FAO.org

Accueil > Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM) > SIPAM autour du monde > SIPAM reconnus > Asie et Pacifique > Systèmes de jardins flottants bengali > Jardins flottants du Bangladesh
Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM)

Pratique des jardins flottants du Bangladesh

Summary

Detailed Information

Partners

Annexes

Informations détaillées

Informations générales

Dans les parties les plus touchées par les inondations du Bangladesh, les agriculteurs ont développé une méthode utilisant des supports immerges pour cultiver sur l’eau. L’agriculture flottante trouve racine dans des pratiques agricoles locales datant de plusieurs générations. Il s’agit d’une méthode ayant des impacts sur les aspects économiques, environnementaux et sociaux.

Permettant de subvenir à leurs besoins alimentaires, les jardins flottants ont également permis de donner accès a des « terres » cultivables aux communautés les plus pauvres du pays. De plus, le développement de cette technique s’est également accompagne Dun plus grand équilibre des genres au sein de la communauté active. Ce système est un exemple d’adaptation aux conditions climatiques difficiles.

Alimentation et sécurité des moyens de subsistance

Les jardins flottants sont importants tout d’abord pour la satisfaction des besoins alimentaires des communautés. Durant l'été, des légumes tels que le gombo, l’épinard indien, le concombre, l’amarante rouge ou les courges sont cultivés sur les jardins flottants. De plus, la productivité des jardins flottants est estimée jusqu’à dix fois plus élevée qu’un potager de même surface en pleine terre. Les communautés locales ont aussi l’habitude de cultiver du riz et de pratiquer la pêche durant l’hiver.

Cette culture permet également aux communautés de percevoir un revenu contribuant à lutter contre la pauvreté, améliorer la sécurité alimentaire en augmentant l’accès a la terre des communautés sans terres ou vulnérables aux inondations. Cela leur permet de faire pousser des cultures avec de faibles coûts d’intrant grâce au minimalisme des structures requises. Les personnes pratiquant l’agriculture flottante profitent d’une meilleure situation économique que les agriculteurs n’ayant pas encore diversifié leurs systèmes en plein champs.

Biodiversité et fonctions des écosystèmes

Une large biodiversité de plantes cultivées est présente sur les jardins flottants. Le gombo, différents types de courges, l’épinard indien, l’aubergine, le concombre, l’amarante rouge, la courge amère, la courge cireuse, le melon ou encore le liseron d’eau sont cultives sur les jardins flottants. A cela s’ajoutent, durant l’hiver, les cultures en plein champs de riz ou d’autres légumes.

Grace à la présence abondante d’azote, de potassium et de phosphore dans les jardins flottants, il n’y a aucune nécessite de fertiliser. De plus, l’eau réduit la présence de bio agresseurs. Ainsi, les agriculteurs n’ont pas recours à des produits de traitement chimiques le rendant respectueux de l’environnement. Enfin, l’utilisation des hyacinthes d’eau, qui sont invasives, participe à la préservation de la vie aquatique de la région.

Systèmes de partage du savoir et technologies adaptées

Ce système utilise des jardins flottants, appelés Dhap, comme supports pour cultiver différents types de plantes et ce, sans sol. Des tiges de bambou sont déposées sur un lit épais de jacinthe d’eau. La première couche de cet assemblage sert base pour la stabilité, la flottabilité et l’épaisseur du lit. Les couches supérieures sont composées de compost. Huit à dix jours après l’ajout d’une couche de jacinthe d’eau, les agriculteurs repiquent des semences germées au préalable.

Généralement, ce sont deux à trois rotations culturales qui sont effectuées sur les jardins durant la saison des moussons. A chaque cycle ce sont des mélanges de cultures qui sont plantés en inter cultures.

A l’hiver suivant, les jardins flottants sont décomposés et les résidus utilisent pour enrichir les sols avant le semis de la culture d’hiver.

Culture, systèmes de valeurs et organisations sociales (Agri-culture)

L’agriculture bengalie est fortement liée à la culture des communautés locales. Nabanna est une célébration de la récolte hindouiste du Bangladesh célébrée avec des plats typiques, des dance et de la musique. Elle se tient, entre novembre et décembre, en l’honneur de la déesse Lakshmi symbolisant la richesse et la fertilité.

De plus, la vie des communautés locales sont intimement liées au rythme des saisons et des obligations agricoles qui en découlent. Ceci comprend également les traditions culinaires dont les variétés de riz locales consommées.

Paysages remarquables, caractéristiques de la gestion des ressources naturelles (terres et eau)

Avec ses jardins flottants colorés et divers, le paysage offre une vue unique. Répondant aux contraintes de la nature et des besoins humains, les jardins flottants sont intègres et durables dans le paysage. Durant l’été, les fleurs de la jacinthe d’eau fleurissent sur l’eau. Le contraste entre la violette pale des fleurs et le vert profond des feuilles crée un cadre particulier.

Concernant la gestion de l’eau et du sol, les jardins flottants sont parmi les plus développés dans les régions sujettes aux inondations.