L'initiative Main dans la Main en Haïti

Q&R avec M. José Luis Fernandez, Représentant de la FAO en Haïti.

La FAO a commencé à adopter l’approche Main dans la Main pour intensifier les efforts visant à éradiquer la faim et la pauvreté en Haïti. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

La FAO a commencé à adopter l’approche Main dans la Main pour intensifier les efforts visant à éradiquer la faim et la pauvreté en Haïti. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

Bien que des progrès aient été faits pour améliorer la production agricole et la gestion des ressources naturelles, Haïti est encore considéré comme faisant partie des petits États insulaires en développement (PEID); l’ile est confrontée à des catastrophes naturelles (cyclones, ouragans, tremblements de terre, sécheresses), à une crise aigüe de la sécurité alimentaire et enregistre un taux de croissance démographique plus élevé que celui de son PIB. La FAO en Haïti s’est engagée à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement, le secteur privé, la société civile et la communauté des donateurs afin de mieux cibler les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables et en s’appuyant sur l’approche intégrée et les actions-cadre prévues par l’initiative Hand-in-Hand.

L’étroite collaboration entre le siège de la FAO et les bureaux régionaux et sous-régionaux nous permettra de disposer de l’expertise nécessaire à la mise en œuvre de l’initiative Hand-in-Hand en Haïti. De plus, la FAO permet de créer des liens entre les initiatives de développement nationales et les politiques régionales et mondiales en encourageant un dialogue entre les différentes parties prenantes. Pour réaliser les objectifs de l’initiative Hand-in-Hand dans le pays, la FAO en Haïti a mis en œuvre plusieurs actions (qui correspondent à des interventions d’urgence et de non-urgence):

Stimuler les partenariats et les collaborations mutuelles :

  • Informer le Premier Ministre et les Ministres de l’agriculture et de l’environnement de l’initiative Hand-in-Hand. Le Gouvernement haïtien a adressé une lettre au Directeur général dans laquelle il s’est dit intéressé par l’initiative.
  • Contacter les partenaires qui partagent l’approche holistique de l’initiative et son cadre d’actions en faveur de la production alimentaire locale et la consommation de produits alimentaires locaux, en faisant la promotion des investissements à court, moyen et long terme dans les systèmes alimentaires. L’Espagne, Cuba, le Brésil, Panama, la République dominicaine, l’UE et le Mexique ont manifesté leur intérêt dans ce sens.
  • En coordination avec la Coopération espagnole (AECID), la FAO a identifié les partenaires intéressés à collaborer à travers la création d’une Alliance de promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (PROSAN) en Haïti. La FAO en Haïti a mis sur pied un premier réseau qui comprend trois ONG et le Ministère de l’agriculture, doté d’un portefeuille de départ de projets d’environ 1,5 millions de dollars.

Des initiatives intégrées de développement:

Mise au point du projet «Initiatives intégrées de développement pour Haïti», dans le cadre du Programme de coopération technique (PCT), pour aider à la mise en œuvre de l’initiative Hand-in-Hand en Haïti. Ce projet a été conçu en étroite collaboration avec l’équipe spéciale FAO Hand-in-Hand.

Intensification d’un Programme d’action humanitaire (PAH) pour faire face à l’insécurité alimentaire et au COVID-19:

  • Préparation d’un Programme d’action d’urgence (composante du PAH 2020 révisé) ciblant 1,2 millions de personnes (240 000 ménages) avec un budget estimé à 93 millions de dollars. Aux 76 millions de dollars prévus avant le COVID-19 se sont ajoutés 17 millions de dollars destinés à atténuer les répercussions du COVID-19.
  • Insécurité alimentaire (actions non-Covid-19): (i) rendre les denrées alimentaires plus accessibles et plus abordables, et protéger les moyens d’existence de 108 000 ménages vulnérables; (ii) apporter un appui aux structures étatiques décentralisées et aux organisations basées sur les communautés, et notamment:
    • Fournir des intrants agricoles (semences, matériel de plantation et outils agricoles) à 27 000 ménages. Parmi eux, 300 ménages recevront aussi une aide en espèces.
    • Préserver la santé des animaux et soutenir les petits élevages pour 3 500 ménages vulnérables.
    • Apporter une aide en espèces pour soutenir l’emploi de 800 ménages.
    • Transfert d’argent inconditionné et illimité vers 800 ménages avant l’apparition des dommages dus à la saison des cyclones.
  • Actions pour atténuer les répercussions du COVID-19: (iv) atténuer les impacts négatifs du COVID-19 sur les revenus des ménages vulnérables et encourager des programme de sécurité sociale dans le secteur de la production alimentaire; soutenir le gouvernement dans l’évaluation des impacts du COVID-19 sur les moyens d’existence et l’alimentation. Distribution de 13 000 trousses d’hygiène (masques, chlore et savon).
    • Collecte et analyse des données relatives aux effets du COVID-19 sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, par le biais d’analyses des marchés, d’évaluations des mesures de l’indice de résilience, et/ou d’autres outils d’évaluation avec le Centre d'investissement de la FAO et la Banque Mondiale.
    • Sensibilisation à la prévention contre la transmission du COVID-19 et contre l’exploitation et les abus sexuels, et à l’existence d’une aide aux populations touchées.

À ce jour, la FAO a mobilisé 4,3 millions de dollars grâce à des dons et à ses ressources propres pour mener ces activités. Nous espérons obtenir 8,5 millions de dollars supplémentaires à l’issue de discussions avec d’autres donateurs.

En quoi l’initiative Main dans la Main diffère-t-elle des initiatives et approches précédentes?

En quoi l’initiative Main dans la Main diffère-t-elle des initiatives et approches précédentes?

L’initiative Hand-in-Hand est une approche fondée sur un engagement national qui établit un lien entre les dimensions économiques, sociales et environnementales. Cette approche utilise des outils et des données de type économique, statistique, spatial et analytique pour cibler et encourager des investissements en faveur du développement.

C’est une nouvelle approche qui permettra d’harmoniser les activités à l’échelle nationale en utilisant les connaissances et l’expertise de la FAO afin de réaliser des actions en faveur du développement qui soient plus appropriées aux besoins réels des populations.

Quelle a été votre expérience et quelles sont les principales conclusions que la FAO en Haïti peut tirer de ce processus jusqu’ici?

Quelle a été votre expérience et quelles sont les principales conclusions que la FAO en Haïti peut tirer de ce processus jusqu’ici?

L’initiative n’en est encore qu’à ses débuts en Haïti. Il est trop tôt pour tirer des conclusions mais ce que l’on sait c’est que nous devons apporter des résultats solides si nous voulons que tout le monde participe, y compris le gouvernement.

Quelle est la prochaine étape?

Quelle est la prochaine étape?

Nous souhaitons constituer l’Alliance PROSAN et lancer le projet PCT «Initiatives intégrées de développement pour Haïti» en juillet 2020.

La FAO est prête à aider d’autres acteurs à élaborer des projets et à faire des propositions faisables et adaptées aux besoins réels des populations.

Les prochaines étapes se pencheront surtout à mesurer les effets, à systématiser les leçons apprises et à répliquer les expériences dans d’autres parties du pays.

Comment pensez-vous que l’approche Main dans la Main évoluera et se développera en Haïti sur le long terme?

Comment pensez-vous que l’approche Main dans la Main évoluera et se développera en Haïti sur le long terme?

La FAO Haïti se propose d’adopter une approche plus globale et d’élargir ses intérêts géographiques afin d’avoir des actions plus efficaces et d’aborder le problème complexe de la pauvreté extrême et de l’insécurité alimentaire du pays. À moyen/long terme, l’initiative peut déboucher sur une approche intégrée qui permettra d’élargir la coopération et les partenariats entre les parties prenantes. La FAO en Haïti peut jouer un rôle crucial et central dans ce processus car elle est en mesure de fournir l’aide technique nécessaire.

Avez-vous des recommandations à adresser aux autres pays membres de la FAO – surtout ceux dont le contexte est similaire – qui ont adopté ou envisagent d’adopter le modèle Main dans la Main?

Avez-vous des recommandations à adresser aux autres pays membres de la FAO – surtout ceux dont le contexte est similaire – qui ont adopté ou envisagent d’adopter le modèle Main dans la Main?

Il s’agit de prouver que l’on est capable de produire des répercussions positives face aux problèmes posés. Il est très important d’écouter attentivement les acteurs qui effectuent, influencent ou sont touchés par les actions de développement. L’écoute est le processus à partir duquel on peut définir des projets et des propositions qui sont faisables et adaptées aux besoins réels des populations.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

Il est important que les programmes et les projets reflètent les priorités du pays, soient adaptés aux forces des marchés et soient en ligne avec les politiques nationales, qu’ils respectent les normes et les règlements nationaux et qu’ils continuent à utiliser les approches, les institutions et les infrastructures prévues par les programmes et projets. Comme chacun sait, il ne suffit pas de financer et de construire des infrastructures pour garantir la durabilité. L’appropriation, l’engagement complet et la participation du gouvernement sont des facteurs essentiels.

Partagez