FAO.org

Accueil > Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM) > SIPAM autour du monde > SIPAM reconnus > Afrique > Système agropastoral Maasai
Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM)

Système agropastoral Maasai Oldonyonokie/Olkeri

 

 

 

Résumé

Emplacement du site: Oldonyonyokie et Olkeri Groupe Ranches, Sud du Kenya

Superficie du SIPAM: 160 000 km2

Population travaillant pour ce système: 500 000 pers.

Caractéristiques topologiques: rares ressources en sols fertiles

Classification climatique: les conditions climatiques sèches arides

Groupes ethniques / populations autochtones: la communauté Maasai

Principales sources de revenu: système d'agropastoralisme 

--------------------------------------------------------------------------------------

Dans le sud du Kenya, les populations Maasai ont mis au point un système agropastoral utilisé depuis des siècles. Malgré la faible disponibilité de terres, d’eau et de pâturages, ils ont réussi à adapter leurs systèmes à ces contraintes pour satisfaire leurs besoins. Fortement lié à la faune sauvage, ce système agropastoral n’est pas en concurrence avec elle mais qui repose plutôt sur une forme de synergie.

Ce système agropastoral intègre en même temps différents animaux tels que des buffles, des chèvres et des moutons de races endémiques puis des plantes alimentaires telles que le maïs et les haricots. Par ailleurs, la communauté Maasai est très organisée en attribuant aux différentes catégories sociales qui la composent différentes tâches relatives à la recherche de prairies, à la gestion de l'eau, aux les mouvements de bétail, etc. Pour s’adapter au climat, les besoins des animaux et de la communauté nécessitent une connaissance et une fine compréhension de la nature.

Grace à leur gestion des terres, les Maasai ont façonné et entretenu les paysages pendant des siècles dans cet environnement fragile. Durables et respectueux de la faune, les systèmes agro-pastoraux Maasai doivent être préservés afin de ne pas perdre leur incroyable connaissance de la nature, mais aussi pour maintenir la beauté du paysage et assurer sa durabilité économique.