FAO.org

Accueil > En action > Burundi: promouvoir l'intégration, la durabilité et l'efficacité dans l'agriculture

Burundi: promouvoir l'intégration, la durabilité et l'efficacité dans l'agriculture

La FAO soutient la croissance agricole durable au Burundi par le biais des écoles d’agriculture de terrain. 

Points clés

Pour nourrir une population mondiale qui croît rapidement, il est nécessaire de produire davantage de nourriture d'une façon plus efficace et plus durable. Il est par conséquent essentiel d’utiliser moins d'intrants tout en augmentant les rendements. Le véritable défi ne consiste pas seulement à augmenter la production, mais à y parvenir dans un contexte de changement climatique et de dégradation des ressources naturelles telles que les terres fertiles, l'eau douce et la biodiversité. Au Burundi – pays doté d’une population en pleine expansion, qui dépend de terres agricoles limitées et souvent morcelées en petites parcelles – pour accroître la production alimentaire, plutôt que de consacrer davantage de terres à l’agriculture, des efforts devront être déployés pour favoriser l'intégration et l'efficacité des systèmes d'exploitation agricole.

Le «Projet intégré visant à renforcer les moyens de subsistance des populations dans les provinces de Ngozi et de Mwaro à travers une intensification durable et efficace de l’agriculture» a permis d’atteindre d’importants résultats dans trois bassins versants du Burundi. Le projet s’appuie sur des écoles d’agriculture de terrain (FSS) pour aider les communautés vivant dans ces bassins versants à mieux gérer leurs terres et à améliorer leurs moyens de production alimentaire et leur nutrition.

Le projet, qui s’appuie sur les bonnes pratiques agricoles issues de différentes régions, vise à intensifier la production agricole de manière durable en vue de faire reculer l'insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté.

Par exemple, les systèmes intégrés d’agriculture et d’aquaculture dans la province de Mwaro offrent la possibilité de produire un éventail de cultures, de poissons et de petits animaux d’élevage dans une zone relativement étroite, tout en augmentant la disponibilité d'aliments nutritifs. Les engrais issus de l’élevage fertilisent les étangs, ce qui améliore la production halieutique tout en réduisant le besoin de nourrir les poissons. Ces activités étaient auparavant menées séparément, mais sont désormais combinées et se renforcent ainsi mutuellement.

La diversification des activités génératrices de revenus, comme l'élevage de poissons et de porcs, une production végétale plus efficace et davantage axée sur le marché, et des activités spécialisées telles que la culture de champignons, offrent aux agriculteurs des moyens de gagner des revenus supplémentaires tout en améliorant leur accès à des protéines, des vitamines et des minéraux dont ils ont grandement besoin. Sous l‘égide du projet, des micro-jardins potagers ont été créés par près de 200 foyers dans des zones urbaines et péri-urbaines, offrant aux petits exploitants la possibilité de cultiver des fruits et des légumes malgré la disponibilité très limitée des terres.

Un autre volet important du projet consiste à renforcer les techniques de contrôle de l'érosion et de stabilisation des bassins versants à l’aide de pratiques forestières intégrées, d’espèces persistantes d’herbes fourragères et de la cartographie des champs. Les champs des agriculteurs, protégés contre l'érosion, ont été semés avec des semences améliorées de cultures vivrières notamment de maïs, de haricots, de soja et de pommes de terre. Plus de 49 000 jeunes plants d'arbres fruitiers, dont des avocatiers et des pruniers japonais, ont été multipliés et plantés par la communauté.

Les agriculteurs et les agricultrices ont bénéficié de formations et d’une assistance en matière de gestion de leur production, par l'intermédiaire des écoles d’agriculture de terrain. Ces groupements volontaires ont été guidés par un facilitateur, dans l’objectif de renforcer leurs capacités par la formation et la recherche communautaire, tout en répondant spécifiquement aux besoins des agricultrices. Le renforcement des capacités en matière de production agricole durable était notamment axé sur des techniques de compostage, la culture de champignons comestibles, la gestion des étangs piscicoles et le contrôle de l'érosion.

Quelles sont les prochaines étapes?
Pour poursuivre la promotion de l'intensification et de la diversification durables, des chèvres ont été distribuées aux agriculteurs. Celles-ci constituent une source précieuse de nourriture tandis que leur fumier contribue à la santé des sols. Par ailleurs, la communauté redistribuera la première génération de chevreaux aux ménages les plus vulnérables. Ce fonds renouvelable appelé la «chaîne de solidarité», déjà créé au Burundi, renforce la cohésion communautaire et constitue un filet de sécurité sociale. Le projet s'emploiera également à soutenir la stratégie nationale relative à l’élevage caprin afin d'assurer la disponibilité d’un fort stock génétique. L'utilisation de cultures fourragères de haute qualité sera également encouragée dans le cadre des activités de protection et de lutte contre l’érosion des bassins versants. Les graminées à croissance rapide et les arbres issus de l’agroforesterie qui protègent les sols sont utilisés comme fourrage pour les chèvres.

La sécurité alimentaire et la nutrition de l’ensemble de la communauté seront encore renforcées par des campagnes de sensibilisation, par la promotion des micro-jardins et par le biais d’initiatives d’éducation nutritionnelle dans les zones rurales, urbaines et péri-urbaines.

Toutes les activités sont menées en collaboration avec des projets existants, y compris le Projet d’horticulture urbaine et péri-urbaine de la FAO et le projet SUN – Mouvement pour le renforcement de la nutrition. Des documents de formation ont été créés et des formations sont dispensées en vue d'intégrer la question de la nutrition via le bureau de la FAO, les facilitateurs des écoles d’agriculture de terrain et les éducateurs travaillant avec les jardins scolaires. De cette manière, le projet garantit l’ancrage des résultats au sein de la communauté, et profite de la dynamique ainsi créée pour faire parvenir ces techniques intégrées au plus grand nombre.

Partagez