Nos activités dans les pays

Investir les connaissances de la FAO sur le terrain

Le centre d'investissement forme des équipes pluridisciplinaires chargées de travailler au nom des pays, en collaboration avec les partenaires d'investissement, les bailleurs de fonds et les autres parties prenantes. Nous participons actuellement à des programmes et projets en cours d'exécution dans une centaine de pays.  Les profils ci-après illustrent la diversité des activités du Centre d'investissement. 

Asie et Pacífique

Europe et Asie Centrale

Amérique latine et des Caraïbes

Proche-Orient et Afrique du Nord

Afrique subsaharienne

 

Asie et Pacifique
©FAO/Joerg BoethlingInde

Alors que, globalement, l'économie de l'Inde est en plein essor, le taux de croissance agricole décline. La plupart des pauvres de l'Inde vivent encore dans les zones rurales, subsistant grâce à l'agriculture. C'est pourquoi, l'augmentation de la productivité agricole reste la clé de la réduction de la pauvreté.

Actuellement, les actions conduites par le centre d'investissement au nom de l'Inde privilégient la planification et la gestion des ressources en eau. Elles ont trait, par exemple, à l'élaboration d'un projet national encourageant l'utilisation régulière et efficace du système d'information hydrologique indien, à la fois par le secteur public et le secteur privé. En outre, le centre d'investissement aide trois États à réformer et restructurer la gestion de leur secteur de l'eau: le Rajasthan, le Madhya Pradesh et le Tamil Nadu. Au Rajasthan, où se situent le Grand Désert indien (Thar) et la chaîne des Aravalli, l'accent est mis en particulier sur l'aménagement et la gestion durables des ressources en eau de surface et eau souterraine. Au Madhya Pradesh, on se concentre sur l'amélioration de la productivité des ressources en eau dans quatre bassins versants, en s'intéressant à de nombreux domaines – irrigation et drainage, maîtrise des crues, industrie, eau potable, etc. Un système d'information intégré sur l'agriculture irriguée sera mis en place. Au sud-est, dans l'État côtier du Tamil Nadu, une action majeure est en cours pour moderniser les systèmes d'irrigation sur plus de 600 000 hectares dans 63 sous-bassins versants et pour améliorer la coopération entre les multiples organismes concernés par l'irrigation. Des projets additionnels au Karnataka et dans l’Andhra Pradesh permettent à des groupements d’usagers de prendre en charge l’aménagement de citernes d’eau.

Le centre d'investissement contribue aussi à la lutte contre la pauvreté par le biais d'un projet national, dont l'objectif est de promouvoir l'orientation commerciale et l'innovation dans le secteur agricole de l'Inde. Dans l’Andhra Pradesh, nous apportons notre soutien aux activités visant à aider les communautés tribales dépendantes des forêts à mieux gérer les ressources forestières. Dans l’Assam, l’État situé à l’extrême nord-est de l’Inde, nous sommes associés aux actions destinées à doper l'économie agricole, grâce à un appui a l'accroissement des rendements des cultures, de la pêche et de l'élevage. Une initiative au Madhya vise à aider les pauvres à se regrouper en diverses organisations à assise communautaire – groupements d'entraide, comités de développement villageois, collectifs de producteurs, etc. – afin de tirer parti de leurs ressources mises en commun pour renforcer leurs capacités et développer leurs opérations commerciales.

Le renforcement des capacités des communautés tribales au Madhya Pradesh, dans le Bihar et l’Orissa, grâce à l'autogestion durable de leurs ressources naturelles, entraînera une amélioration des revenus des familles tribales, en particulier les femmes. Dans l’État densément peuplé de l’Uttar Pradesh, les concentrations de sel soluble dans le sol interdisent toute culture. Un projet dans cette zone vise à assurer le renversement durable de la tendance à la dégradation hydrique des terres pour améliorer la productivité agricole sur 130 000 hectares.

Un projet dont l'objectif est d'améliorer la gestion durable des ressources halieutiques du Golfe du Bengale par les huit pays côtiers qui le bordent, dont l'Inde, a aussi été préparé avec l'appui du centre d'investissement.

Programmes & projets en cours de réalisation
3,8 milliards d’USD
dont 3,1 milliard d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale, du FIDA, du PAM, et de donneurs bilatéraux (Norvège, Suède et Royaume-Uni)

©FAO/Hoang Dinh NamVietnam

Depuis le milieu des années 1990, la pauvreté au Viet Nam a diminué de moitié. Étant donné que 70% de la population vietnamienne vivent de l'agriculture, le développement agricole a été un facteur clé de ce succès.

Actuellement, nos activités dans le pays ont trait aux stratégies d'intervention d'urgence et aux efforts à déployer pour continuer à faire reculer la pauvreté. Par exemple, le Viet Nam a été le pays le plus durement frappé par la grippe aviaire. Le centre d'investissement, en collaboration avec des collègues de la division de la production et de la santé animales de la FAO, participe à l'exécution d'un projet qui vise à aider le secteur de l’aviculture du pays à se relever et à faire front aux épidémies. Le Viet Nam est exposé à des catastrophes naturelles, en particulier les inondations et les cyclones, qui menacent fréquemment ses ressources agricoles. Le centre d'investissement supervise les actions aidant le Viet Nam à renforcer ses mesures de prévention, de préparation, d'atténuation des effets et de redressement, en cas de catastrophe naturelle. Pour hisser le reste de la population hors de la pauvreté, le Gouvernement cible les communes les plus pauvres dans les régions reculées et montagneuses, où résident la plupart des minorités ethniques du pays. Dans le cadre d'un programme que le centre d'investissement a contribué à élaborer, le Viet Nam s'efforce d'améliorer la production agricole et la génération de revenus en ces lieux. Le centre d'investissement procède aujourd'hui à l'évaluation de ce programme afin de préparer l'exécution des phases ultérieures. Nous apportons aussi notre soutien à une initiative de quatre ans, en passe de s'achever, dont l'objectif a été d'améliorer la compétitivité des petits agriculteurs dans huit provinces du centre. Pour atteindre cet objectif, on a amélioré les technologies agricoles, encouragé les partenariats répondant à la demande, en vue de promouvoir les initiatives concernant les filières et le travail en réseau, fourni les infrastructures publiques indispensables et veillé à la bonne gestion de l'ensemble du projet.

Programmes & projets en cours de réalisation
1 milliard d’USD d'investissement total
dont 659 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale, du FIDA, du FEM, de donneurs bilatéraux (Finlande, Allemagne, Japon, Luxembourg, les Pays-Bas, et autres)

 

Europe et Asie centrale

Tadjikistan

Le Tadjikistan affiche le taux de pauvreté le plus élevé de tous les pays de la Communauté des États indépendants (CEI). Près des deux tiers des 7 millions d'habitants du pays sont classés comme pauvres, vivant avec moins de 2,15 USD par jour, et 76% résident dans les zones rurales. Le pays est importateur net de produits alimentaires et de combustible et il est particulièrement sensible à l'envolée des prix des denrées alimentaires.

Depuis 1998, le centre d'investissement a contribué à la préparation de huit programmes et projets, dont le financement a été approuvé, représentant un montant total d'investissement supérieur à 100 millions d'USD, dont plus de 90 millions d'USD ont été reçus sous la forme de prêts/crédits/dons. Le montant des financements alloués aux projets en cours d'exécution dépasse 95 millions d'USD, dont près de 86 millions d'USD sont des prêts/crédits/dons de la Banque mondiale, de la BERD, du FIDA et du FEM.

Le soutien des efforts déployés par le Tadjikistan pour améliorer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté est au cœur des activités actuellement conduites par le centre d'investissement. Celui-ci a appuyé l’identification, la conception et l’évaluation des programmes d'investissement nationaux liés à la sécurité alimentaire, ce qui a débouché sur la formulation d'une stratégie nationale en matière de sécurité alimentaire allant jusqu'en 2015. Le centre d'investissement a contribué à la préparation d'un programme de réduction de la pauvreté chez les producteurs de coton, dans les zones du Tadjikistan caractérisées par de faibles revenus, moyennant l’annulation des dettes, la mise en place d’un environnement politique amélioré et l’augmentation de la production et de la rentabilité de la culture du coton. Nous avons participé à la conception d'un dispositif de financement pour l'achat du coton égrené, permettant le paiement immédiat des producteurs.

Le centre d'investissement supervise également un projet visant à améliorer la gestion des ressources en eau dans la vallée de Ferghana et prépare, pour un financement additionnel, de nouvelles activités de réfection des infrastructures d'irrigation. Nous avons participé aux enquêtes socio-économiques de référence et fourni d'autres types d'assistance dans des projets ayant trait aux infrastructures d'irrigation et ciblant des bassins versants montagneux sélectionnés.
 
Le centre d'investissement a aussi renforcé les capacités nationales en matière de préparation et de lutte contre la grippe aviaire, en améliorant la coordination entre les divers ministères et les organisations de donateurs intervenant dans ce domaine. Nous avons appuyé les initiatives visant à promouvoir le secteur des entreprises agricoles privées et le secteur financier du Tadjikistan, par le biais de la Facilité de financement pour les petites et moyennes entreprises, la Facilité de financement agricole et le programme TurnAround Management (TAM) et Business Advisory Services (BAS) (management de transition et services de conseil pour le développement des entreprises), qui encouragent la promotion du développement des entreprises et renforcent le secteur des services financiers du Tadjikistan. 

Le centre d’investissement aide les agriculteurs des montagnes du Pamir à faire front au changement climatique et à améliorer leurs moyens d’existence grâce à l’élevage de chèvres de Cachemire, la gestion durable des pâturages et le développement de la filière du cachemire supposant, notamment, la création de liens avec le marché.

Des études préliminaires sont en cours pour un programme dont l’objectif est d’optimiser l’exploitation du potentiel agricole du bassin supérieur de l’Amou Daria (les fleuves Panj et Vakhsh), situé au point de rencontre de sept pays, dont le Tadjikistan. Le programme facilitera l’échange des connaissances au moyen de l’Internet, améliorera l’élevage des chèvres de Cachemire ainsi que la production, la commercialisation et la rentabilité des produits en cachemire, tout en assurant la protection de l’écosystème alpestre.

Programmes & projets en cours de réalisation
95 millions d’USD
dont 86 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale, EBRD, du FIDA et du FEM.

Amerique Latine et Caraibes

Argentine

Forte d’une période de croissance régulière soutenue, l'économie de l'Argentine s’est relevée de la crise économique dévastatrice de 2001-2002. Outre le tourisme et les industries de services, l'agriculture a joué un rôle clé dans cette envolée de la croissance, contribuant à faire reculer la pauvreté et le chômage dans le pays.

En Argentine, la vaste région fertile de la Pampa – le grenier à céréales du pays – produit la majeure partie des céréales, du soja et de la viande du pays. Les régions situées à l'extérieur de la Pampa jouissent toutefois de conditions naturelles moins favorables. Les infrastructures insuffisamment développées et l'accès limité aux services productifs ont entravé la performance de l'agriculture dans ces régions, où résident un grand nombre de communautés de petits agriculteurs. En 1996, le Gouvernement d'Argentine a lancé une initiative visant à renforcer les services d'appui agricoles et financé les projets d'investissement promouvant la compétitivité agricole de ces régions.

L'initiative, appelée PROSAP, a appuyé l'exécution de 36 sous-projets dans les domaines suivants: infrastructures rurales, santé des animaux et des plantes, services autres que les infrastructures et renforcement de la capacité des collectivités locales provinciales de planifier et exécuter les activités de développement agricole. Le centre d'investissement encadre toutes les étapes de l'initiative depuis les années 1990. Actuellement, il s'efforce plus particulièrement de stimuler la production et la commercialisation dans les petites et moyennes exploitations agricoles, grâce à l’offre d’une assistance technique, des activités de renforcement des capacités et des investissements directs, qui contribueront à l’amélioration à long terme de la productivité, de la compétitivité et de l’accès au marché dans le secteur agricole.

Le centre d'investissement travaille avec le Gouvernement d'Argentine à faire en sorte que les activités de développement préservent l'environnement. À cet effet, le centre d'investissement a épaulé la préparation d'un projet concernant la gestion durable des ressources naturelles, qui met l'accent sur les forêts naturelles et la biodiversité, les plantations forestières durables et la création de zones protégées et de couloirs de conservation. Le centre d'investissement a aussi participé à la préparation d'un projet relatif au développement de l’agriculture familiale.

Programmes & projets en cours de réalisation
913 millions d’USD
dont 658 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale, du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et de la Banque interaméricaine de développement (BID)

©FAO/Alberto ContiBrésil
Le Brésil marque des points dans sa lutte contre la faim. La FAO estime que le pays est bien parti pour atteindre à la fois le premier Objectif du Millénaire pour le développement et la cible fixée au Sommet mondial de l'alimentation, d'ici à 2015. Ses investissements dans l'agriculture ont joué un rôle clé, en particulier son programme Faim zéro (), lancé en 2003 et préparé avec l’assistance du centre d’investissement.

Parmi les projets en cours d'exécution, un grand nombre mettent l’accent sur la lutte contre la pauvreté, tout en améliorant la gestion durable des ressources naturelles. Dans le sud et le sud-est du Brésil, le centre d'investissement apporte son appui à la préparation et la supervision de projets visant à améliorer la compétitivité de l'agriculture familiale et s'attaquant aux problèmes associés aux pratiques agricoles non durables, à la faiblesse des circuits d'approvisionnement et des filières de produits et à la dégradation des ressources naturelles.

En Amazonie, le centre d'investissement appuie les efforts déployés pour améliorer la gestion durable de la pêche et de la foresterie à des fins de génération de revenus. Nous avons participé à la préparation du rapport d'achèvement du programme de création de zones protégées en Amazonie (ARPA), la plus grosse initiative conjointe de toute l'histoire, consacrée à la conservation des forêts tropicales. Le centre soutient les actions de conservation et de protection de la biodiversité, à la fois dans les écosystèmes terrestres (forêts amazonienne et atlantique) et aquatiques (Amazonie). Nous venons de lancer une étude sur l'action à mener pour améliorer la coopération entre les institutions, dans le domaine de la recherche et du développement sur les systèmes d'utilisation des terres, susceptibles de stopper et de prévenir la dégradation des ressources naturelles dans toute l'Amazonie. Nous assurons une fonction de conseil dans l'analyse des effets d'une initiative visant à mieux comprendre comment les activités de foresterie, d'agro-foresterie et d'agriculture améliorent les moyens d'existence des communautés amazoniennes dans sept pays. Dans la région du Nord-Est exposée aux sécheresses, le centre d'investissement participe à la supervision d'un projet de gestion des ressources en eau, dont la finalité est d’optimiser le stockage, l'utilisation et l'adduction de l'eau dans la zone semi-aride.

Programmes & projets en cours de réalisation
325 millions d’USD
dont 196 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale et du FEM.


©FAO/Antonello ProtoPérou
L'agriculture, la pêche, l’exploitation minière et l’industrie sont les principaux moteurs de l'économie péruvienne. La croissance économique régulière de ces dernières années a aidé le Pérou à obtenir des résultats notables en termes de réduction de la pauvreté.

Ces dernières années, le gouvernement péruvien a focalisé son attention et ses ressources sur l'amélioration de la compétitivité des secteurs de l'agriculture et de la pêche et sur l'augmentation de la productivité économique des hauts plateaux andins. Au-delà de ces domaines, le centre d'investissement conduit des activités relatives à: la gestion durable des bassins de drainage, des ressources en eau, des systèmes d'irrigation et des ressources forestières du pays; l'aménagement des terres rurales; la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire.

Le Pérou est exposé aux catastrophes naturelles: depuis les inondations et les glissements de terrain jusqu'aux sécheresses et aux tremblements de terre. En 2007, un puissant séisme a dévasté une partie du pays, semant la mort, entraînant des déplacements massifs et endommageant les infrastructures. La province côtière d’Ica a été la plus durement frappée. Le centre d'investissement a élaboré un projet de redressement favorisant la relance de l'agriculture et de la pêche dans les zones sinistrées. Le projet couvre les provinces d’Ica, Cañete, Castrovirreyna, Chincha Huaytará, Lucanas, Pisco et Yauyos.

Au Pérou, l'agriculture commerciale, essentiellement pratiquée dans les zones côtières, dépend largement de l'irrigation. Le centre d'investissement prend en charge les aspects techniques et environnementaux d'un projet d'irrigation dont l’objectif est d'améliorer la productivité agricole, les systèmes d'irrigation et l'efficacité de l'utilisation des ressources en eau. Bien que la plupart des activités soient centrées sur les zones côtières, le centre d'investissement a aussi préparé un projet d'irrigation ciblant les hauts plateaux péruviens. En outre, il a participé à l'élaboration d'un projet visant à promouvoir l'utilisation efficace, équitable et durable de l'eau et des autres ressources naturelles dans les 10 principaux bassins côtiers. Nous apportons notre appui à un projet financé par le FEM, qui a pour but de promouvoir l'adaptation de l'agriculture irriguée au changement climatique.

Le centre d'investissement participe aussi à un projet qui fournit un appui financier et technique aux entreprises rurales dans la zone des hauts plateaux péruviens. Le projet mise sur la création de partenariats productifs public-privé. Dans le même esprit, le centre d'investissement a apporté son appui à un programme visant à encourager la compétitivité et l'innovation dans le secteur agricole du pays.

Programmes & projets en cours de réalisation
112 millions d’USD
dont 70 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale/Fonds pour le développement international, du FIDA, du FEM et de donneurs bilatéraux (Finlande, Allemagne, Pays-Bas et Agence espagnole de coopération internationale)

Afrique du Nord et Proche-Orient

©FAO/Djibril SyMaroc
Le Maroc a traversé une période de croissance économique remarquablement régulière ces dernières années, ce qui l’a aidé à faire reculer la pauvreté. L'économie agricole, toutefois, est vulnérable face aux chocs climatiques, en particulier les sécheresses, et la pression sur les ressources naturelles du pays demeure préoccupante. On estime que 40
% de la population du pays vivent de l'agriculture.


La raréfaction croissante des ressources en eau est l'un des défis les plus importants auxquels le pays est confronté. Pour y faire face, le centre d'investissement apporte son appui à un projet de développement de l'irrigation à grande échelle dans le bassin
hydraulique de l’Oum Er Rbia, visant à promouvoir l’irrigation localisée, et à des projets similaires dans trois bassins du pays, dont celui de l’Oum Er Rbia.


Au Maroc, les cultures sont essentiellement pluviales. Le centre d'investissement encadre l'exécution d'un projet intégré de développement de l'agriculture pluviale, de portée nationale. Les objectifs du projet sont d'amélior
er les revenus des ménages et leur accès aux services essentiels et aux infrastructures, de promouvoir le développement durable et de renforcer la capacité des communautés rurales de faire front à la sécheresse.


Le centre d’investissement épaule aussi
l’identification de trois programmes destinés à appuyer le nouveau Plan Maroc Vert du Gouvernement, une stratégie de développement agricole décennale.


Le centre d'investissement participe
également à l'élaboration d'un projet visant à améliorer la gestion et la protection de la biodiversité. Par ailleurs, nous apportons notre appui à l'initiative nationale de développement humain du roi du Maroc, dont l'objectif est d'éliminer la pauvreté et l'iniquité dans le pays, en garantissant un meilleur accès aux infrastructures et aux services sociaux essentiels, en promouvant les activités génératrices de revenus et en fournissant une assistance a certains des habitants les plus vulnérables. Le centre d'investissement a épaulé la préparation de la composante de gestion environnementale de l'initiative.


Programmes & projets en cours de réalisation
297 millions d’USD
dont 239 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale, du FIDA, du FEM, PNUD et autres


Afrique Subsaharienne

©FAO/Jeannette Van AckerMali
Grâce à une croissance économique globalement favorable ces dernières années, le Mali a
enregistré quelques résultats modestes en matière de réduction de la pauvreté. Toutefois, il reste l'un des pays les plus pauvres du monde. L'économie malienne qui repose largement sur l'or, le coton et l'élevage, est particulièrement vulnérable face aux chocs climatiques et à la volatilité des marchés.


Les activités d'investissement ont privilégié quatre grands domaines
: les stratégies d'investissement et les réformes sectorielles; la compétitivité agricole et la sécurité alimentaire; les infrastructures rurales; et la microfinance. Le centre d'investissement a non seulement participé à la définition des grandes lignes d'une stratégie de développement agricole et rural et d'une stratégie d’aide mais il a aussi été associé à l’analyse de l’impact sur la pauvreté et les conditions sociales de la réforme du secteur du coton engagée par le pays. Le Mali fait partie des plus gros producteurs de coton d'Afrique subsaharienne et un grand nombre de ses petits agriculteurs survivent grâce à la production de coton. Or, le pays a été durement frappé par la chute brutale des cours internationaux du coton en 2003. Le centre d'investissement appuie les efforts déployés pour diversifier la production et améliorer la compétitivité de l'ensemble de la filière agricole, qui couvre la production de coton, l'élevage et la pêche.


Le centre d’investissement
contribue aux activités suivantes: atténuer l’insécurité alimentaire des ménages vulnérables dans la région centrale de Mopti et la région orientale de Gao; développer l’élevage dans le sud de la région de Kayes, située dans le sud-ouest du pays; fournir un appui aux services agricoles et aux organisations paysannes, en mettant l'accent sur l'élevage, la recherche agricole et la modernisation des services publics; et améliorer globalement la productivité, en privilégiant la riziculture, le développement institutionnel et le financement rural. En collaboration avec la Banque africaine de développement, le centre d'investissement a participé à une mission chargée d'évaluer les besoins pour réduire les pertes après récolte.


Le centre d'investissement a préparé un programme
dont l’objectif est de promouvoir la sécurité alimentaire et moderniser et améliorer la compétitivité du secteur agricole au Mali, au Sénégal, en Guinée-Bissau, au Libéria et en Sierra Leone. Le programme vise à soutenir les organisations paysannes, à faciliter l'accès au marché et à encourager la coordination, l'évaluation et la coopération. La composante malienne devrait entraîner une augmentation des revenus des ménages vulnérables du plateau dogon, en favorisant le développement du maraîchage commercial irrigué.


Le centre d'investissement s'emploie aussi à améliorer les infrastructures rurales du Mali, y compris les systèmes d'irrigation,
et il contribue au développement de la microfinance rurale.


Programmes & projets en cours de réalisation
273 millions d’USD
dont 238 millions d’USD en prêts/crédits/ subventions de la Banque mondiale, du Fonds africain de développement et de la Banque africaine de développement, du FIDA, du FEM, du FENU, du PNUD, de la banque ouest-africaine de développement et de donneurs bilatéraux (programme de coopération du gouvernement italien)