FAO.org

Accueil > En action > projects > Institutionnaliser le droit à l’alimentation dans les programmes et stratégies à l’échelon sous-national > Résultats
Institutionnaliser le droit à l’alimentation dans les programmes et stratégies à l’échelon sous-national
© FAO

Résultats du projet

Matériel de formation

Les premiers obstacles à la décentralisation sont les difficultés que rencontrent les gouvernements locaux à exercer un mandat de plus en plus important et celles que rencontre la société civile à s’impliquer dans la planification des districts et le suivi des programmes et à exiger de meilleurs services. Bien que les acteurs de ces trois pays aient des besoins de formation différents, on peut citer quelques nécessités communes. À l’heure actuelle, il n’existe aucun manuel de formation complet sur l’intégration de la sécurité alimentaire et du droit à l'alimentation au niveau des districts.

Cela ne veut pas dire que le travail doit partir de zéro. La plupart des documents élaborés par la FAO peuvent être utilisés, enrichis et mis à jour. En revanche, certains documents, portant notamment sur la responsabilisation ou la transparence en matière de problématiques de sécurité alimentaire au niveau des districts, doivent encore être rédigés. Vu que les pays ne peuvent pas attendre que ces documents soient finalisés, le projet va continuer de préparer les documents tout en utilisant des prototypes. Néanmoins, au terme du projet, un manuel de formation complet devrait être achevé.

En septembre 2010, des fonctionnaires de districts ont suivi une formation de deux semaines sur « l’intégration de la sécurité alimentaire et de la nutrition aux programmes de développement – Usage de bonnes pratiques de gouvernance en Sierra Leone, en Ouganda et à Zanzibar » organisé conjointement par la FAO et InWEnt (organisation qui fait désormais partie de GIZ – Deutsche Gesellschaft für international Zusammenarbeit).

Guide de référence « Intégrer le droit à l'alimentation »

La décentralisation, soit le transfert d’autorité et de responsabilité des fonctions publiques du gouvernement central vers des gouvernements intermédiaires et locaux, des organisations gouvernementales quasi indépendantes ou vers le secteur privé est un concept complexe et à multiples facettes. Le mode de fonctionnement de la planification décentralisée et la reconnaissance des problématiques de sécurité alimentaire et de nutrition diffèrent d'un pays à l'autre. L’assistance technique fournie par la FAO doit donc être adaptée aux besoins de chaque pays. Il y a également des points communs et des besoins semblables. Un guide de référence méthodologique, fondé sur l´expérience de ce projet et nourri d'autres initiatives se veut également indispensable.

Guide de référence « Autonomisation de la société civile »

Autonomiser la société civile, c'est donner la possibilité aux voix d'être entendues, et aux populations pauvres et affamées de participer à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des politiques publiques. En d’autres termes, pour s’assurer que le droit à l'alimentation reste une priorité des programmes des gouvernements locaux, il convient de créer et d'autonomiser une communauté de citoyens actifs et informés ainsi que des processus et des fonctionnaires responsables, transparents et tenus de rendre des comptes. Le projet va explorer dans des districts de trois pays les obstacles que rencontre la société civile et ses possibilités, afin de multiplier les chances de faire de la société civile un acteur de premier plan dans les processus de développement, et enfin et surtout, d'en faire le premier bénéficiaire des efforts de développement. Ce guide de référence suggèrera des méthodes et outils pour renforcer l’implication de la société civile dans la conception de politiques de sécurité alimentaire, leur mise en œuvre et leur suivi.