Tamaño del texto:

Contáctenos:

Re: HLPE consultation on the V0 draft of the Report: Investing in smallholder agriculture for food and nutrition security

International Institute of Refrigeration (IIR) , France
18.01.2013
FSN Forum

Bonjour à tous,

Merci au HLPE pour cet excellent document.

De son côté, l’Institut International du Froid (IIF) qui est une organisation intergouvernementale, travaille en partenariat avec la FAO pour le développement de la chaîne du froid intégré dans les stratégies de développement agricole et alimentaire. Entre autres actions, la FAO et l’IIF ont organisé conjointement un atelier régional  en juin 2012 à Yaoundé, Cameroun, qui a réuni des professionnels venant des organisations internationales et des secteurs privés et publics nationaux dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie et des services.
Cet atelier a permis de souligner l’intérêt d’approches coordonnées multi-acteurs et multisectorielles, le rôle de l’investissement public et privé, l’importance de la gouvernance, de la formation, des conditions de commercialisation, la nécessaire prise en compte de la diversité des territoires, etc.  pour ne citer que quelques uns de nos points de convergence avec le rapport du HLPE.

Le développement de la chaîne du froid nous paraît particulièrement important pour les petits agriculteurs.
En effet, les productions  à forte valeur ajoutée peuvent permettre d’obtenir un revenu satisfaisant sur de petites surfaces. Mais les productions à forte valeur ajoutée sont souvent des produits fragiles (fruits et légumes, lait, viande, poisson….) pour lesquelles, sans chaîne du froid, les pertes sont élevées voire dissuasives, et les conditions de mise en marché médiocres, ce qui est démotivant pour ceux qui voudraient améliorer leur production en qualité et en quantité.
Dans ce cadre, disposer d’énergie électrique régulière à un prix raisonnable est tout autant un outil  de production  qu’un facteur de bien-être ; on peut pallier le manque de réseau électrique ou l’irrégularité de la fourniture d’électricité (groupe électrogène, froid solaire…) mais le coût de ces solutions alternatives est élevé et réduit leur utilisation.

Les approches intégrées sont fortement recommandées par les auteurs, elles doivent l’être tout particulièrement si l’on souhaite intégrer la chaîne du froid, sous peine de tomber dans des cercles vicieux, par exemple : production insuffisante en quantité et en qualité pour rentabiliser une chaîne du froid fiable, sans laquelle la production ne peut se développer, ou encore : l’absence de main-d’œuvre qualifiée pour la maintenance  freine l’équipement frigorifique, d’où une absence de débouchés qui dissuade la mise en place de cycles de formation dans ce domaine.
Sans perdre de vue les autres exploitants, une bonne « trajectoire » de développement peut, dans certains cas, passer par une première étape où l’on travaille surtout avec des exploitants « moyens » (ou les moins petits des petits) qui constitueront le « noyau » auquel se joindront les petits exploitants. Par exemple, les contrôles de qualité du lait, les tanks à lait, la collecte, ont un coût qui devient très élevé (rapporté à la quantité de produit) lorsque la quantité est trop faible ; il peut être difficile pour une coopérative de faire face à de tels coûts en phase de démarrage. Bien entendu, la situation doit être appréciée au cas par cas.

Le rapport préconise aussi de définir des stratégies nationales et territoriales. Comme indiqué plus haut, les participants à l’atelier évoqué en préambule ont abouti aux mêmes conclusions. Le constat a également été fait  que la diversité existe aussi entre les filières de produits, ce qui peut conduire à différencier les stratégies pour un territoire donné.

Les participants de l’atelier ont souligné également le  rôle des Etats, dont on attend la définition et l’application de politiques lisibles en ce qui concerne notamment les investissements publics, l’aide aux investissements privés, un cadre institutionnel stable et en particulier des contrôles efficaces (nécessaires à la santé publique mais aussi à la confiance des consommateurs et des acteurs de la chaîne alimentaire).

Des notes d’informations et des communiqués de l’IIF sur ces sujets sont accessibles sur le site de l’IIF (www.iifiir.org) à la rubrique « publications », sous-rubriques « notes d’informations » et « communiqués ».

Avec mes meilleures salutations.

Xavier MEIGNIEN

Institut International du Froid (IIF)
International Institute of Refrigeration (IIR)
177, boulevard Malesherbes
75017 Paris, France