FAO.org

Accueil > En action > Rétablir les moyens de subsistance des agriculteurs suite à de graves inondations en Serbie

Rétablir les moyens de subsistance des agriculteurs suite à de graves inondations en Serbie

La FAO fournit une assistance agricole aux agriculteurs frappés par les inondations en Serbie.

Points clés

Peu de temps après les graves inondations qui ont frappé la Serbie en mai 2014, le Gouvernement de la République de Serbie a déclaré l'état d’urgence : quelque 32 000 personnes ont été évacuées de leurs maisons, écoles, établissements de santé, et les terres agricoles ont été endommagées. L'agriculture est le pilier de l'économie rurale en Serbie, ainsi qu'une importante source de revenus pour la majorité de la population rurale. Les dommages et pertes du secteur agricole ont été estimés à 228 millions d'euros. En réponse aux inondations dévastatrices, la FAO a établi un partenariat avec l'Union européenne, le Gouvernement de la République de Serbie, et d'autres partenaires d'exécution pour lancer le Programme d’aide aux victimes des inondations de l’Union européenne. Doté d’un montant de 92 millions d’euros, le programme – financé par l'Union européenne – vise à fournir une large assistance aux victimes des inondations en Serbie. À ce jour, grâce aux 9,5 millions d'euros affectés au redressement de la production agricole, la FAO a soutenu environ 34 500 familles agricoles touchées par les inondations issues de 993 communautés dans 41 municipalités de Serbie à travers la distribution de kits d’assistance qui ont permis aux familles de redémarrer leurs activités agricoles et de rétablir leurs moyens de subsistance.

Les kits d’assistance de la FAO en faveur des familles d'agriculteurs touchées par les inondations consistaient en : i) la distribution de semences, de jeunes arbres fruitiers, de cannes fructifères, d’engrais, de nourriture pour les animaux d’élevage, de matériel agricole et de ruches ; et ii) la construction de serres et l'organisation d’ateliers relatifs à la réduction des risques de catastrophe et au changement climatique dans l'agriculture.

«Les dons de l’Union européenne ont été d’un grand réconfort pour tous les agriculteurs de la région, quel que soit le type d'appui et d'assistance qu’ils ont reçu,» déclare Jovan Petrovic, un des bénéficiaires.

En automne et en hiver 2014 et 2015, la FAO s’est procurée de jeunes arbres fruitiers et des cannes fructifères qu’elle a ensuite distribué à environ 2 000 exploitations agricoles dans 30 municipalités serbes. Plus de 2 millions de jeunes pruniers, cerisiers, cerisiers acides, et de cannes de framboisier et de mûrier ont ainsi été plantés dans des vergers d'agriculteurs sélectionnés dans tout le pays, pour une valeur totale de 1,2 million d' euros.

La famille Petrovic – l’une des nombreuses familles bénéficiaires 
La FAO a fourni aux producteurs de fruits de la municipalité de Sabac plus de 450 000 cannes de variétés certifiées de haute qualité de framboisiers, notamment des Tulameen, des Meeker, et des Polka.

La famille Petrovic est l'une des 254 familles bénéficiaires de la municipalité. Elle avait présenté une demande en vue de bénéficier du programme d'aide relatif aux cannes de framboisier après que 11 hectares de leurs terres avaient été inondés à Prnjavor, une ville près de la municipalité de Kraljevo. La famille – Jovan, sa femme Anna et leurs deux fils Milan et Ivan – cultivent des framboises depuis des années.

À la suite des inondations, leurs cannes de framboisier avaient séché ou avaient été complètement détruites. La famille élève également du bétail et des porcs, et cultive du maïs, du soja, du blé et du trèfle. Néanmoins, leur demi-hectare de terrain de framboisiers constituait une importante source de revenu. Après avoir sollicité un soutien, à l'automne 2014, la FAO a livré à la famille 1 800 cannes de framboisier Tulameen certifiées de haute qualité.

Réputées pour leur goût sucré et leurs rendements élevés, les cannes Tulameen appartenant à la famille Petrovics produisent six tonnes de framboises qu’ils cultivent sur 50 acres de terres. Le père de la famille, Jovan Petrovic, dit qu'il est très satisfait: «La qualité des cannes de framboisier qui nous ont été distribuées était très bonne, et le rendement l’a été tout autant. Comme il s’agissait de la première récolte, je m’attends à des rendements encore meilleurs et à des résultats de meilleure qualité pour les saisons suivantes. Je suis reconnaissant à tous ceux qui nous ont aidé à restaurer notre production de framboises après les inondations.»

Se former pour le futur
Afin de tirer des leçons du passé, de se préparer pour le futur et de favoriser l'élaboration du Programme de gestion des risques de catastrophe, la FAO a organisé des ateliers de formation sur la réduction et la gestion des risques de catastrophe. Quelque 30 participants, y compris des professionnels du Ministère de l'agriculture et de la protection de l'environnement serbe, le directeur adjoint par intérim du Bureau de la reconstruction et de l’aide aux victimes des inondations et des experts de la FAO, ont travaillé en vue de définir les activités prioritaires en matière de réduction et de gestion des risques de catastrophe dans le secteur agricole. 

«Cet atelier marque une nécessité de passer à des mesures d'adaptation liées à l'agriculture», a déclaré Olga Bouto, une spécialiste du changement climatique du Bureau régional de la FAO pour l'Europe et l'Asie centrale. «Maintenant que le choc initial des inondations est passé, tout le monde se tourne vers l'avenir et est très engagé dans la prévention, l'atténuation et la préparation. Nous savons que chaque dollar consacré en amont à la prévention et à la préparation fait économiser trois à cinq dollars à l'intervention d'urgence.»

À l'automne 2016 une nouvelle série de formations relatives à l'adaptation au changement climatique a été mise en place dans l'est de la Serbie. Au cours des 42 formations proposées, les agriculteurs de sept municipalités ont bénéficié de formations axées sur: l’adaptation de leurs productions de cultures fourragères et céréalières, fruitières, animales et maraîchères; une meilleure utilisation de leurs machines agricoles; et l’amélioration de leurs pratiques de gestion des exploitations, en vue d’être mieux préparés et plus résistants face aux effets négatifs du changement climatique sur l'agriculture.

À propos du Programme d’aide aux victimes des inondations de l’Union européenne
En réponse aux inondations dévastatrices de mai 2014, le Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) en partenariat avec la FAO, les organisations HELP et ABS, le Conseil danois pour les réfugiés (DRC), l'Agence autrichienne de développement (ADA), la Banque mondiale et le Gouvernement de la Serbie, ont mis en œuvre le Programme d’aide aux victimes des inondations de l’Union européenne.

L'Union européenne est actuellement le principal bailleur de fonds en faveur de l’assistance aux victimes des inondations en Serbie avec 92 millions d'euros provenant de l'Instrument d’aide de préadhésion (IPA) 2012 et IPA 2014. Les fonds sont utilisés pour la construction de nouvelles maisons, la réhabilitation des infrastructures et des bâtiments publics, la rénovation des maisons privées et des routes, ainsi que pour la reprise économique et agricole des municipalités les plus touchées par les inondations.

Partagez