Base de données Genre et le Droit à la Terre

Egypt

Normes coutumières, croyances religieuses et pratiques sociales ayant une influence sur les droits fonciers différenciés selon le genre

- Les membres masculins des familles ont l’obligation de prendre en charge les membres féminins, dès lors une épouse a droit à être prise en charge par son époux, en ce qui concerne le logement, la nourriture, les vêtements et les soins médicaux comme établi dans le Coran 4:34 (23).

- Dans les régions rurales, il est habituel que tous les membres de la famille, hommes et femmes, participent à la culture de la terre. Les femmes aident à garder le bétail, cousent, labourent et récoltent la terre et elles préparent la nourriture pour la famille. En dépit de leurs contributions nombreuses et variées, les femmes ne possèdent que très rarement les terres sur lesquelles elles travaillent et elles ne l’héritent pas non plus.

- Le concept de ayib est utilisé essentiellement pour protéger l’honneur de la femme ainsi que celui de la famille ou le groupe apparenté. Haram, d’un autre côté, est appliqué à quiconque transgresse les enseignements des règles et codes du Coran et qui se place ainsi dans un opprobre considéré sacrilège (4).

- Dans le cas d’une femme veuve, sa situation est semblable à celle d’une divorcée mais plus sévère. La pratique culturelle de la purification consiste à refuser à la femme veuve le droit de se remarier afin de s’assurer que la propriété et les enfants demeurent au sein de la famille du nom de son mari. Dans les régions rurales, les femmes épousent souvent le frère du mari décédé afin de conserver la propriété au sein de sa famille (24).

- Il est encore très largement répandu que dans la pratique les femmes contractent mariage avant l’âge adulte (‎18).

- Dans les familles ou tribus où une notion d’identité collective basée sur le patriarcat prévaut, les droits individuels des femmes sont subordonnés aux membres masculins  investis de la capacité de perpétuer la famille.

-Selon la coutume, il est de la responsabilité du mari de fournir le domicile conjugal; A son mariage, une femme déménage de la maison de ses parents ou de son père à celle de son mari. Les droits de propriété demeurent le privilège des hommes puisque la tradition dicte qu’ils sont responsables des conditions de vie économiques du foyer familial (‎4). 

Sources:  Les nombres affichés entre parenthèse (*) font référence aux sources énumérées dans la Bibliographie.