Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Foro Global sobre Seguridad Alimentaria y Nutrición • Foro FSN

Re: Rural radio and community media: empowering rural youth for resilient livelihoods and improved food security and nutrition

Francesco Diasio
Francesco Diasiofacilitator of the online discussion, AMARCCanada

>> VERSION FRANÇAISE CI-DESSOUS

Dear all,

First of all I would like to thank you all for the pertinent contributions around a crucial theme like the implication of youth in community rural radios to improve food security and nutrition. I believe that our international efforts to formulate new reflections on sustainable development around farming and community radios are very important, having in mind that they come at a time when both the elements seem to have a declining interest on youngsters.

According to many contributions in this Forum, education and communication remain key factors to empowerment. The role of community radios in this frame is crucial. CR are a fundamental tool for informal education and a strategic element of proximity communication and information.

Most of rural youths are aware of the “digital revolution” occurring elsewhere in the world and they are eager to learn how to use the internet and other ICTs as they see them as symbols of modernity.  In this frame traditional radio suffers sometimes a kind of “generational gap” with the so called new technologies. On the other hand, policies around farming seem still unable to ensure opportunities for sustainable job creation for new generations. 

In this context, for AMARC, one of the basic question is how to combine the attractiveness of the medium radio for young generations with the creation of growth opportunities for youngsters in a rural environment.  How can we shape the new perimeter of “proximity” and “community” using a combination between “old” and “new” technologies? Is the basic access to the resources (land, water, education but also airwaves and affordable fees for ICTs) ensured?

Rural farmers suffer from numerous “access” barriers to information and communication: illiteracy, speaking a minority language, poor or non-existent rural media or telecommunication services, lack of income to purchase radio receivers, mobile telephones or computers in especially for women and youth.

Despite all, mobile telephones have become the most popular form of ICT among rural communities and in particular youngsters. The mobile telephone when used on its own provides person-to-person information and communication possibilities, but when combined with a community radio station, it becomes a dynamic “collective” communication tool. In this way, mobile telephones help empower farmers to become active participants in community dialogue, each contributing his or her own experiences and ideas to a vast community forum.

In this frame, AMARC believes to the need to harness the potential of new ICTs (such as mobile telephones, the internet, and computer-based applications) in combination with local media (such as community radio) to improve the interaction among multiple development actors, and in particular the newer generations.

Creating affordable access to ICTs in rural areas is challenging. Many countries are geographically large with dispersed populations of low-income earners. Often “backbone” infrastructure, such as fiber optic or copper cable networks and reliable electricity, are scarce and expensive to provide. Throughout Africa, the installation of backbone cable infrastructure and network towers into rural areas can be as much as 40 percent higher than similar urban activities. Overall, the limited revenue that could be reasonably recouped from the low-income people served by such facilities tends to discourage private operators from investing in rural projects.

This is the reason why AMARC strongly encourages the demystification of such technologies through the appropriation and penetration of the so called “social technologies”, grass roots, open and flexible solutions already experimented such as interactive voice response (IVR) to redirect important radio content to mobile phones. mass SMS tools for reminders of upcoming shows, text updates and input solicitation.  radio agents’ with mobile phone for community members to call stations. call-back servers for connecting listens to stations at no cost, and for use by radios for free interviewer phone calls., mesh networks (internet in a box) and for extending internet services wirelessly., just to mention a few..

On the other hand community broadcasters often carry discriminatory conditions, such as limitations in transmission power, barriers to receiving revenue from advertising, stiff tariffs on imported broadcasting equipment, and punitively high broadcast license fees.

In the AMARC perspective, the issue of policies related to the access to resources remains crucial. One international trend has been to subsume broadcasting regulations within digital telecommunication regulations but this creates an environment that favors profitable mobile telephony and internet-based communication at the expense of “old-fashioned” radio broadcasting.

We believe in the importance to stimulate discussions, like the one in this forum, around the design and implementation of cross - sectoral and cross-media policies, regulations and investments.

We believe that ICT tools and services should be affordable and available to farmers at reasonable prices. We also believe to the  need for national policies to support pluralistic media sectors to recognize and encourage community media by, for example, supportive licensing fee structures, reserving radio frequencies for community rural media, and establishing funding mechanisms to support the expansion of community media into rural areas. We believe to the need to build capacity in terms of human resources, infrastructure and technology among rural communities, but also within policy makers and government agencies, especially the agricultural extension services, so that the potential of participatory development processes can be realized. Finally, in order to promote policy change that benefits the younger generations in rural communities, our engagement should continue fostering multi-sectoral coordination, especially among telecommunication, agricultural ministries and media regulators.

AMARC is ready to engage. Together we can succeed.

Chers tous,

En premier lieu, je voudrais vous remercier tous de vos contributions pertinentes sur un thème crucial, à savoir l'implication des jeunes dans les radios rurales communautaires pour améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition. J'estime que les efforts que nous déployons à l'échelle internationale pour formuler de nouvelles réflexions sur le développement durable, l'agriculture et les radios communautaires sont d'une très grande importance, compte tenu du fait qu'ils inscrivent dans un contexte dans lequel ces deux éléments semblent susciter de moins en moins d'intérêt parmi les jeunes.

Selon de nombreux participants à ce forum, l'éducation et la communication restent les principaux facteurs de l'autonomisation. Dans ce contexte, les radios communautaires jouent un rôle fondamental. En effet, la radio communautaire constitue un outil essentiel pour l'éducation informelle et un élément stratégique de communication et d'information de proximité.

La plupart des jeunes des zones rurales sont conscients qu'une « révolution numérique » se produit dans le reste du monde et attendent avec impatience d'apprendre comment utiliser Internet et d'autres TIC qu'ils considèrent comme des symboles de la modernité. Dans ce domaine, la radio traditionnelle souffre parfois d'une sorte «  d’écart générationnel » vis-à-vis de ce qu'on l'on appelle les nouvelles technologies. Par ailleurs, les politiques relatives à l'agriculture semblent encore incapables de garantir des opportunités de création durable d'emploi pour les nouvelles générations.

Dans ce contexte, une des questions de base, pour AMARC, est de savoir comment combiner l'attrait de la radio pour les jeunes générations et la création d'opportunités d'emploi pour les jeunes dans un environnement rural. Comment pouvons-nous déterminer le nouveau périmètre de « proximité » et de « communauté » en conjuguant les « anciennes » et les « nouvelles » technologies ? L'accès de base aux ressources (terre, eau, éducation, mais aussi ondes radiales et tarifs abordables pour les TIC) est-il garanti ?

Les agriculteurs  se heurtent à de nombreuses barrières « d'accès » à l'information et à la communication : l'analphabétisme, le fait de parler une langue minoritaire, des médias ruraux ou de services de télécommunications déficients ou non existants, le manque de revenus pour s'acheter des postes de radio, des téléphones portables ou des ordinateurs, en particulier de la part des femmes et des jeunes.

Malgré tous ces obstacles, les téléphones portables sont devenus l'une des modalités les plus populaires de TIC dans les communautés rurales et en particulier parmi les jeunes. Le téléphone portable utilisé de manière individuelle permet d'établir une communication et de transmettre des informations de personne à personne, mais lorsqu'il est associé à une station de radio communautaire, il se transforme en outil de communication « collective » dynamique. De cette manière, les téléphones portables contribuent à l'autonomie des agriculteurs et les aident à participer activement au dialogue communautaire, en apportant chacun et chacune sa propre expérience et ses idées au sein d’un vaste forum communautaire.

C'est pourquoi l’AMARC considère qu'il faut tirer parti du potentiel des nouvelles TIC (comme les téléphones portables, l'Internet et les applications informatiques) et les conjuguer avec les médias locaux (comme la radio communautaire) pour améliorer l'interaction avec les multiples acteurs du développement, et en particulier avec les plus jeunes générations.

Assurer un accès abordable aux TIC dans les zones rurales n'est pas chose facile. Sur le plan géographique, de nombreux pays sont très étendus et peuplés de groupes dispersés à faible revenu. Dans la plupart des cas, l'infrastructure « essentielle », comme la fibre optique ou les réseaux câblés en cuivre ainsi que l'approvisionnement électrique fiable, est rare et coûteuse. Dans toute l'Afrique, le coût de l'installation d'une infrastructure câblée permanente et de tours de réseaux dans les zones rurales peut être supérieur de 40 % à ce même type d'activités dans les zones urbaines. En général, le faible revenu qui pourrait être raisonnablement récupéré des populations à faible revenu desservies par ces installations tend à décourager les opérateurs privés d'investir dans des projets ruraux.

C'est pourquoi AMARC  encourage fortement la démystification de cette technologie moyennant l'appropriation et la pénétration desdites « technologies sociales », à savoir des solutions ouvertes et flexibles, créées localement, et qui ont déjà fait leurs preuves comme le système de réponse vocale interactive (RVI), pour réorienter le contenu radiophonique important vers les téléphones portables, des outils massifs de SMS pour envoyer les rappels des manifestations prochaines, les actualisations de texte et les demandes de commentaires, des agents radiophoniques équipés de téléphone portable pour que les membres de de la communauté puissent appeler les radios, des serveurs d'appel pour connecter gratuitement les auditeurs aux stations de radio et permettant à celles-ci d'effectuer des appels gratuits pour réaliser des entrevues, les réseaux maillés (Internet in a box) l'extension des services Internet sans fil, pour ne citer que quelques exemples.

Par ailleurs, les opérateurs de radios communautaires se heurtent souvent à des conditions discriminatoires, par exemple les limitations dans la puissance de transmission, des obstacles pour obtenir des revenus de la publicité, des tarifs élevés sur l'importation d'équipements de radiodiffusion, et des frais de licence de radiodiffusion élevés au point d'être punitifs.

L’AMARC estime que la question des politiques relatives à l'accès aux ressources reste cruciale. Une tendance internationale a été de fusionner les réglementations sur la radiodiffusion avec celles qui régissent la télécommunication numérique, nécessiterait un environnement favorable à la téléphonie mobile commerciale et à la communication basée sur l'Internet, au détriment de la radio diffusion « démodée ».

 Nous croyons qu'il est important de stimuler les débats, comme celui qui a eu lieu sur ce forum, quant à la conception et à la mise en oeuvre de politiques, de réglementations et d'investissements dans tous les secteurs et dans tous les médias.

Nous sommes convaincus que les agriculteurs doivent pouvoir accéder aux outils et  services liés aux TIC de manière abordable, à des prix raisonnables. Nous considérons également que les politiques nationales visant à soutenir des secteurs pluralistes des médias doivent reconnaître et encourager les médias communautaires, notamment en créant des structures de soutien en matière de droits de licence, en réservant des fréquences radio pour les médias communautaires ruraux, et en mettant en place des mécanismes de financement qui favorisent l'expansion des médias communautaires dans les zones rurales. Nous estimons qu'il faut renforcer les capacités en termes de ressources humaines, d'infrastructures et de technologies dans les communautés rurales, mais aussi parmi les décideurs et les organismes gouvernementaux, en particulier les services de vulgarisation agricole, afin de réaliser le potentiel des processus participatifs du développement. Finalement, pour promouvoir le changement de politique en faveur des plus jeunes générations au sein des communautés rurales, nous devons maintenir notre engagement pour favoriser la coordination multisectorielle, en particulier entre les télécommunications, les ministères agricoles et les instances de régulation des médias.

L’AMARC est disposée à s'engager. Ensemble, nous parviendrons au but.