Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Forum global sur la sécurité alimentaire et la nutrition • Forum FSN

Discussion
-

Les programmes de protection sociale soucieux de la nutrition dans le monde – Qu'est-ce qui existe et quels en sont les effets ?

SecureNutrition et le Forum FSN de la FAO travaillent en partenariat pour la seconde fois afin d'organiser cette discussion en ligne en conjonction avec le Forum mondial sur les programmes de protection sociale soucieux de la nutrition qui se tiendra à Moscou en Russie (10 - 11 septembre 2015).

L'objectif de cet effort conjoint est de dresser un bilan de ce que les pays font dans le monde dans le domaine de la protection sociale soucieuse de la nutrition – leurs réussites et leurs difficultés – et de fournir un mécanisme aux parties prenantes du monde entier pour s'impliquer dans le dialogue et le partage des expériences et des leçons apprises. Le résultat de cette discussion en ligne sera utilisé pour enrichir les débats lors du Forum mondial et au-delà. Vous trouverez plus d'information sur le Forum mondial sur : https://www.securenutritionplatform.org/Lists/Events/DispForm.aspx?ID=300

Des documents importants décrivant les liens entre la nutrition et la protection sociale sur lesquels s'appuie le Forum global sont présentés en lien dans la section Ressources.

Informations de référence

Les programmes de protection sociale constituent des composantes dynamiques des budgets de la plupart des pays, et dans les pays à revenus faibles et moyens leur part des dépenses gouvernementales augmente plus rapidement que les investissements dans d'autres secteurs.  Au début de l'année 2015, 1,9 milliards de personnes étaient bénéficiaires de programmes de filets de sécurité sociaux dans 136 pays. 

Le grand nombre de programmes révèle la complexité des programmes de protection sociale, un pays à revenus faibles moyen comptant 20 initiatives de protection sociale différentes. Les transferts monétaires couvraient à eux seuls entre 0,75 et 1,0 milliard de personnes dans les pays à revenus faibles et moyens à la fin de la première décennie de ce siècle, avec plus d'un quart des populations pauvres rurales et environ un cinquième des populations pauvres dans les zones urbaines recevant une aide monétaire.  Deux pays avaient introduit des programmes conditionnels de transferts monétaires en 1997 ; ce nombre est passé à 27 en 2008 et 64 en 2015, la plupart servant d'initiatives pilotes ou d'autres types de projets localisés.  Le nombre de pays d'Afrique comptant avec des transferts monétaires inconditionnels a doublé, passant de 20 à 40, entre 2010 et 2015. 

Les dépenses en protection sociale couvrent à la fois les programmes qui peuvent être classifiés comme aide sociale, ou filets de sécurité, et les programmes entrant dans la catégorie de l'assurance sociale – y compris les pensions contributives et l'assistance-chômage.  Ces deux types de programmes de protection sociale peuvent contribuer à augmenter la consommation actuelle ainsi que le capital de long terme, réduisant ainsi la pauvreté et améliorant l'équité sociale.  Ils peuvent aussi renforcer le capital humain, et en particulier la nutrition[1].

Nutrition et protection sociale[2]

L'état nutritionnel reflète l'interaction de la consommation alimentaire, l'accès à la santé et l'assainissement, et les connaissances nutritionnelles et les pratiques de soins. Lorsque la nutrition des enfants est améliorée, le risque de mortalité est réduit, le futur capital humain est renforcé et la productivité augmente. Cependant, des preuves montrent que la croissance économique va uniquement réduire la malnutrition lentement. Les investissements dans la nutrition et le développement de la petite enfance sont par conséquent des déterminants clés de la croissance économique de long terme, et sont reconnus de manière croissante comme les composantes intégrales d'un système de protection sociale cohérent visant à prévenir la transmission intergénérationnelle de la pauvreté.

Les programmes de protection sociale améliorent typiquement les revenus (liés à l'accès aux aliments), de même qu'ils influencent la répartition dans le temps et, dans une certaine mesure, le contrôle de ces revenus. De plus, ces programmes peuvent avoir un impact supérieur sur la nutrition en contribuant à renforcer les liens avec les services de santé ou les programmes d'assainissement, et spécifiquement à travers des activités qui sont liées à l'éducation nutritionnelle ou aux compléments en micronutriments. En tenant compte de la fenêtre d'opportunité – les « 1000 jours » entre le début de la grossesse et le second anniversaire de l'enfant – pour investir dans la nutrition, les programmes de protection sociale peuvent être ciblés pour renforcer leur impact sur la nutrition et assurer le développement du futur capital humain.

Avec l'accroissement du nombre et de la complexité des filets de sécurité sociaux dans le monde ces vingt dernières années, l'intérêt pour les faire mieux fonctionner en faveur de la nutrition augmente également. Des initiatives liées de nombreux partenaires de développement sont en cours dans le monde entier. Grâce au Forum mondial et à cette discussion en ligne, notre objectif est de dresser un bilan des programmes actuels de protection sociale soucieux de la nutrition, et de comprendre ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, et quels sont les défis de leur conception et mise en œuvre.

Questions pour la discussion

Nous souhaiterions recevoir vos commentaires concernant les questions d'orientation suivantes :

  1. Éléments généraux : Pourquoi êtes-vous intéressé par la protection sociale soucieuse de la nutrition ?  Qu'est-ce que la protection sociale soucieuse de la nutrition ? Qu'est-ce qui fait d'une intervention de protection sociale une initiative « soucieuse de la nutrition » ?
  2. Programmes de protection sociale soucieux de la nutrition : Dans votre pays, quels sont les problèmes de nutrition combattus à travers des filets de sécurité sociaux ou d'autres instruments/programmes de protection sociale ? Quel type de programme(s) est mise en œuvre et à quelle échelle ?
  3. Aspects soucieux de la nutrition : Dans quelle mesure ce(s) intervention(s) est-elle/sont-elles soucieuse(s) de la nutrition ? Qu'est-ce qui fait qu'elle(s) est/sont soucieuse(s) de la nutrition ? Qu'est-ce qui fonctionne bien ? Quels sont les défis de conception et mise en œuvre ?
  4. Organisation institutionnelle : Quelle agence (par ex. services de santé, services sociaux, une agence spéciale) en est responsable ? Par qui l'intervention est-elle déployée : travailleurs sociaux, agents de protection sociale, volontaires, agents spéciaux ? Existe-t-il des politiques en place qui encouragent ou entravent une telle collaboration intersectorielle ?
  5. Suivi et évaluation : Évaluez-vous l'efficacité de ces programmes sur les résultats nutritionnels ? Qu'avez-vous trouvé ? Quels sont les défis à relever ? Quels sont les critères de réussite ?

Nous espérons recevoir vos contributions à cette discussion en ligne et pouvoir compter sur votre soutien pour la diffuser largement au sein de vos réseaux professionnels.

 

Lucy Bassett 
Spécialiste en protection sociale 
Banque Mondiale
Ahmed Raza
Specialiste en nutrition
FAO

 


[1] Nutrition and Social Protection: Background paper for the Global Forum on Nutrition-Sensitive Social Protection Programs, Harold Alderman (à paraître, 2015)

[2] Improving Nutrition through Multisectoral Approaches – Social Protection, Banque Mondiale (2013)

 

* Cliquez sur le nom pour lire tous les commentaires mis en ligne par le membre et le contacter directement

Pages