Police:

Contactez-nous:

La protection sociale pour protéger et promouvoir la nutrition

L’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'organisation mondiale de la santé (OMS), en collaboration avec l’IFAD, l’IFPRI, l’UNESCO, la Banque mondiale, l’OMC, le PAM et l'Équipe spéciale de haut niveau sur la crise mondiale de la sécurité alimentaire (HLTF), organisent conjointement la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) au siège de la FAO, à Rome, du 19 au 21 novembre 2014. La CIN2 sera une conférence ministérielle de haut niveau dont le but sera de proposer un cadre stratégique flexible pour aborder de façon adéquate les défis majeurs en matière de nutrition qu'il faudra relever dans les prochaines décennies. La conférence cherchera également à définir les priorités de la coopération internationale sur la nutrition à court et à moyen terme. Dans le cadre des travaux préparatoires de la conférence, une réunion technique aura lieu au siège de la FAO du 13 au 15 novembre 2013. Pour plus d’informations veuillez consulter: www.fao.org/ICN2

Afin d'apporter du matériel et des informations à cette réunion, une série de discussions en ligne sont prévues dans certaines sphères thématiques. La présente discussion en ligne sur le thème « Protection sociale pour protéger et promouvoir la nutrition », promue par l’IFPRI, l’ODI, IPC-PNUD, l’UNICEF, le PAM et la Banque mondiale dans le cadre de l'équipe spéciale sur la protection sociale et la nutrition de la CIN 2, a pour but d'analyser comment protéger les groupes de la société les plus désavantagés et les plus vulnérables sur le plan de la nutrition, à savoir les groupes à faible revenu, pauvres en ressources, vivant dans l'insécurité alimentaire, marginalisés du point de vue économique et exclus du point de vue social (en particulier les femmes et les enfants), par le biais d'un processus de développement inclusif fondé sur l'élaboration et la mise en œuvre des politiques sociales renforçant la nutrition et d'interventions de protection sociale. A cet égard veuillez consulter la note d'orientation sur la  Protection sociale pour protéger et promouvoir la nutrition  Concept Note on “social protection to protect and promote nutrition”.

Le résultat de cette discussion en ligne servira à enrichir les discussions de la réunion technique préparatoire qui aura lieu du 13 au 15 novembre 2013 et ensuite à informer l'événement principal de haut niveau de la CIN2 en 2014.

Nous vous invitons donc à commenter et à peaufiner cette note d'orientation, ainsi qu'à nous faire part de vos expériences et de vos opinions dans ce domaine thématique en répondant aux questions suivantes :

  • Quels sont les principaux facteurs à considérer, de la part des responsables de politique, dans la conception, formulation et mise en œuvre de mesures de protection sociale visant à renforcer la nutrition ?
  • Quels sont les principaux défis institutionnels et de gouvernance qui font obstacle à la fourniture d'une protection sociale multisectorielle et intégrale susceptible de protéger et de promouvoir la nutrition des groupes les plus vulnérables ?
  • Selon votre expérience, que sont les principales meilleures pratiques et leçons apprises dans un établissement de rapports intersectoriels qui favorisent la réduction de la malnutrition et de la pauvreté moyennant la protection sociale ?

Ci-après sont énumérés plusieurs documents et débats qui ont mis en lumière l'importance de ces synergies (en anglais) :

Nous restons dans l’attente de la suite de vos contributions.

Nyasha Tirivayi
Spécialiste en protection sociale
Au nom du secrétariat de la CIN2

Cette discussion est fermée. Contactez fsn-moderator@fao.org pour tous renseignements.

Mr. NGOUAMBE Nestor MINADER, Cameroon
03.06.2013
NGOUAMBE

La sécurité alimentaire est vue sous au moins trois angles, à savoir: (1) la disponibilité, (2) l'accès , (3) l'utilisation. L'un des défis actuel de la sécurité alimentaire est de concilier ses trois composantes. On observe parfois un paradoxe entre la production et la nutrition. Il s'agit des zones de production, des grands bassins de production qui sont les plus vulnérables à la malnutrition. Par exemple, Dury S a montré que dans la région de Sikasso au Nord du Mali, la production des céréales est au dessus de la moyenne nationale mais la zone présente les taux de malnutrition les plus haut du pays. Il en est de même à l'ouest du Cameroun où, cette zone considéré comme le grenier alimentaire du pays, présente un taux de vulnérabilité à la malnutrition le plus élevé du pays. Il est aussi constaté que les femmes sont victime des discriminations qui limitent leur implication active dans les stratégies de sécurité alimentaire du ménage.

Au vu de tout ceci, la protection sociale doit s'attarder sur les facteurs qui limitent l'autonomisation des femmes dans la production; cette protection doit s'attarder sur les enfants en renforçant les capacités des femmes rurales à l'éducation nutritionnelle. Le financement de l'agriculture n'est plus à démontrer dans les stratégies de sécurité alimentaire. La lutte contre l'accaparement des terres et la prolifération des agrocarburant sont autant de facteurs qui, développés, réduiront significativement la vulnérabilité des populations.