FAO.org

Accueil > L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde 2015
L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde 2015

La Carte FAO de la faim dans le monde 2015

SÉLECTIONNEZ
La sous-alimentation est l'état, se prolongeant au moins un an, durant lequel une personne ne parvient pas à se procurer assez de nourriture pour satisfaire les besoins énergétiques alimentaires quotidiens. La FAO définit la faim comme synonyme de sous-alimentation chronique.
L'Objectif du Millénaire pour le développement de réduction de la faim mesure les progrès réalisés par les pays en vue de réduire de moitié entre 1990-92 et 2015 la proportion de la population souffrant de la faim ou de la ramener sous la barre des 5 pour cent.
L'objectif du Sommet mondial de l'alimentation mesure les progrès réalisés par les pays en vue de réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées entre 1990-92 et 2015.
SÉLECTIONNEZ UNE RÉGION
SÉLECTIONNEZ UNE PÉRIODE
Sélectionnez une tranche d'années
  • Objectif 1c atteint
  • Objectif 1c non atteint, de lents progrès
  • Objectif 1c non atteint, absence de progrès ou détérioration
  • Valeurs manquantes ou insuffisantes
  • Non évalué
  • <5% Très faible
  • 5% -> 14.9% - Modérément faible
  • 15% -> 24.9% - Modérément élevée
  • 25% -> 34.9% - Elevée
  • 35% and over - Très élevée
  • Données non disponibles ou insuffisantes
  • Objectif atteint
  • Objectif non atteint, de lents progrès
  • Objectif non atteint, absence de progrès ou détérioration
  • Valeurs manquantes ou insuffisantes
  • Non évalué

Les appellations employées et la présentation des données sur la/les carte(s) n'impliquent de la part de la FAO aucune prise de position quant au statut juridique ou constitutionnel des pays, territoires ou zones maritimes, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Objectifs internationaux 2015 de réduction de la faim: des progrès inégaux

Le rapport 2015 sur L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde fait le point des progrès accomplis vers les objectifs de réduction de la faim définis au niveau international – le premier objectif du Millénaire pour le développement (OMD) et l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation – et s’interroge sur ce qui doit être fait pour accompagner la transition vers le nouveau programme de développement durable pour l’après-2015. On trouvera dans la présente édition une analyse des progrès accomplis depuis 1990 dans chaque pays et chaque région, et dans l’ensemble du monde.

Les progrès dans la réalisation de la cible du premier objectif des OMD ne sont pas mesurés seulement au regard de la sous-alimentation et de la faim. On prend aussi en considération un deuxième indicateur: la prévalence de l’insuffisance pondérale chez les enfants de moins de cinq ans. Une analyse de ces deux indicateurs et de leur évolution dans le temps et à l’échelle des régions permet d’appréhender la sécurité alimentaire dans sa complexité.

Même si, globalement, des améliorations ont été obtenues, il reste encore beaucoup à faire pour éliminer la faim et instaurer la sécurité alimentaire dans toutes ses dimensions. L’édition 2015 ne donne pas seulement une idée des progrès déjà accomplis. On y recense également les problèmes qui persistent et on y formule des recommandations sur les politiques qu’il faudrait privilégier dans l’avenir. Les facteurs qui à ce jour ont le plus contribué à une plus grande sécurité alimentaire et à une meilleure nutrition sont mis en avant. La liste de ces facteurs – la croissance économique, l’augmentation de la productivité agricole, les marchés (et notamment le commerce international) et la protection sociale – n’est en aucun cas exhaustive. On constate aussi que les crises prolongées, dues à des conflits ou à des catastrophes naturelles, freinent la marche vers l’élimination de la faim.

Notes

Les pays révisent régulièrement leurs statistiques officielles passées et présentes. Il en est de même pour les données démographiques des Nations Unies. Lorsque cela se produit, la FAO corrige ses estimations de la sous-alimentation en conséquence. Les utilisateurs sont donc invités à ne considérer la variation des estimations dans le temps que pour une même édition de L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde et à ne pas comparer des données publiées dans des éditions correspondant à des années différentes.

Les pays, zones ou territoires pour lesquels on ne disposait pas de suffisamment de données ou pas de données fiables pour réaliser l’estimation n’ont pas été pris en compte. Il s’agit des suivants: Andorre, Anguilla, Antilles néerlandaises, Aruba, Atoll Johnston, Bahreïn, Bhoutan, Burundi, Comores, Dominique, Érythrée, Groenland, Guadeloupe, Guam, Guinée équatoriale, Guyane française, Îles Caïmanes, Îles Canton et Enderbury, Île Christmas, Îles Cook, Îles des Cocos (Keeling), Îles Féroé, Îles Mariannes du Nord, Îles Marshall, Îles Midway, Île Norfolk, Îles Pitcairn, Îles Turques et Caïques, Îles Vierges américaines, Îles Vierges britanniques, Libye, Liechtenstein, Martinique, Micronésie (États fédérés de), Monaco, Nauru, Nioué, Nouvelle- Calédonie, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Polynésie française, Porto Rico, Qatar, République arabe syrienne, République démocratique du Congo, Réunion, Sahara occidental, Sainte-Hélène, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Marin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Siège, Samoa américaines, Seychelles, Singapour, Somalie, Tokélaou, Tonga, Tuvalu, Wake, Wallis-et-Futuna.