FAO.org

Accueil > En action > Des fourneaux à bon rendement énergétique pour garantir la sécurité des femmes au Nigéria

Des fourneaux à bon rendement énergétique pour garantir la sécurité des femmes au Nigéria

Des fourneaux fabriqués localement réduisent les risques sanitaire et sécuritaire pour les femmes et les filles.

Faits marquants

Dans de nombreux foyers situés dans le nord-est du Nigéria, il existe un fort besoin en combustible et en énergie pour la cuisine et les autres activités ménagères. Or, les méthodes traditionnelles utilisées mettent les populations en danger, et particulièrement les femmes. Pour y faire face, la FAO distribue des fourneaux à bon rendement énergétique, fabriqués localement, à Borno, qui abrite la plus grande population de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays (PDI) de la région. La FAO a formé 100 artisans locaux en vue de produire environ 5000 fourneaux depuis le mois de mai, 6000 fourneaux supplémentaires sont prévus d’ici à la fin de l’année, pour équiper, selon les estimations, 77 000 personnes en 2018. Ces fourneaux de conception simple allègent le quotidien des femmes et des filles, qui assument la tâche harassante de collecter le bois de chauffageet qui sont exposées à un risque élevé de violence.

À Maiduguri, dans l’État de Borno, Bakassi est un immense camp pour les personnes déplacées dans leur propre pays. Avant l’insurrection, c'était censé être un village pour des fonctionnaires gouvernementaux mais aujourd’hui, des centaines de maisons aux toits rouges à moitié construites abritent des milliers de personnes déplacées dans leur propre pays (PDI). Le camp est une métaphore des bouleversements causés par la crise et de la manière dont la vie s’est adaptée après la campagne menée par les combattants armés pendant neuf ans.

Dans les camps comme celui de Bakassi et dans le nord-est du Nigéria, il y a un grand besoin encombustible et en énergie pour la cuisine et d’autres activités domestiques. Pourtant, de nombreuses personnes déplacées étant sans emploi ou vivant de travaux manuels précaires, peu d’entre elles peuvent se permettre de payer régulièrement les 100-150 Naira nigériens, NGN, (27 à 40 dollars EU) que coûte en moyenne et quotidiennement le bois de chauffage, principale source de combustible. En réalité, les familles finissent par vendre une part de leur aide alimentaire pour payer les dépenses du ménage. 

Pour aider ces familles ayant un besoin urgent d’accéder aux combustibles et à l’énergie, la FAO distribue des fourneaux à bon rendement énergétique à Borno, qui abrite la plus grande population de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Environ 5 000 fourneaux ont été distribués aux familles (un par foyer) dans 10 zones différentes depuis le mois de mai, 6000 fourneaux supplémentaires sont prévus d’ici à la fin de l’année pour équiper, selon les estimations, 11 000 familles en 2018.  

Cuisiner avec un fourneau traditionnel peut s’avérer fastidieux. Selon Mallama Abubakar, une résidente du camp de Bakassi, cela peut même être dangereux. «Nous sommes heureux d’être débarrassés du murfu uku,» dit-elle, en référence au terme en langue Hausa (la langue locale) désignant le fait de cuisiner sur trois grosses pierres - ou plus - qui calent de grosses bûches de bois de chauffage.

«Cela nous rend malades, nous les femmes, en particulier à la la poitrine et dans les yeux,» dit-elle, désignant avec insistance ses poumons.

À Monguno, dans l’État de Borno, où elle vivait avant l’insurrection, Mallama vendait de la nourriture en bordure de route et connaît trop bien les effets d’une exposition constante à la fumée dense. «La fumée affecte nos bébés parce que parfois nous nous occupons d’eux pendant que nous cuisinons. Quand nous allaitons, la fumée pénètre dans leurs yeux et dans leur bouche.»

Selon le Ministère de la santé du Nigéria, les maladies respiratoires provoquées par l’inhalation de fumée sont la troisième plus grande cause de décès dans le pays.

Le premier plat que Mallama a cuisiné sur son nouveau fourneau?

Le plat préféré au Nigéria, le jollof, à base de riz et de viande, qui d’ailleurs est devenu un motif de rivalité amicale entre les pays ouest-africains du Ghana et du Nigéria. «Mon jollof cuit plus vite et a un goût plus doux sur ce fourneau,» ajoute-t-elle.

Protéger les femmes et les filles des violences sexistes

Les fourneaux réduisent les besoins en bois de chauffage de 65% et diminuent considérablement la quantité de fumée produite par rapport aux méthodes de cuisson traditionnelles. Les distributions de fourneaux par la FAO sont financées par le Gouvernement de Norvège dans le cadre d’un projet faisant partie du Programme mondial pour un accès sûr aux combustibles et à l’énergie (SAFE).

Rechercher du bois de chauffagepour la cuisson traditionnelle peut aussi s’avérer dangereux. «Les officiers de sécurité essaient de nous dissuader d’aller dans la brousse chercher du bois de chauffage» dit Awah Ahmed, également résidente de Bakassi. «Quand on va dans la brousse, on peut facilement se faire attaquer par Boko Haram. Ils peuvent prendre votre argent, vous violer ou vous tuer. Donc nous avons peur d’aller dans la brousse pour chercher du bois».
Activité liée au genre dans la majeure partie du nord-est du Nigéria, la collecte de bois de chauffage est généralement confiée aux femmes et aux filles. En allongeant la durée du bois de chauffage, ces fourneaux vont réduire la nécessité pour ces groupes de rechercher du combustible et de l’énergie dans des endroits dangereux et instables, diminuant ainsi leur risque d’affronter la violence sexiste au-delà des camps.

Fabriqués à Borno

«Nous voulions produire les fourneaux localement pour augmenter le potentiel de revenus des très talentueux artisans locaux de Borno, tout en répondant au besoin urgent de combustible et d’énergie des ménages vulnérables», dit Suffyan Koroma, Représentant de la FAO au Nigéria.

L’Organisation a créé trois centres de production dans les zones de Gouvernement local du Centre Métropolitain de Maiduguri, de Jere et de Konduga à Borno. Les artisans ont été formés pour fabriquer les fourneaux qui sont réalisés à partir d’argile issue de cette zone. Ils sont ensuite recouverts de métal pour en favoriser la durabilité.

Une meilleure utilisation de ces fourneaux à bon rendement énergétique aidera également à moins dépendre de la forêt pour se procurer du combustible. Dans l’État de Borno, la déforestation est une menace majeure pour la viabilité des ressources naturelles et pour la sécurité alimentaire durable des familles dont l’alimentation et les revenus dépendent des zones forestières.

La FAO travaille en étroite collaboration avec le Ministère de l’environnement de l’État de Borno et avec le Centre international pour l’énergie, l’environnement et le développement afin de mettre en œuvre des activités.

Partagez