Nos partenaires financiers

Œuvrer ensemble pour investir dans l’agriculture

Les fonds investis dans l'agriculture et le développement rural proviennent de diverses sources, notamment: les gouvernements, les institutions de financement, les donateurs bilatéraux, les fondations et les agriculteurs eux-mêmes. Tous sont des partenaires importants dans la lutte contre la pauvreté et la faim et tous préconisent activement l’accroissement de l'investissement dans l'agriculture et le développement rural et l’amélioration de son efficacité. 

La FAO a passé des accords de coopération avec 27 institutions de financement investissant dans l'agriculture. Cela nous permet de collaborer au nom d'un pays sans coût direct pour celui-ci. En effet, les coûts sont partagés entre la FAO et les entités de financement. Globalement, la FAO finance approximativement 40% des dépenses de fonctionnement du centre d'investissement. Le reste provient des institutions de financement coopérantes. 

Depuis 1964, ils ont facilité des investissements pour 1952 projets de plus de 105,2 milliards d’USD en faveur de l'agriculture et du développement rural avec la participation du Centre d'investissement, dont ils ont financé 65,4 miilliards d’USD. Six d'entre eux sont les partenaires les plus actifs du Centre d'investissement.

Principaux partenaires financiers

Projets approuvés

Investissements totaux

Financement externe

 

 

USD million

 

La Banque mondiale

1022

83.730

50.477

 

Le Fonds international de développement agricole (FIDA)

301

8.916

6.213

 

La Banque africaine de développement

160

3.732

2.613

 

La Banque asiatique de développement

51

2.612

1.707

 

La Banque interaméricaine de développement

24

715

511

 

Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)

32

1.118

740

Total 1964-2012

1590

100.823

62.561

La Banque mondiale
La Banque mondiale est notre principal partenaire, mobilisant 60% environ du temps de travail total du personnel. La Banque se compose de deux institutions de développement: la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), qui aide les pays à revenu intermédiaire et les pays pauvres considérés comme solvables; et l’Association internationale de développement (IDA), qui aide les pays les plus pauvres du monde.

La Banque mondiale s’apprête à majorer son appui à l’agriculture et aux secteurs connexes, prévoyant de le faire passer de 4,2 milliards d’USD par an pendant l’exercice budgétaire 2006-2008 à environ 6,2 milliards d’USD et 8,3 milliards d’USD annuellement en 2010-2012.  Les activités prioritaires sélectionnées par la Banque pour l’exercice biennal à venir sont les suivantes:  améliorer la productivité agricole; établir des liens entre les agriculteurs et le marché et promouvoir la création de valeur ajoutée; réduire les risques et la vulnérabilité (par exemple, appuyer les programmes d’intervention en réponse à la crise alimentaire mondiale); aider les parties prenantes à entrer dans le secteur agricole ou à en sortir  – y compris la migration urbaine – et encourager la génération de revenus ruraux extra agricoles; et promouvoir les services environnementaux et la protection de l’environnement.

Le Fonds international de développement agricole (FIDA)
Organisation spécialisée des Nations Unies, le FIDA a pour mission de contribuer à l’éradication de la pauvreté et de la faim dans les zones rurales des pays en développement. Le FIDA travaille en étroite collaboration avec les ruraux, hommes et femmes, en vue d’améliorer leur accès aux services financiers, aux marchés, aux technologies, à la terre et aux autres ressources naturelles. La collaboration du FIDA et du centre d’investissement couvre toute la palette de l’investissement agricole mais porte plus spécialement sur les moyens d’aider les populations rurales pauvres à accroître leur production vivrière et leurs revenus et à améliorer leur santé, leur nutrition, leur éducation et leur qualité de vie.

La Banque africaine de développement
Pour lutter contre la pauvreté et améliorer les conditions de vie dans ses pays membres, la Banque africaine de développement mise sur le développement économique durable et les progrès sociaux. Les petits agriculteurs sont la cheville ouvrière de l’agriculture en Afrique, or ils n’ont reçu qu’une faible part de l’investissement agricole. La Banque africaine de développement soutient les actions visant à améliorer les moyens d’existence ruraux, moyennant des investissements dans les infrastructures agricoles améliorées et la gestion raisonnée des ressources naturelles. 

La Banque asiatique de développement
La Banque asiatique de développement travaille à la réalisation de son objectif: libérer la région Asie et Pacifique de la pauvreté. La croissance pour tous, la préservation de l’environnement et l’intégration régionale sont les clés de voûte de la stratégie à long terme adoptée par la Banque pour faire reculer la pauvreté dans la région. Ces 40 dernières années, la Banque a consacré une grande partie de son aide aux projets d’infrastructure, contribuant à jeter les bases de la croissance sociale et économique et de l’accès amélioré aux services.

La Banque interaméricaine de développement
La réduction de la pauvreté et la promotion de l'équité sociale dans toute la région Amérique latine et Caraïbes sont les objectifs phares de la Banque interaméricaine de développement, une source majeure de financements multilatéraux et de connaissances spécialisées au service d’un développement économique, social et institutionnel durable dans la région. Ces 50 dernières années, la Banque a fait équipe avec les gouvernements, le secteur privé et la société civile pour promouvoir une croissance durable et améliorer la compétitivité et l'innovation. Consciente de l’énorme potentiel du secteur agricole de la région, la Banque encourage les pays à accorder une plus large place au développement agricole et les aide à élaborer des politiques agricoles et des stratégies nationales valides pour améliorer l'ensemble de la filière alimentaire.

Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)
Étant donné que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) aide les pays d'Asie centrale et d'Europe centrale et orientale à s'adapter aux lois du marché, elle se distingue des autres partenaires du centre d'investissement par son domaine d'intervention principal qui est le développement du secteur privé. La Banque finance les entreprises agro-industrielles et agro-commerciales qui créent des débouchés commerciaux pour les agriculteurs dans toute la région. Veiller à ce que ses activités de développement respectent et préservent l'environnement est un souci majeur de la Banque lorsqu'elle accomplit sa mission.