Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Forum global sur la sécurité alimentaire et la nutrition • Forum FSN

la Consultation
-

Consultations en ligne en vue de la création d’une plateforme d’échange de connaissances sur la résilience

Une initiative de la FAO pour des interventions efficaces en faveur du renforcement de la résilience des moyens d’existence

Cette consultation en ligne sur la création d’une plate-forme de partage des connaissances sur la résilience vous invite à contribuer à trois discussions. Vos contributions sont nécessaires pour s’assurer que la future plate-forme de partage des connaissances réponde aux besoins de la communauté de résilience et qu’elle génère des actions efficaces et durables en faveur du renforcement de la résilience des moyens d’existence.

Discussion 1:
Le besoin d’une plate-forme intégrée d’échange des connaissances sur la résilience : vue d’ensemble et enseignements tirés des initiatives existantes (semaine 15-19 février 2016 - lire le sujet 1 ici)

Discussion 2:
Poser les bases d’une plate-forme intégrée d’échange des connaissances sur la résilience (semaine 22-28 février 2016 - lire le sujet 2 ici)

Discussion 3:
Les technologies de l’information et la gestion des connaissances au service d’une plate-forme dynamique et interactive sur la résiliences (29 février-6 mars 2016)

 

Partage des connaissances en faveur de la résilience

Le développement durable ne peut être atteint sans moyens d’existence résilients. Partout dans le monde, les hommes et les femmes sont de plus en plus exposés aux aléas naturels et aux crises – tels que la sécheresse, les inondations, les séismes, les épidémies ou bien encore les conflits, les perturbations du marché et les crises prolongées complexes. À l’échelle mondiale, 75 pour cent de la population affectée par la pauvreté et des personnes en insécurité alimentaire dépendent de l'agriculture et des ressources naturelles pour leur survie. Ce sont généralement les populations les plus durement touchées par les catastrophes. Etant donné la nature multisectorielle des chocs et des crises ainsi que des effets sur les moyens d’existence, des solutions intersectorielles coordonnées et cohérentes sont nécessaires pour renforcer la résilience. + pour en savoir plus

 

Discussion 3
Les technologies de l’information et la gestion des connaissances au service d’une  plate-forme dynamique et interactive sur la résilience

Chers tous,

Nous avons le plaisir de vous inviter à la troisième semaine de cette consultation en ligne en vue de la création d’une plate-forme de partage des connaissances sur la résilience.

Au vu du nombre croissant des initiatives autour de la résilience dans le secteur de l'alimentation et de l'agriculture, il apparaît de plus en plus important de faire face au danger de duplication des efforts et d’occasions manquées d’apprentissage. Le besoin d'harmonisation et de partage des connaissances sur les initiatives de résilience est évident et doit être orienté vers la concrétisation d’actions plus efficaces et la conception de politiques plus opportunes.

Cette semaine, nous souhaiterions échanger avec vous sur l’importance de ne pas négliger les questions liées à la technologie et la gestion des connaissances. Cette dernière discussion cherche à préciser quelles sont les technologies et les infrastructures les plus adaptées pour répondre aux besoins de la plateforme. Elle abordera également les questions de gestion des connaissances et la meilleure façon de garantir un impact des produits de ces connaissances et une mise à niveau des pratiques en matière de résilience qui seront communiquées par le biais de la plate-forme.

La technologie moderne de l’information (TI) est une composante majeure de la plupart des plates-formes d’échange de connaissances et d’apprentissage. Les utilisations novatrices de la TI permettent de disposer d’outils puissants pour créer des connaissances et accélérer le rythme de transmission du savoir. De plus, les technologies mobiles et basées sur le Web, notamment les médias sociaux et les services en ligne, permettent de connecter et facilitent les interactions et les conversations entre utilisateurs des différentes plates-formes, et leur donnent les moyens de participer à la création, à la distribution et à l’échange de connaissances quelle que soit leur localisation physique. 

D’ici 2020, il est estimé que le nombre d’abonnés à un téléphone portable unique en Afrique subsaharienne atteindra quelque 504 millions de personnes (environ 49 % de taux de pénétration) contre 329 millions (38 % de taux de pénétration) en juin 2014 ; et il y aura 525 millions de téléphones intelligents, contre 72 millions seulement à la fin 2013[1]. Selon des données de la Banque mondiale, il n’y avait, en 2014, que 19 utilisateurs de l’Internet sur 100 personnes en Afrique subsaharienne. <0} Ce nombre devrait toutefois augmenter en raison de la disponibilité croissante de la largeur de bande mobile et du prix plus abordable des dispositifs mobiles tels que les Smartphones et les tablettes (par exemple, i Pad, Galaxy tab, etc.), qui permettent l’accès constant à l’Internet et aux applications (Apps). L’Internet Society prévoit également 703 millions de connexions 3G et 4G pour l’Afrique subsaharienne pour 2018[2], ce qui se traduira par une augmentation du nombre de personnes ayant accès à l’Internet sur des dispositifs mobiles.

L’infrastructure en technologies de l’information pour la plate-forme d’échange de connaissances et d’apprentissage sur la résilience doit être évolutive et doit tenir compte à la fois des technologies existantes et potentielles pour connecter les utilisateurs, les parties prenantes et des principaux partenaires, et s’appuyer sur des plates-formes/initiatives similaires d’échange de connaissances.

Les questions relatives à la technologie sont essentielles pour la conception d’une plate-forme d’échange de connaissances. Néanmoins, la technologie ne garantit pas, à elle seule, que les produits et les contenus d’une plate-forme en ligne soient utiles, adoptés et mis à niveau par les utilisateurs. Cette discussion fera appel à des « experts en connaissances » pour aborder les questions de « l’utilisation » et de « l’utilité » des produits liés au savoir et à l’information. Un espace sera fourni pour les échanges sur les liens nécessaires entre la technologie de l’information et la gestion des connaissances. La discussion portera également sur la pertinence de certaines méthodes et outils de partage des connaissances, sur les conditions à créer, sur le type d’événement d’échange des connaissances qui pourrait être organisé pour maximiser les impacts des produits et des contenus liés au savoir.

Nous invitons donc à échanger autour de ces questions:

  • Quelles sont les technologies de l’information basées sur l’utilisateur les plus adaptées pour cette plate-forme ?
  • Un portail Web devrait-t-il être une composante majeure de la plateforme ? Quel type d’outils et de technologies modernes pourrait-on incorporer à la plate-forme pour contribuer à la maximisation du transfert de connaissances et à l’impact global du portail/de l’initiative ?
  • Quel serait le meilleur type d’hébergement pour l’infrastructure de technologies de l’information de la plate-forme ? Interne ? Externe (partenaires) ? Cloud ? Quels sont les avantages et les désavantages de chacune de ces options ?
  • Comment garantir que les produits de connaissance et autres contenus de la plate-forme soient utilisés, utiles, adoptés et mis à échelle ? Pour quels utilisateurs ?
  • Quelles sont les conditions à mettre en place ? Quels outils et méthodes d’échange de connaissances devrions-nous utiliser et comment ? Est-il nécessaire de mettre en place et animer une communauté de pratique ? Si oui, de quel type ?

Nous comptons sur vous,

Paul Whimpenny, expert, technologie de l'information et architecture informatique

Justin Chisenga, spécialiste en renforcement de capacités

* Cliquez sur le nom pour lire tous les commentaires mis en ligne par le membre et le contacter directement

Pages