Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Foro Global sobre Seguridad Alimentaria y Nutrición • Foro FSN

Re: Rural radio and community media: empowering rural youth for resilient livelihoods and improved food security and nutrition

Peter Steele
Peter SteeleAustralia

>> VERSION FRANÇAISE CI-DESSOUS

Rural radio – communicator par excellence

Hello Everyone,

Surprisingly, this particular debate linking radio with young people in West Africa has not attracted the number of contributions that I would have thought it deserved. Why is that? That said, there are some valuable messages incoming and, if many are not directly linked to employment and livelihoods, then they emphasis the value of radio as a means of communicating with rural people; people who may have neither the time, nor the interest, nor the capabilities of using social on-line networking.

Value of rural radio

Raymond Erick Zvavanyange of the MinAgric in Zimbabwe best summarizes my particular experience of rural radio well, and I have taken advantage of his opening statement as a summation of my views:

‘Rural radio is a potent force and power in any society’s advancement despite the current society’s fixation on science, technology, and innovation and its distant cousin – social media and online networking, as the top tools to communicate and effect change among individuals, people, and communities.’

Raymond Erick further qualifies his statements with two excellent case studies that relate to young people and their sexuality and personal health with information and messages that are not always available within the immediate local community – for all kinds of reasons, but which are typical of conservative and traditional societies that are sometimes unable to discuss these kinds of issues openly.

Other contributors have provided ideas and approaches to employment and livelihoods – encompassing market information, extension advice, farmer-to-farmer interviews and business opportunities (to name just a handful of sectors). People have highlighted issues of maintaining routines with broadcasting, promoting and then retaining popular broadcasters and targeting key sectors of the rural community with information, language, scripts, actors and more that relate to the everyday life of the people on the receiving end.

Like many others in the agricultural development industries I have enjoyed irregular opportunities for broadcasting over the years; much depends upon the rapport that is developed between the reporters at the local (or national) radio station responsible for broadcasting and those of us who may have messages to share. And, importantly then take the time, make the effort and show interest in becoming further involved.

Death on the farm

My contribution then links to the immediacy of rural radio for sharing key messages – to stimulate action. One of a number of Agricultural Engineers at an R&D Institute in New Zealand many years back, I were called out together with a colleague to investigate a farm accident from the previous day in which a tractor driver baling hay had tragically been killed; he had been taken into the machine (when trying to clear a blocked pickup). For those of you who are not machinery people – bear with me – but you need to appreciate that this design baler had a bale chamber that remained fixed in size as it rotated and simply packed the forage in lose, only compressing the outer layers just prior to twine wrap and ejection. The key point being that the tractor driver had not been killed at point of ingestion, but was thought to have remained alive in the machine for a considerable period when rotating.

There was novelty with the large round balers at that time – there were few imported and we were exploring their use for feeding to a mob of sheep (when compared to the more popular but labour-intensive conventional bale from those days, which was easier to share/feed).

Tractor and baler were on rolling country and could be seen from the farmstead across the valley. It was approaching lunchtime and the driver was due back but, it was clear, that tractor and baler had not changed position during the lead-up to lunch (although the family back at the house could see that it continued to rotate).

The wife took the farm truck and drove across the paddocks to the equipment; there was no sign of her husband. It was only as she parked and walked across to the tractor and baler that she could see him rotating inside the bale chamber – but, she did not know how to switch the equipment off.

Broadcasting the next day

And thus the basis of my contribution promoting the value of rural radio. We contacted our local national radio reporter and he came round the following morning and recorded a harrowing human story of one more farm death – most farm deaths in New Zealand are family deaths – husbands, sons, small kids and, more rarely, the women in the household; but it is always followed by the traumatic discovery by someone else in the family.

This was a time before mobile telephones, and the woman in her truck had to collect her neighbour and return to the tractor and baler before it could be switched off and the appropriate emergency calls made.

We targeted and caught the regular midday farming programme – the popular one that was always on at lunchtime. For months afterwards, I would meet rural people who were listening that lunchtime – people who immediately downed knives and forks at the table, took the whole family – adults and kids - outside to the nearest diesel tractor and showed them how to turn the engine off. How many lives did that save? Who knows, but for me it represented probably the most valuable listening audience ever.

Grow up with machinery and equipment on the farm and you figure that everyone there has the same background, experience and familiarity. No so. Turn the key on a diesel tractor (in those days) and it continued to run; you had to cut the fuel supply, and you had to know how to do it.

End note

The farm accident has become a tragic but potent memory that has stayed with me for much of my subsequent life given the sadness of the incident – the husband killed in the round baler, the wife unable to turn the tractor off, and the value of rural radio that same day to spread word around the country.

Peter Steele

Melbourne

20Feb15

La radio rurale – agent de communication par excellence

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis surpris de constater que ce débat portant spécifiquement sur le lien entre la radio et les jeunes en Afrique de l’Ouest n’a pas attiré le nombre de contributions que le thème mérite. Pourquoi donc ?  Ceci dit, d’importants messages ont été reçus qui, bien que n’étant pas directement liés à l’emploi et aux moyens d’existence, soulignent la valeur de la radio comme moyen de communication avec les populations rurales; des populations qui n’ont ni le temps, ni l’intérêt, ni les compétences pour utiliser les réseaux sociaux en ligne.

La valeur de la radio rurale

Raymond Erick Zvavanyange du MinAgric au Zimbabwe a parfaitement résumé ma propre expérience de la radio rurale, c’est pourquoi, je me permets d’utiliser son commentaire liminaire pour synthétiser mes observations:

"La radio rurale est une puissante force motrice pour faire progresser la société, malgré l'obsession de la société actuelle pour la science, la technologie et l'innovation et leurs cousins éloignés, les médias sociaux et le réseautage en ligne comme principaux outils de communication et source de changement parmi les individus, les populations et les communautés. »

Raymond Erick illustre ensuite cette affirmation par deux excellentes études de cas relatives aux jeunes et leur sexualité et santé personnelle à travers des informations et des messages qui ne sont pas toujours disponibles au sein de la communauté locale immédiate, pour toute une série de raisons propres à des sociétés traditionnelles et conservatrices qui sont parfois incapables d’aborder ouvertement ce genre de questions.

D’autres participants ont apporté des idées et des perspectives sur le thème de l’emploi et des moyens d’existence, y compris l’information commerciale, les conseils de vulgarisation, les entrevues entre agriculteurs et les opportunités d’affaires (pour ne mentionner que quelques secteurs). Les participants ont mis en relief plusieurs aspects, comme le maintien de certaines routines en matière de radiodiffusion, la promotion et la rétention de radiodiffuseurs populaires, le ciblage de secteurs de la communauté rurale à travers l’information, la langue, les scripts, les acteurs et tout ce qui concerne la vie quotidienne des auditeurs.

Comme beaucoup d’autres dans les industries du développement agricoles, je n’ai eu que des opportunités ponctuelles de participer à la radiodiffusion au fil des ans; beaucoup dépend du rapport qui s’établit entre les reporters de la station de radio locale (ou nationale) responsable des programmes radiodiffusés et tous qui ont un message à faire connaître Et surtout prendre le temps, faire l’effort et montrer l’intérêt nécessaires pour s’impliquer d’avantage.

Décès à la ferme.

Ma contribution cherche à mettre en lumière le caractère immédiat de la radio rurale dans la communication de messages clés pour stimuler l'intervention. À l'époque lointaine où je travaillais comme ingénieur agricole à un institut de recherche et développement en Nouvelle-Zélande, j'ai été appelé, avec un collègue, à enquêter sur un accident intervenu la veille à la ferme qui avait causé la mort d'un conducteur de tracteur durant les moissons. Il avait été happé par la machine (en tentant de débloquer une camionnette). Pour ceux qui s'y connaissent peu en matériel agricole, si je peux me permettre, il faut savoir que ce type de moissonneuse possède une chambre de compression dont la taille reste fixe durant la rotation et le compactage du foin en comprimant les couches externes juste avant l'enroulement de la ficelle et l'éjection.  L'aspect le plus délicat est que le conducteur du tracteur n'a pas été tué au moment d'être happé, mais semble être resté en vie à l'intérieur de la machine pendant une période de temps considérable alors que se poursuivait la rotation.

À l'époque, l'arrivée des grandes presses à balles rondes était une nouveauté: seules quelques-unes avaient été importées et nous étudions leur utilisation pour alimenter un troupeau d’ovins (par rapport aux moissoneuses conventionnelles plus populaires mais à forte intensité de main d’œuvre qui existaient alors, et qui étaient plus faciles à partager/alimenter).

Le tracteur et la moissoneuse fonctionnaient sur un terrain valloné et étaient visibles de la ferme dans toute la vallée. C'était presque l'heure du déjeuner et le conducteur devait rentrer mais apparemment le tracteur et la moissonneuse n'avaient pas changé de position durant la pause de midi (bien que la famille de retour à la ferme pouvait voir qu’ils continuaient à fonctionner.)

La femme de l'agriculteur pris la camionnette de la ferme et traversa les enclos pour aller voir les équipements de plus près;  il n'y avait pas trace de son mari. Ce n'est que lorsqu'elle s’est garée et s'est rapprochée du tracteur et de la moissonneuse qu'elle a pu le voir en pleine rotation dans la chambre de compression -malheureusement, elle ne savait pas comment éteindre la machine.

Programme diffusé à la radio le jour suivant.

Ceci est donc la base de ma contribution pour promouvoir la valeur de la radio rurale. Nous avons contacté notre reporter local de la radio nationale qui, le lendemain matin a enregistré une histoire humaine poignante sur ce nouveau décès à la ferme; en Nouvelle-Zélande, la plupart des décès à la ferme concernent des membres de la famille: le mari, le fils, des enfants et, plus rarement, les femmes qui font partie du ménage, mais chaque décès est suivi d'une découverte traumatisante par un membre de la famille.

Nous parlons d'une époque où les téléphones mobiles n'existaient pas encore et la femme de l'agriculteur a dû aller chercher son voisin et revenir vers le tracteur et la moissonneuse avant de pouvoir éteindre le matériel et effectuer les appels d'urgence pertinents.

Nous avons ciblé et occupé le programme agricole régulier de midi, qui est le plus populaire puisque diffusé durant la pause déjeuner. Pendant des mois après cet accident, j'ai vu des gens en zones rurales écouter ce programme à midi, déposer immédiatement leurs couverts sur la table, emmener toute la famille, les adultes et les enfants, voir le tracteur diesel le plus proche pour leur montrer comment éteindre le moteur. Combien de vies ont été sauvées par ce geste ? Impossible de le savoir mais, pour moi, ceci a représenté probablement le meilleur des publics.

Lorsqu'on grandit entouré d'équipement et de matériel agricoles, on peut penser que chacun a la même connaissance, expérience et maîtrise du matériel. Ce n'est pas le cas.  Si vous tournez la clé du moteur d’un tracteur diesel (à l’époque) et celui-ci continue à tourner, vous devez couper l’arrivée de carburant, et savoir comment procéder.

Note finale

Cet accident à la ferme est resté un souvenir tragique mais vivant qui m'a accompagné pendant de nombreuses années durant les années suivantes étant donné le caractère tragique de la situation: le mari happé par la presse à balles rondes, la femme incapable d'éteindre le moteur de tracteur et la valeur de la radio rurale pour faire connaître l'incident le jour même dans tout le pays.