Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Forum global sur la sécurité alimentaire et la nutrition • Forum FSN

Re: Policies, programmes and agricultural investments in West Africa: what analyses and perspectives are there?

Leonidas Hitimana and Renata Mirulla
Leonidas Hitimana and Renata MirullaFAO

>> English translation below

 

Chers Membres du Forum FSN en Afrique de l’Ouest,

Nous remercions tous ceux qui ont participé et suivi cette discussion en ligne sur les politiques, programmes et investissements agricoles en Afrique de l’Ouest.

Cet échange de connaissances et d’opinions a permis d’enrichir le débat en cours sur l’implémentation des politiques agricoles régionales, l’ECOWAP notamment, qui après 10 ans  a fait l’objet d’une réflexion de la part de tous acteurs impliqués en préparation de la conférence de haut niveau sur ECOWAP+10, qui a eu lieu du 17 au 19 Novembre à Dakar (Sénégal).

Plus spécifiquement, le rôle des acteurs non étatiques dans la mise en œuvre des politiques nationales et régionales de Sécurité Alimentaire et Notionnelles étaient l’un des aspects centraux de cette discussion en ligne, dont les résultats ont été présentés lors du Forum des acteurs non étatiques organisé par le Projet Faim Zéro de l’Afrique de l’Ouest à Lomé du 5 au 7 Novembre. Au cours de ce forum, les acteurs non étatiques ont exprimé l’importance de conduire ces discussions en ligne dans la mesure où ces forums virtuels sont moins chers et plus faciles à organiser. Ils sont émis le souhait d’avoir la synthèse des résultats disponible dans les deux langues (français et anglais). Il a été également proposé d’approfondir la possibilité de faire une analyse des contributions par catégorie d’acteur.

Voici ci-dessous un bref résumé des points clé soulevés par les participants à la discussion en ligne. Pour lire les contributions par entier vous pouvez télécharger les actes complètes de la discussion (disponibles en anglais et français).

Q.1: Quelle gouvernance régionale effective et efficiente pour la SAN en Afrique de l’Ouest ?

Les participants tirent un bilan mitigé, voire négatif de la coordination et l’engagement politique des Etats et soulignent:

•       L’existence des stratégies agricoles nationales sans tenir en compte l’ECOWAP ;

•       Une faible adhésion des états / engagement politique ;

•       Des disparités et discontinuité entre les politiques mises en place par les différents acteurs (CEDEAO, CILLS, NEPAD, CENSAD, UEMOA) ; 

•       La disparité entre les exigences des politiques agricoles et les agendas des bailleurs de fond et des partenaires internationaux.

Certains participants observent que la participation des acteurs aux efforts de coordination n’est pas canalisée, faute de moyens suffisant: fonds de la CEDEAO,  «ECOWAP Donors’ group» n’arrive pas à jouer un rôle fédérateur,  des ressources de l’ARAA.

Des points de vue sont partagés sur l’impact de l’Accord de Partenariat Economique (APE) entre l’Union européenne et les pays de l’Afrique de l’Ouest. Certains estiment que celui-ci peut jouer un rôle  déterminant à condition que la cohérence des politiques soit garantie à travers une évaluation périodique. D’autres pensent qu’il est plus orienté vers les intérêts de l’UE et n’aura pas des conséquences positives sur les échanges et les économies des pays ouest-africains.

Plusieurs propositions émergent de la discussion en ligne, particulièrement :  

•       La Faim zéro en Afrique de l’Ouest doit passer par la sécurisation des exploitations familiales et par l’agroécologie ;

•       Il est nécessaire d’articuler le rôle de la CEDEAO et une participation active de tous les acteurs et des organisations des producteurs en particulier ;

•       La CEDEAO devraient renforcer son rôle d’harmonisation des politiques agricoles ;

•       L’ensemble des acteurs régionaux doivent travailler à:

Ø  l’adoption d’une politique agricole régionale unique,

Ø  la rationalisation des mandats et des moyens d’intervention des institutions régionales,

Ø  le renforcement du dispositif institutionnel régional adopté par la CEDEAO en 2010,

Ø  la coordination des interventions des partenaires au développement.

•       Il faut garantir la mobilité des facteurs de production (marché et échanges régionaux) ;

•       Il faut monitorer/assurer le suivi de la mise en œuvre des politiques agricoles.

Q.2: quel rôle et place pour les OSC / acteurs non étatiques dans le dispositif institutionnel de mise en œuvre de l’ECOWAP et des politiques agricoles et de SAN au niveau national et régional ?

A propos des acteurs non étatiques (OSC et OPA), les participants à la discussion en ligne ont souligné que souvent ils ont un rôle « résiduel » et une implication passive dans la définition des politiques agricoles régionales aussi qu’un manque de force de proposition.

Cependant, il faut veiller à ce que les acteurs non étatiques jouent un rôle fondamental : de plaidoyer, de lobbying, de vigilance dans la mise en œuvre des politiques agricoles.

En même temps, les OSC et les OPA doivent renforcer la transmission entre les différents acteurs et la base qu’ils représentent, doivent se doter d’une meilleure organisation et renforcer leurs capacités et compétences pour pouvoir mener une action décisive et avoir une voix dans négociations régionales et internationales qui influencent  la SAN en Afrique de l’Ouest.

Q.3: Quelle plateforme multi-acteurs et multi-secteurs pour faciliter le dialogue et les négociations sur les politiques, programmes et investissements etc?

Les propositions présentées sur ce point se partagent parmi celles qui visent à utiliser les mécanismes existants, comme par exemple le ROPPA, la plateforme des Alliances contre la Faim et la malnutrition en Afrique de l’Ouest, le mécanisme du SUN (Scaling up Nutrition), et celles qui visent à définir des nouvelles plateformes, comme par exemple la proposition d’un accord cadre d’engagement des OSC et des acteurs non-étatiques à accompagner la mise en œuvre de l’ECOWAP ou des plateformes thématiques.

Pendant le Forum, les représentants des organisations non étatiques ont recommandé à la CEDEAO de : (i) rendre fonctionnel le Comité consultatif pour l’agriculture, l’alimentation et la nutrition comme espace de dialogue entre les acteurs ; (ii)  renforcer la concertation et le dialogue avec les acteurs non étatiques et les organisations de la société civile dans la mise en œuvre et le suivi de l’initiative Faim zéro de l’Afrique de l’Ouest ; (iii) renforcer les capacités des acteurs non étatiques et des organisations de la société civile en vue de leur permettre de participer pleinement à la réalisation de la faim zéro à l’horizon 2025, (iv) mettre en place un mécanisme d’information régulière des acteurs non étatiques et des organisations de la société civile sur l’évolution des progrès ainsi que les problèmes émergents qui pourraient limiter l’atteinte de l’objectif Faim et malnutrition zéro de l’Afrique de l’Ouest d’ici 2025 ; (v) contribuer à la coordination des plates-formes multisectorielles régionales pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et (vi) renforcer les capacités des acteurs non étatiques et de la société en matière de collecte, traitement et dissémination des informations et pour le plaidoyer sur l’initiative faim zéro et le développement de l’agriculture familiale.

En conclusion, le Forum FSN nous a permis d’échanger des connaissances et de rendre plus visible le débat en cours sur le futur de l’ECOWAP et sur comment travailler ensemble pour une Afrique de l’Ouest libéré de la faim et de la malnutrition.

Leonidas et Renata

 

Dear Members of the Forum FSN for West Africa,

We thank all those who took part and followed this online discussion on policies, programs and agricultural investments in West Africa.

This exchange of knowledge and opinions has led to an enrichment of the on-going debate on the implementation of regional agricultural policies, ECOWAP in particular, which after 10 years has been the subject of re-evaluation by all those involved in the preparation of the high level conference on ECOWAP+10 which took place from the 17th to 19th November in Dakar (Senegal).

More specifically, the role of the non-state actors in the implementation of national and regional food security and nutrition policies was one of the central themes of this online discussion, the results of which were presented during the non-state actors forum organized by the Project Zero Hunger for West Africa, in Lomé (Togo) from the 5th to 7th November. In the course of this forum, the non-state actors showed the importance of carrying out these online discussions, considering that these virtual fora are less expensive and easier to organize. They asked that the summary of the results should be available in both languages (French and English). It was also suggested that the possibility should be looked into of analyzing the contributions by category of actor.

Here is a brief summary of the key points raised by the participants in the online discussion. To read the complete contributions, you can download the official records of the discussion (available in English and French).

What will be an effective and efficient regional governance for Food Security and Nutrition in West Africa?

The participants have a rather mixed view, even negative, of the coordination and commitment of the States, and highlighted:

  • The existence of national agricultural policies that do not take into account ECOWAP;
  • Poor support / political commitment by the states;
  • Discrepancies and lack of continuity between the policies implemented by the different actors (ECOWAS, CILLS [Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel, Permanent Interstates Committee for Drought Control in the Sahel], NEPAD, CENSAD [Communauté des États Sahélo-sahariens, Community of Sahel-Saharan States], WAEMU); 
  • The disparity between the demands of agricultural policies and the agendas of financial backers and international partners.

Some participants remarked that the participation of actors in the work of coordination is not canalized, due to insufficient means: ECOWAS funds, «group of donors from ECOWAP» do not have a federating role, the resources of the RAAF [Regional Agency for Agriculture and Food] are limited.

Divergent points of view have been shared regarding the impact of the Economic Partnership Agreement (EPA) between the European Union and West Africa.  Some participants consider that this can play a determining role as long as the coherence of policies is guaranteed through a periodic assessment. Others think that the Partnership it is more orientated towards the interests of the EU and that it will not have positive consequences for trade and the economies of the West African countries.

Many propositions emerged from the online discussion, in particular:  

  • The Zero Hunger in West Africa should be based on securing cultivation by families and on agro-ecology;
  • It is necessary to connect the role of ECOWAS with an active participation of all the actors, in particular, producers’ organizations;
  • ECOWAS should strengthen its role in the harmonization of agricultural policies;
  • The whole group of regional actors should work towards:

Ø  The adoption of a single regional agricultural policy,

Ø  The rationalization of mandates and response capacity of regional institutions,

Ø  The reinforcement of the regional institutional arrangement adopted by ECOWAS in 2010,

Ø  The coordination of interventions by development partners. 

  • It is necessary to guarantee the mobility of production factors (regional markets and trade);
  • It is necessary to monitor/ensure the follow-up of the implementation of agricultural policies.

What role and which place will have the non-state actors /civil society organizations (level or representation and participation in the decisions) in the institutional system of implementation of the ECOWAP and the agricultural policies and the NFS in general both at national and regional level? 

In relation to the non-state actors (civil society and agricultural professional organizations), the participants to the online discussion have highlighted that they often have a "residual" role and only passive involvement in the definition of regional agricultural policies as well as a deficit of sources of proposals.

However, care must be taken so that non-state actors may play a fundamental role: of appeal, lobbying and vigilance in the implementation of agricultural policies.

At the same time, the civil society and agricultural professional organizations must reinforce communication between the different actors and the grassroots that they represent, must equip themselves with better organization and reinforce their capabilities and competences in order that they can take decisive actions and have a voice in the regional and international negotiations which influence the NFS in West Africa.

Which multi-actors and multi-sector platform should be used to facilitate dialogue and negotiations on policies, programs and investments, accountability, etc.?

The propositions suggested on this point are divided among those that aim at using existing mechanisms, for example ROPPA [Reseau de organisations paysannes et de producteurs de l'Afrique de l'Ouest, Network of farmers and producers organizations of West Africa], the platform against hunger and malnutrition of West Africa, the SUN (Scaling up Nutrition) mechanism, and those which aim to define  new platforms, such as for example the proposal for a framework agreement on the involvement of civil society organizations and non-state actors in the implementation of ECOWAP or the thematic platforms.

During the Forum, the representatives of non-state organizations have recommended to ECOWAS  to (i) make operative the consultative committee for agriculture, food and nutrition as a space for dialogue between the actors; (ii) reinforce consultation and dialogue with non-state actors and civil society organizations in the implementation and follow-up of the Zero Hunger initiative in West Africa; (iii) reinforce the capabilities of non-state actors and civil society organizations to enable them to participate fully in the achievement of zero hunger by 2025; (iv) set up a mechanism for informing periodically the non-state actors and civil society organizations about the progress made and the problems emerging which may limit the achievement of the objective Zero Hunger and Malnutrition in West Africa from now until 2025; (v) contribute to the coordination of the regional multisector platforms for food  security and nutrition; and (vi) strengthen the capabilities of non-state  actors and society in general concerning the collection, treatment and dissemination of information and  the arguments in favor of the zero hunger initiative and the development of family based agriculture.

As a conclusion, the FSN forum has allowed us to exchange knowledge and to make more visible the present debate over the future of ECOWAP and how to work together to liberate West Africa from hunger and malnutrition. 

Renata Mirulla and Leonidas Hitimana