Genre

Pourquoi parler de «genre»? ::: Quand le prix est juste

©FAO

Quand le prix est juste...

Comme partout dans le monde pour nombre de petits exploitants, ces agricultrices de la région rurale du Gujarat (Inde) manquaient d’accès à l’information sur les marchés et ne disposaient pas de liquidités suffisantes pour payer le transport de leurs produits jusqu’aux marchés locaux ou voisins.

Elles devaient donc recourir à des marchands sur place qui dictaient le prix auquel ils achetaient leur production. Elles tiraient donc un maigre revenu de leur exploitation, tandis que les marchands empochaient des profits substantiels. Qui plus est, l’accès aux installations d’entreposage était insuffisant pour la plupart des agriculteurs. Bon nombre d’entre eux vendaient donc souvent en même temps les mêmes produits agricoles au moment des récoltes, phénomène qui accentuait la baisse des prix.

Pour corriger cette situation, l'Association des femmes travailleuses indépendantes, SEWA ( Self-Employed Women's Association), organisation non gouvernementale de travailleuses autonomes pauvres dont la plupart sont des femmes rurales, a instauré un système simple d’information sur les marchés pour aider les agricultrices à vendre leur production à un prix meilleur et plus juste.

Fonctionnement

Tous les jours, SEWA envoie un SMS à un petit nombre de membres sélectionnés dans chaque village, à qui l’on a procuré un téléphone portable. Ces messages indiquent par exemple le prix au comptant et à terme pour les principales cultures ou produits commerciaux dans trois ou quatre des marchés les plus proches.

Les membres affichent les prix mis à jour (dans la langue locale) sur un tableau noir public, facilement accessible à la population – généralement à l’extérieur d’un centre de soins de santé ou d’un bureau de la collectivité locale. Un autre membre prend alors, à l’aide d’un téléphone portable, une photo du tableau ainsi mis à jour et l’envoie au siège de SEWA à Ahmedabad, qui vérifie l’exactitude des données.

Grâce à cette information, toutes les agricultrices du village parviennent à vendre seules leurs produits à un prix du marché plus élevé et plus juste. En outre, elles peuvent se regrouper et s’entendre pour les transporter en groupe c jusqu’aux marchés voisins, et ainsi éviter tout intermédiaire, accroître leur revenu et atténuer les risques.

Certaines d’entre elles ont même commencé à recourir à un système de récépissé d’entrepôt pour stocker les récoltes en attendant que les prix montent. Ce système permet aux agriculteurs d’entreposer leurs cultures commerciales non périssables au moment de la récolte. Ils peuvent ainsi, en échange, obtenir un prêt garanti par cet entreposage ou un versement partiel (dont ils fixent eux-mêmes le montant). Autrement, ils peuvent laisser leur stock en entrepôt jusqu’à ce que le prix monte, et alors le vendre. Ce système, qui a réduit la marge bénéficiaire des marchands et intermédiaires, a grandement amélioré le revenu des agricultrices.

À long terme, les femmes pourront utiliser les données sur le prix à terme pour mieux planifier leurs cultures et prendre des décisions d’exploitation plus éclairées.

Sources

Add new content
 

 

SOFA 2010-11

 

Genre et Droit à la Terre Base de Données

 


Gender in Agriculture
E-platform

 


UN system-wide news
on gender equality

 

Nous contacter

Programme de la FAO pour la parité hommes-femmes
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
courriel: gender@fao.org

Connexions

rss