L’initiative Main dans la Main en Éthiopie

Q&R avec Mme Fatouma Seid, Représentante de la FAO en Éthiopie.

La FAO a commencé à adopter l’approche Main dans la Main afin intensifier les efforts visant à éradiquer la faim et la pauvreté en Éthiopie. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

La FAO a commencé à adopter l’approche Main dans la Main afin intensifier les efforts visant à éradiquer la faim et la pauvreté en Éthiopie. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

La FAO a adopté l’approche Main dans la Main à un moment opportun pour la FAO en Éthiopie. En 2020, le gouvernement éthiopien (GOE) a adopté son plan de développement décennal (2020-2030), les Nations Unies ont élaboré leur cadre de coopération (2021-2025) et la FAO prépare actuellement les Cadres de programmation par pays (CPP) pour 2021-2025. Tous ces plans prouvent que le GOE et les partenaires sont engagés dans la lutte visant à éradiquer la faim et à réduire la pauvreté, qui sont des objectifs clés de l’initiative Main dans la Main.

Conformément aux priorités et aux défis contenus dans le plan de développement décennal, la FAO en Éthiopie, en accord avec le GOE, a décidé de concentrer ses efforts sur l’initiative des Parcs agroindustriels intégrés (PAII).

L’idée de lancer l’initiative Main dans la Main en Éthiopie a fait l’objet de discussions avec des hauts fonctionnaires du Ministère des finances et du Ministère de l’agriculture et a été reçue favorablement et avec enthousiasme.

Plusieurs initiatives ont été examinées avant de finalement décider de concentrer les efforts de la FAO en Éthiopie sur le programme des Parcs agroindustriels intégrés - le programme phare du gouvernement. Le bureau du pays utilise aussi l’approche Main dans la Main pour optimiser son travail et faire en sorte que les moyens de subsistance soient pris en compte au sein des plans de protection sociale du gouvernement.

La FAO en Éthiopie, avec l’appui du bureau sous-régional, s’est engagée plus largement avec le Bureau régional d’Afrique et le siège de la FAO pour créer une équipe spéciale, très représentative, et chargée d’aider à formuler la première initiative Main dans la Main en Éthiopie.

En quoi l’initiative Main dans la Main diffère-t-elle des initiatives et approches précédentes?

En quoi l’initiative Main dans la Main diffère-t-elle des initiatives et approches précédentes?

L’initiative Hand-in-Hand est différente des approches utilisées jusqu’ici à l’appui de Zones d’achat de produits agricoles (ACPZ) en Éthiopie. Les principales différences sont:

  • Un attention majeure pour le développement multisectoriel: dès sa conception, le programme a inclus le Ministère de l’agriculture, le Ministère des finances, le Ministère de la paix, le Ministère du commerce et d’autres parties prenantes comme l’Association économique éthiopienne. L’initiative est aussi à l’intersection de deux des programmes phares du pays - le programme pour la croissance et la transformation, et le programme de protection sociale. Cette initiative entend donc prouver qu’il est possible de concevoir des solutions de croissance économique inclusives.
  • La prise en compte de l’intérêt des personnes pauvres et vulnérables fait partie des actions commerciales: la conception actuelle tient compte des intérêts des pauvres et des vulnérables dès le début. Ceci marque un changement important par rapport aux conceptions des anciens ACPZ qui se concentraient sur la viabilité commerciale.
  • Une collaboration plus forte avec la FAO: au lieu de ne dépendre que d’une unité technique principale, l’initiative est appuyée par plusieurs départements, ce qui lui permet de tirer profit de la riche expérience de l’organisation.
  • Une approche centrée sur les systèmes alimentaires a permis de faire apparaître toutes les questions importantes liées à la sécurité alimentaire et à la nutrition au moment de concevoir l’initiative Main dans la Main. L’Éthiopie a élaboré plusieurs cadres stratégiques pour lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes, et notamment la Déclaration de Seqota de 2015 qui vise à éliminer les retards de croissance chez les enfants de moins de deux ans d’ici 2030. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la stratégie pour l’alimentation et la nutrition récemment adoptée par l’Éthiopie, qui traite la malnutrition en adoptant une approche multisectorielle et holistique et qui s’appuie sur une coordination et des partenariats multisectoriels et solides.

Quelle a été votre expérience et quelles sont les principales conclusions que la FAO en Éthiopie peut tirer de ce processus jusqu’ici?

Quelle a été votre expérience et quelles sont les principales conclusions que la FAO en Éthiopie peut tirer de ce processus jusqu’ici?

L’initiative offre à la FAO en Éthiopie la possibilité de renforcer les partenariats avec d’autres ministères et agences gouvernementales de tutelle, par exemple le Ministère de la paix et d’autres parties prenantes comme l’Association économique éthiopienne.

Une importante énergie positive sous-tend cette initiative, grâce au personnel de la FAO et des différents départements qui travaillent aux côtés du bureau du pays. Choisir une action parmi d’autres n’a pas été une décision facile, étant donné la contribution importante des différents départements sur toutes les idées que nous avions prises en compte au début.

La principale conclusion est que lorsque l’on utilise les nombreuses et vastes connaissances de la FAO et qu’on les relie aux programmes entre eux sur le terrain, on est en mesure d’élaborer de meilleurs programmes et d’apporter des aides stratégiques plus solides qui permettent de transformer les vies et les moyens d’existence des populations rurales.

Les restrictions au niveau des déplacements dues à la pandémie du COVID-19 ont empêché des interactions face à face durant la phase de conception de l’initiative. Le bureau du pays s’est servi des outils de télécommunication pour que l’indispensable processus de consultation ait lieu correctement. L’étape de la conception tient compte du fait que ces restrictions pourraient durer. De ce fait, la plupart de la formation sera faite à travers des plateformes en ligne.

Quelle est la prochaine étape?

Quelle est la prochaine étape?

La FAO continuera les processus de consultation et de plaidoyer. Et plus précisément, les prochaines étapes seront:

  • Organiser une réunion avec les hauts fonctionnaires des ministères intéressés et effectuer des consultations avec d’autres parties prenantes
  • Finaliser la proposition
  • Mettre en œuvre le projet

Comment pensez-vous que l’approche Main évoluera et se développera en Éthiopie sur le long terme?

Comment pensez-vous que l’approche Main évoluera et se développera en Éthiopie sur le long terme?

L’approche Hand-in-Hand convient au contexte de l’Éthiopie. L’Éthiopie dispose d’un grand nombre de partenaires techniques et financiers, et d’une forte volonté politique de mettre en œuvre des programmes afin d’éradiquer la faim et de réduire la pauvreté. De plus, l’Éthiopie est un pays qui soutient l’initiative de l’ONU «Unis dans l’action», ce qui donne à la FAO en Éthiopie un avantage en ce qui concerne la coopération avec d’autres agences onusiennes. Bien que le pays ait enregistré une croissance économique à deux chiffres depuis 2004, la croissance n’est pas équitable et, par conséquent, le pays n’est pas en ligne avec les objectifs d’éradication de la pauvreté (ODD1) et d’élimination de la faim et de la malnutrition sous toutes ses formes (ODD2).

Avez-vous des recommandations à adresser aux autres pays membres de la FAO – surtout ceux dont le contexte est similaire – qui ont adopté ou envisagent d’adopter le modèle Main dans la Main?

Avez-vous des recommandations à adresser aux autres pays membres de la FAO – surtout ceux dont le contexte est similaire – qui ont adopté ou envisagent d’adopter le modèle Main dans la Main?

Il est trop tôt pour donner des conseils. Toutefois, les pays dont les contextes sont similaires devraient commencer à promouvoir l’initiative auprès des hauts fonctionnaires de leur gouvernement et à identifier les potentiels points d’entrée. Le leadership et l’appropriation de la part des gouvernements sont essentiels.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

L’initiative a pour but de renforcer les capacités du Gouvernement éthiopien à mener des opérations de planification et de promotion des investissements dans l’agriculture, en catalysant les investissements. Le bureau du pays annonce que la FAO, à tous les niveaux, continuera à appuyer les efforts d’investissement du Gouvernement éthiopien, et à mettre à profit les résultats qu’apportera  l’initiative Hand-in-Hand.

Partagez