FAO.org

Accueil > En action > En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les éleveurs de porcs tirent profit de la technologie blockchain

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les éleveurs de porcs tirent profit de la technologie blockchain

©FAO/Gerard Sylvester

La FAO met au point un système de suivi du bétail pour aider les éleveurs de porcs à développer leurs marchés

Faits marquants

Les porcs jouent un rôle clé en Papouasie-Nouvelle-Guinée, tant sur le plan culturel qu'économique. L'augmentation de la demande mondiale de viande de porc offre de nouvelles opportunités d'exportation, à condition que les agriculteurs puissent prouver la qualité de leurs produits. En collaboration avec l'Union internationale des télécommunications, la FAO est en train de créer un système de registre distribué - plus connu sous le nom de système basé sur la technologie blockchain - qui permet de tracer le bétail. Grâce à cette traçabilité, les consommateurs peuvent acheter leur viande de porc en toute confiance. Grâce à ce système, les éleveurs peuvent consigner des renseignements importants, tels que les pedigrees de leurs bêtes, ce qu'elles ont mangé, quand elles sont tombées malades et quels médicaments leur ont été administrées. Avant la mise en place de ce système, les consommateurs n'avaient aucun moyen de vérifier ces informations. La mise en œuvre du nouveau système de traçabilité est essentielle pour rétablir la confiance des consommateurs. Il permet aussi aux agriculteurs de développer leurs marchés et d'obtenir un juste retour sur leurs investissements.

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, il n'y a pas de fête sans rôti de porc. Il s'agit de l'un des rares mammifères qui vit sur l'île. Le porc joue un rôle important dans la culture et dans l'économie du pays. Traditionnellement, les petits éleveurs - qui élèvent la grande majorité des porcs - vendent leur bétail à l'échelle locale. Mais l'augmentation de la demande mondiale de viande de porc représente de nouvelles opportunités d'accès aux marchés internationaux. Par conséquent, les agriculteurs cherchent un moyen de prouver que leur bétail répond aux normes internationales. C'est la raison pour laquelle ils se tournent désormais vers la technologie blockchain, qui représente une technologie d'enregistrement des données immuable.

A la demande du gouvernement provincial de Jiwaka, la FAO et l'Union internationale des télécommunications (UIT) ont conceptualisé et mis au point un nouveau système de traçabilité du bétail pour les petits éleveurs de porcs. À l'aide d'étiquettes de radio-identification (RFID) et d'une application pour smartphone, les agriculteurs peuvent conserver des dossiers numériques sur la façon dont ils ont élevé leurs porcs. Ces documents peuvent par exemple démontrer qu'ils ont suivi un régime à base de patate douce ou qu'ils ont bien été vaccinés. Grâce à ce solide historique numérique, les acheteurs peuvent être assurés de la qualité de la viande, et par conséquent, les agriculteurs peuvent obtenir un retour sur investissement plus juste.

Le système est actuellement en phase de test à Jiwaka, où les membres de la communauté étaient impatients de le tester. Le gouvernement provincial a financé des smartphones pour 25 petits exploitants agricoles, ainsi qu'une formation sur la façon d'utiliser l'application. Parallèlement, les autorités nationales de communication du pays améliorent la connectivité locale à large bande afin que les agriculteurs puissent plus facilement utiliser leurs smartphones pour mettre à jour leurs dossiers dans le système de suivi, qui est hébergé sur le cloud.

Agriculteur, Johannes Pakangeun cultive des citrons et des mandarines et élève des porcs. Il est déjà impatient de voir cette nouvelle technologie porter ses fruits. "Je suis très heureux que la FAO applique ce système de traçabilité à Jiwaka", dit-il. "J'ai étiqueté mes porcelets, et quand ils atteindront 100 kg, je pourrai les vendre. Les gens pourront avoir accès aux informations sur la façon dont mes porcs ont été élevés."

En dehors de la technologie blockchain, la FAO développe également d'autres initiatives liées à l'élevage. Ainsi, en collaboration avec le Département de l'agriculture et de l'élevage de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la FAO dispense une formation à l'élevage afin que les petits exploitants agricoles puissent améliorer la santé et la valeur de leurs bêtes. La FAO et l'UIT fournissent également une assistance technique pour l'élaboration de la stratégie nationale pour l'e-agriculture en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cela va permettre au pays de mettre les technologies de communication au service des défis agricoles.

Il est important de noter que la FAO travaille également avec les responsables sanitaires locaux pour les sensibiliser à la résistance aux antimicrobiens et à l'importance d'élever et de consommer des animaux sains. Parfois, les porcs reçoivent des antibiotiques destinés à l'homme, ce qui peut les conduire à développer une résistance au médicament. Lorsque l'homme consomme cette viande, il peut à son tour développer cette résistance aux antibiotiques. Cela contribue au risque de voir se développer une "superbactérie" qui ne répond à aucun traitement. Par conséquent, la FAO encourage les agriculteurs à adopter une approche intégrée "une seule santé" dont l'objectif est de protéger à la fois la santé humaine et animale, en réduisant les menaces de maladies et en assurant un approvisionnement alimentaire sûr.

Les prochaines étapes du projet consistent à améliorer l'application et à la mettre à la disposition d'un plus grand nombre d'agriculteurs. La FAO travaille également avec les banques et les opérateurs de téléphonie mobile pour permettre les paiements en ligne. Le projet pourrait également créer de nouvelles opportunités pour les transporteurs ruraux, qui pourraient livrer les porcs du vendeur à l'acheteur pour une somme modique.

Le logiciel de la blockchain augmente la confiance et les opportunités sur les marchés locaux. Il jette également les bases de futurs systèmes qui permettront aux petits producteurs de répondre aux normes internationales en matière d'exportation du bétail. Mais pour l'instant, la FAO aide les agriculteurs à augmenter leurs revenus, à lutter contre la résistance aux antimicrobiens, à créer de nouvelles opportunités tout au long de la chaîne de valeur et à participer à l'objectif mondial visant à atteindre la #FaimZéro.

Pour aller plus loin

Partagez