Initiative sur la flambée des prix des aliments
 

Cambodge

Le contexte

Bien que le Cambodge soit un exportateur net de riz, certaines régions isolées du pays ont souffert de l'envolée des prix des aliments plus durement que le reste du pays. Ces zones défavorisées ont été touchées par des sècheresses qui ont eu des effets dévastateurs sur les dernières récoltes, si bien que les habitants ont consommé une grande partie des semences de riz pour survivre.

La réponse de la FAO

La  FAO fournit des semences de riz et des engrais, d'une valeur de 200 000 USD, à 2 800 ménages agricoles ruraux du nord du Cambodge, de manière à ce qu'ils aient les moyens de profiter des deux campagnes agricoles de saison sèche, en août/septembre et novembre/décembre. Normalement, les cultures sont rares en saison sèche parce que le système agricole du Cambodge est principalement pluvial.

A moyen et long termes, la FAO et ses partenaires étudient les moyens de hisser ces zones isolées hors de la pauvreté. Par exemple, si des installations d'usinage étaient mises en place, les habitants des zones pauvres pourraient produire du riz prêt à être consommé localement. Privés de ce service, les agriculteurs sont habituellement obligés de faire usiner leur riz de l'autre côté de la frontière en Thaïlande puis, une fois que c'est fait, de le racheter à un prix beaucoup plus élevé.

D'une manière générale, il n'y a pas suffisamment d'installations d'entreposage, d'infrastructures de transport ni de systèmes d'irrigation. Seuls 16% des rizières bénéficient de l'irrigation alors que les rizières irriguées assurent 40% de la production de riz nationale.

Un Cambodgien sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté et 90% des habitants les plus pauvres vivent en milieu rural.

© FAO/A.K. Kimoto
Some isolated areas are short of rice