Font size:

Contact us:

Re : Permettre aux coopératives rurales et aux organisations de producteurs de devenir des entreprises durables

Mr. Fabrice Larue Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde (FARM), France
27.07.2012
Fabrice

Fabrice Larue

Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM), Paris

Depuis 2008, la fondation FARM accompagne des organisations de producteurs dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Togo, Mali, Burkina Faso), afin qu’elles développent des services économiques viables et qui répondent aux besoins de leurs membres : approvisionnement en engrais, commercialisation en commun des produits agricoles, crédits de campagne, etc.
Plus les organisations de producteurs (OP) accèdent à un niveau de professionnalisation élevé, plus leur viabilité et leur expansion dépendent de l’accès au financement. La capacité de ces organisations à emprunter à des conditions acceptables, en volume et en taux, conditionne la modernisation de l’agriculture africaine et l’augmentation de la production agricole.
Les institutions financières sont donc des partenaires stratégiques des OP. Dans les projets que nous soutenons, il s’agit de banques coopératives, membres de la Confédération des Institutions Financières (CIF) de l’Afrique de l’Ouest. L’expérience montre que les relations commerciales entre les OP et ces institutions doivent évoluer d’une simple prestation de service entre une entreprise et un client, à un réel partenariat. L’analyse du partage des risques entre l’OP et l’institution financière doit être menée au cas par cas. Lorsque les organisations de producteurs développent des outils de gestion des risques, cela doit être apprécié et intégré dans l’analyse de risque des institutions financières.
Ainsi, certaines OP ont construit des bases de données qui leur permettent de suivre efficacement l’historique de leurs membres en termes de respect des engagements de remboursement de crédit et de livraison de produits agricoles, ce qui leur permet de faire une catégorisation et une présélection de leurs membres. Ces organisations internalisent donc, en quelque sorte, les premières étapes de l’analyse du risque que les institutions financières devraient réaliser. L’amélioration de la professionnalisation des organisations de producteurs est une nécessité, mais les avancées réalisées doivent être reconnues par les institutions financières. Il incombe à ces dernières de mettre en œuvre des outils d’analyse du risque mieux adaptés aux activités agricoles des OP auxquelles elles prêtent, de mieux former leurs agents et leurs analystes de crédit aux spécificités du secteur agricole et de s’engager dans des partenariats favorables au développement des services économiques des organisations de producteurs. Déjà, les résultats fructueux obtenus entre des OP et des institutions financières démontrent l’importance de l’amélioration de leurs relations commerciales et invitent à l’innovation.