FAO.org

Accueil > Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM) > SIPAM autour du monde > SIPAM reconnus > Asie et Pacifique > Osaki kodo sustainable irrigation system > Informations détaillées
Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM)

Système traditionnel de gestion de l'eau d'Osaki Kodo pour une riziculture durable

Résumé

Informations détaillées

Partenaires

Annexes

Informations détaillées

Importance mondiale

Le système de gestion de l'eau Osaki Kôdo est un exemple d'adaptation et d'ingéniosité des agriculteurs pour faire face aux contraintes naturelles liées à l'environnement. En effet, cette région doit faire face à des vents violents, des températures froides et des sécheresses. Alors que l'agriculture peut sembler difficile à développer dans un tel environnement, Osaki Kôdo est un bon exemple de résilience et d’adaptation. 

Sécurité alimentaire et des moyens de subsistance

A Osaki Kôdo, les agriculteurs cultivent différentes cultures dont le soja, le blé et les légumes, pour se diversifier et assurer une production de subsistance en période de mauvaises récoltes. Ce système agricole intégré soutient la poursuite de l'agriculture rizicole et permet la production et l'approvisionnement durables de divers produits agricoles axés sur le riz, qui est l'aliment de base des Japonais et sert de base à l'économie et à la culture japonaises. 

D'autres activités sont également organisées, telles que la sylviculture et la fabrication de charbon de bois, l'élevage de vers à soie, l'élevage de chevaux et la fabrication d'objets artisanaux en bois. Environ 20 % de la population active, soit 20 451 personnes, pratique encore aujourd'hui des pratiques agricoles intégrées centrées sur la production rizicole. 7 185 ménages de fermes commerciales dépendent des profits tirés de la vente de produits agricoles.

Agrobiodiversité

En plus du soja et du blé, des légumes comme les oignons verts, les tomates et les choux chinois ainsi que des fleurs comme les chrysanthèmes, les poires et d'autres fruits et légumes traditionnels comme le Kozena-daikon, l'Onikoube-na, le Matuyama-seri et le Kamiibano-satoimo sont cultivés dans les champs proches de l'igune (résidence). Un igune est composé de différentes espèces dont des ligneux tels que les aulnes japonais, qui peuvent pousser dans les zones humides, le cèdre, le bambou et le cyprès hinoki, ainsi que des arbres de sous-bois.

Ce paysage unique, composé de rizières, d'igune, de canaux et de réservoirs de la période d'Edo, contribue grandement à la biodiversité de l'écosystème local des rizières où les animaux, dont de nombreuses espèces d'oiseaux, de grenouilles, de serpents et de libellules, se déplacent entre les rizières et igune

Systèmes de savoirs locaux et traditionnels

Les habitants d'Osaki Kôdo ont déployé beaucoup d'efforts pour utiliser l'eau et prévenir les inondations. Ils ont construit des déversoirs de prise d'eau, des canaux sous terrain, des réservoirs et des réseaux de canaux d'irrigation et de drainage, sécurisant ainsi les moyens d'irrigation et de drainage des eaux, sans lesquels l'agriculture dans la région d'Osaki ne serait pas possible.

Ils ont également mis en œuvre diverses mesures préventives contre les vents de yamase, notamment en profitant ingénieusement de la température de l'eau pour réaliser les semis, en appliquant une "gestion en eau profonde" (élévation du niveau des rizières) et en arrêtant le débit de l'eau d'irrigation pendant la journée. En prévision des inondations, des bassins de contrôle des crues ont été créés pour réduire les dommages causés par les inondations.

La vie des agriculteurs locaux est soutenue par l'igune, des bois plantés autour des maisons pour se protéger des inondations et des vents d'hiver du nord-ouest. En tant que «forêts flottant dans les rizières», elles s'interconnectent avec les rizières environnantes et les réseaux de canaux d'eau.

L'agriculture extensive est également populaire dans cette région. L'élevage de bovins, de vaches laitières, de porcs et de poules pondeuses contribue à la stabilité des exploitations agricoles. Les déjections animales sont transformées en compost et retournées sur les terres agricoles en tant que ressources organiques importantes qui soutiennent le sol fertile d'Osaki Kōdo.

Enfin, alors qu’Osaki Kōdo est exposée à un fort vent du nord-ouest, le riz est séché au soleil en utilisant une méthode traditionnelle appelée «bōgake» qui consiste à pendre la paille radialement autour d'un poteau.

Culture, système de valeurs et organisations sociales

Ces efforts de coordination de la gestion de l'eau ont été réalisés principalement par keiyakukô, organisation traditionnelle de gestion des terres par les agriculteurs. En période de sécheresse, l'organisation des usagers de l'eau en aval a mis en place des schémas d'échange et d'accord avec les agriculteurs situé en amont afin d’organiser un partage équitable de l'eau. Jouant un rôle indispensable dans la coordination dirigée par les agriculteurs d'une gestion conjointe de l'eau aussi sophistiquée, le keiyakukô est présent dans tout le bassin hydrographique de la région.

Les pratiques agricoles ont généré des croyances folkloriques d'adoration de la nature, y compris le culte des montagnes où l'eau est puisée, les rituels agricoles et les arts de la scène folkloriques qui sont pratiqués dans la prière ou en reconnaissance d'une récolte abondante, et la culture tôji d'aller aux sources chaudes pour se remettre de la fatigue après certaines taches agricoles. Par ailleurs, une culture alimentaire locale riche et diversifiée a vu le jour, comprenant une cuisine de mochi (gâteaux de riz), qui était appréciée entre les étapes de la production du riz; des aliments fermentés comme le saké, le miso (pâte de soja) et la sauce de soja; et des loaches et des carpes cruciennes, qui sont des sous-produits de la pêche dans les rizières. 

Caractéristiques des paysages terrestre et marin

L'igune d'Osaki Kôdo continue de faire partie du paysage local. Lorsque les rizières sont remplies d'eau pendant la saison de plantation du riz, alors que les semis n'ont pas encore poussé, elles créent un paysage distinctif avec des îlots forestiers flottant dans les champs humides. 

Grâce à un système traditionnel de gestion de l'eau qui a permis l'agriculture rizicole et le maintien des moyens d'existence dans de telles conditions climatiques, Osaki Kôdo a développé un paysage unique qui soutient la sécurité alimentaire et la vie des agriculteurs, ainsi qu'un écosystème riche grâce à une mosaïque d'utilisation des terres comprenant des canaux portant les bénédictions de l'eau, des rizières et des ignées dispersées dans le paysage comme des forêts flottant dans les rizières. L'utilisation des terres en mosaïque, basée sur un ingénieux système de gestion de l'eau, contribue à la conservation d'une riche biodiversité et fournit un habitat aux grenouilles, araignées, libellules et autres ennemis naturels indigènes des ravageurs. Osaki Kôdo a exploité cette relation symbiotique entre l'agriculture et l'écosystème, en favorisant la diffusion d'une agriculture respectueuse de l'environnement.