FAO.org

Accueil > En action > projects > Action contre la désertification > Événements > Detail FR

Action contre la désertification

Le projet Action contre la désertification se réunit pour planifier ses interventions en 2018

Atelier sur l’évaluation et la planification des activités de restauration et de la communication


10/11/2017

Niamey - Du 13 au 17  novembre le projet Action Contre de la Désertification (ACD) organise à Niamey un atelier technique sur l’évaluation et la planification des activités de restauration des terres en 2018 et de la communication sur les résultats obtenus du projet.

L’atelier de Niamey permettra aux experts en communication et en restauration des forêts et des paysages ou territoires agrosilvopastoraux de 12 pays  - le Burkina Faso, l’Erythrée, l’Ethiopie, la Gambie, le Kenya, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Soudan et le Tchad de se pencher sur les meilleurs voies et moyens de poursuivre la mise en œuvre des interventions de restauration de la Grande Muraille Verte en Afrique.

Ensemble, les experts décortiqueront les défis et succès des activités de restauration des terres dégradées et de la visibilité du projet Action Contre la Désertification (ACD) et partant de ceux liés à la Grande Muraille Verte (GMV) dans son ensemble.

Les activités de restauration des terres dans le cadre du projet ACD montrent des résultats encourageants, qui confirment que la dégradation n'est pas encore irréversible. Environ 12 000 hectares de terres dégradées ont été semées et plantés entre 2015 et 2017, y inclus au Niger.

Ces activités visent à renforcer la résilience des communautés locales au changement climatique et leur développement durable et améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il est nécessaire de les accélérer afin d’atteindre l’objectif global de ACD, qui est de 40 000 hectares d'ici 2019.

C’est pourquoi les experts se réunissent pour planifier les activités de restauration des terres dégradées et revoir les plans nationaux de communication et de visibilité pour 2018 pour arriver à un rapportage plus performant, compréhensible, homogène et cohérent pour ACD et la GMV.

Les participants à l’atelier de Niamey se rendront également à Téra pour voir les réalisations initiales de ACD sur les sites où des actions de restauration des terres dégradées ont été réalisées et où les communautés collectent et produisent des semences pour la restauration et du fourrage herbacé issus de leurs terroirs restaurés.