition, comment faites-vous part de vos besoins en information à ceux qui la produisent ? Quels sont les éléments dont les producteurs de l'information devraient tenir compte pour essayer de favoriser l'utilisation des preuves par les responsables de politiques ?
  • Je leur écris et fais aussi des suggestions pendant les rencontres formelles. Je fais inscrire sous forme de sous activités ou tâches à accomplir, etc.
  • La qualité de l’information :
  • vraie,
  • précise sans détour ou point à éclaircir,
  • utilisateur final
  • utilité par rapport à quoi elle est destinée. Elle va générer quoi : un produit, un service, un processus, une forme d’organisation, une institution ou une politique…..
  • Les opportunités (toutes) offertes dans les contextes en cours aux niveaux national, régional, continental, international: crise, catastrophe, etc.

Etudes de cas et des exemples concrets de réussite en matière de sensibilisation

Objet de la sensibilisation : Rendre plus efficace la stratégie de constitution des stocks de sécurité alimentaire gouvernementaux basée essentiellement sur le maïs collecté par les commerçants et le riz don japonais en vigueur jusqu’en 2004 au Bénin (à l’Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire - ONASA)

Cibles de la sensibilisation :

- Ministre de l’agriculture (ex Ministre Fatiou Akplogan)

- Membres du Gouvernement

- Conseil d’Administration

- Directeurs, Chefs service et autres collaborateurs

Bénéficiaires finaux de la sensibilisation :

- Producteurs de vivriers excédentaires du Bénin

- Ménages consommateurs nationaux (populations, parlementaires, personnel de la Présidence de la République, tous les personnels des ministères et des autres institutions)

- Ménages consommateurs de la sous-région

Outils de sensibilisation :

- Mémorandum sur la sécurité alimentaire au Bénin

- Plaidoyers 

- Fiches d’opération technique et économique

- Fiches communication

- Démonstration

- Guides pour la nutrition (Pourquoi manger le riz produit localement ; Pourquoi manger les produits vivriers sains ; Pourquoi manger le sorgho ; etc.)

Canaux de communication pour la sensibilisation :

- Comité de direction

- Sessions spéciales négociées

- Séances personnalisées

- Session ordinaire du Conseil des Ministres

- Session ordinaire du Conseil d’Administration

- Courriers ordinaires aux institutions publiques et non

- Radios et télévisions

Innovations proposées AU NIVEAU MACRO:

- Nouveaux Produits : Achat des excédents vivriers paysans (Riz local, Sorgho, Mil, Soja) et Gari issu du Manioc transformé dès 2005 et intensifié dès 2008. Cession des engrais spécifiques pour les cultures vivrières dès 2008.   

- Nouveaux Services : Assistance-Conseil en alimentation et nutrition aux ménages (en rapport avec l’approvisionnement, l’utilisation des nouveaux aliments) grâce aux informations de l’Unité SQR (Service Questions - Réponses)

- Nouveaux Processus : Financement spécifique du Gouvernement ; Les processus de collecte, de conditionnement, de stockage et de cession des nouveaux produits

- Nouvelles Formes d’organisation : Gestion comptable des fonds spécifiques ; Décentralisation, déconcentration, contractualisation de quelques tâches  

- Nouvelles  institutions et politique : Nouvelles institutions créées en 2008 (87 Boutiques Témoins dans toutes les Collectivités décentralisées), en 2010 (02 rizeries installées à Malanville et Glazoué). Elaboration du PNSA (Programme National Sécurité Alimentaire) en 2007. Avènement de nouveaux projets.