Initiative sur la flambée des prix des aliments
 

Burundi

Le contexte

Le Burundi poursuit son redressement après la guerre civile qui l'a dévasté de 1993 à 2004. Le plus gros défi humanitaire auquel le pays se trouve confronté aujourd'hui est le retour et la réinsertion de quelque 200 000 rapatriés burundais en provenance de la Tanzanie. Doté de ressources en terres limitées, touché par une pauvreté chronique et exposé à de graves périodes de sècheresse, le Burundi est plutôt démuni pour pourvoir aux besoins d'un si grand nombre de rapatriés.

Plus de 90% des habitants du Burundi dépendent de l'agriculture pour leurs moyens d'existence et leur survie, si bien que les familles rurales et urbaines doivent pouvoir produire leurs propres aliments. L'insécurité alimentaire aiguë et l'accès limité aux services essentiels sont le lot d'une grande partie de la population.

Dans de telles conditions, la flambée des prix des aliments et l'inflation croissante des prix à la consommation ont rendu les ménages vulnérables encore plus exposés au risque de connaître la faim. On estime aujourd'hui que le coût du "panier de la ménagère" national est de 22% plus élevé qu'il y a un an.

La réponse de la FAO

Pour atténuer les effets de l'envolée des prix des produits alimentaires sur les populations les plus vulnérables, la FAO met en œuvre un projet du Programme de coopération technique, dont le financement se chiffre à 500 000 USD. Quelque 6 000 ménages recevront des semences de haricot et des boutures de patates douces à planter, ainsi que des arrosoirs, des engrais, des pesticides, des pulvérisateurs, des râteaux et des pelles, à temps pour la campagne agricole 2009. Une assistance technique fournie en parallèle aux bénéficiaires contribuera à l'amélioration de la productivité et au renforcement des capacités à long terme.

De plus, plusieurs provinces recevront des pompes à eau pour l'irrigation avant que ne débute la saison sèche en fin d'année 2008.

Toutes les actions sont intégrées dans le programme d'urgence de la FAO au Burundi et relèvent de la responsabilité de l'unité de coordination des opérations d'urgence et de relèvement de la FAO. L'unité utilise ses stocks d'intrants positionnés dans le pays pour que les distributions aux bénéficiaires soient effectuées en temps utile.

Le Burundi sera aussi couvert par l'appui régional que la FAO assure au titre de deux projets distincts du Programme de coopération technique, ciblant des pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Ces projets collaboreront avec le ministère de l'agriculture du Burundi pour suivre et évaluer les activités liées à la crise des prix des aliments.

La production agricole burundaise est à la traîne plusieurs années après le conflit civil