Police:

Contactez-nous:

26.04.2010 - 17.05.2010

Aider les petits agriculteurs à accéder à des activités agroalimentaires à valeur ajoutée et à élargir leurs opportunités commerciales

Chers membres du Forum FSN,
Je m’appelle Chris Ramezanpour. Il y a quelques années, j’ai rempli plusieurs rôles au sein du programme de fermes-écoles de Kilifi (Kenya): formation des agriculteurs à la gestion et à la commercialisation, rédaction de propositions visant à soutenir leurs initiatives et le développement des fermes-écoles et facilitation de partenariats avec des entreprises régionales afin d’aider les agriculteurs à obtenir des contrats plus rentables de fourniture de melons d’eau, de piment oiseau et de noix de cajou. Après notre travail initial de promotion du piment oiseau à Kilifi et la commercialisation réussie de la récolte par le réseau des fermes-écoles (avec l’aide de la FAO et de la Coast Development Authority), cette initiative d’agriculture contractuelle a été étendue à d’autres districts côtiers (Kwale, Malindi, delta du Tana et Lamu).
Je suis maintenant consultant en agroalimentaire aux États-Unis, mais je demeure en contact avec des agriculteurs kenyans. Actuellement, en tant que conseiller commercial d'un réseau de fermes-écoles du district de Lamu, je les aide à trouver des marchés à l’exportation pour leurs noix de cajou.
Dans ce contexte d’initiatives agroalimentaires à valeur ajoutée pour les petits agriculteurs, j’ai pensé que les discussions du Forum FSN constitueraient une excellente ressource. Les agriculteurs semblent tirer des bénéfices économiques accrus d’une commercialisation de leurs produits plus en aval de la chaîne logistique. Par exemple, les réseaux de petits exploitants qui vendent directement à des revendeurs, des exportateurs et des transformateurs gagnent davantage que s’ils passaient par un intermédiaire.
Aider les petits exploitants des pays en développement à participer à des initiatives agroalimentaires au sein de ces chaînes logistiques soulève de nombreuses difficultés. Les clients pour lesquels ils sont amenés à produire, et peut-être à transformer, ont des exigences et des attentes fortes en termes de qualité, de quantité et de régularité, supérieures à celles dont les agriculteurs ont l’habitude ou même à leurs capacités. Comment ces initiatives peuvent-elles être couronnées de succès quand les agriculteurs ne détiennent peut-être, ni les compétences de production, ni la connaissance des marchés, ni le capital, mais possèdent les terres, les ressources naturelles et la motivation ?
Quelle expérience d’aide à l’accès des petits exploitants à ces marchés (réussites et échecs) les membres du Forum FSN ont-ils ? Par exemple, projets d’agriculture contractuelle, agro-industrie ou autres initiatives agroalimentaires permettant aux exploitants participant aux fermes-écoles d'accéder à des marchés externes à plus forte valeur ajoutée.
Pour être clair, le but est de tirer les enseignements de ces expériences. Il pourrait donc également être utile de réfléchir à la manière dont le marché a été identifié, aux modalités de financement des agriculteurs, au type de formation qu'ils ont reçu, aux autres parties prenantes concernées (et la manière dont elles ont été amenées à participer) et aux modes de gestion du processus.
Vos points de vue constitueront des données préliminaires en vue de créer des études de cas sur le sujet. La mise par écrit du travail effectué peut s’avérer une manière utile d’institutionnaliser les praticiens à leur apporter un soutien plus efficace dans l’avenir.
Je remercie à l’avance les membres du Forum FSN de bien vouloir partager leurs idées et leur expérience.
Sincères salutations
Chris Ramezanpour
États-Unis
Fermes-écoles Kenya (2003-2005)

Cette discussion est fermée. Contactez fsn-moderator@fao.org pour tous renseignements.