Initiative sur la flambée des prix des aliments
 

Népal

Le contexte

Le Népal émerge à peine d'une guerre civile de dix ans qui s'est achevée en 2006. Récemment, en avril, un nouveau gouvernement a remplacé la monarchie. Ce pays himalayen enclavé est resté isolé non seulement du fait de sa topographie physique mais aussi en raison du conflit qui a fait obstacle au développement.

Les séquelles de la guerre civile sont aggravées chaque année par des catastrophes naturelles: avec l'arrivée des pluies de la mousson de juin à septembre, inondations et glissements de terrains sont habituels, faisant des victimes et endommageant les cultures.

Des régions montagneuses isolées particulièrement vulnérables

Alors que la récolte de blé de cette année a été relativement bonne dans les plaines du sud, on s'attend dans certaines zones isolées des montagnes occidentales et centrales à des baisses de récolte allant jusqu'à 70% du fait des sècheresses, des orages de grêle et des chutes de neige importantes. Ces zones sont déjà touchées par une insécurité alimentaire chronique et bon nombre des personnes vulnérables sont les femmes et les enfants. On estime à  300 000 environ le nombre d'habitants de ces régions confrontés à la faim. De plus, en raison de leur éloignement, le prix du riz dans ces zones peut être le triple du prix en vigueur dans les plaines plus accessibles du Terai, par exemple.

Il s'agit aussi de zones peu productives parce que leur isolement les coupe des marchés. La hausse des prix du carburant, des denrées alimentaires et des intrants agricoles nécessaires pour les cultures n'a fait qu'envenimer la situation.

La réponse de la FAO

Par le biais d'un projet du Programme de coopération technique; mobilisant un financement de 500 000 USD, la FAO apporte son soutien au gouvernement en fournissant plus de 124 tonnes de semences de blé certifiées dans les districts d'Accham, Bajang, Baitadi et Darchula, dans l'ouest du Népal. Elles seront transportées prochainement par voie aérienne dans les capitales des districts ruraux puisque le transport terrestre s'est avéré irréalisable.

De plus, 600 kilos de semences de légumes sont transportés par avion jusqu'au district de Jumla dans le nord-ouest. Elles sont fournies en lots contenant un assortiment de graines de légumes d'hiver et d'été, y compris des semences de pommes de terre. Des engrais seront aussi distribués aux familles agricoles vulnérables.

Les interventions profiteront à 30 000 ménages, soit 150 000 personnes. Beaucoup de ces ménages sont dirigés par une femme seule.

Nécessité d'investir lourdement dans l'irrigation et les infrastructures commerciales

Outre un appui nutritionnel direct et l'accès aux intrants agricole, la mission d'évaluation interinstitutions qui s'est rendue dix jours au Népal a constaté que de petits périmètres irrigués étaient nécessaires ou que les périmètres existants avaient besoin d'être remis en état, et ce de toute urgence. Le Népal dispose de ressources en eau abondantes non exploitées et seul un cinquième des terres irrigables est irrigué toute l'année.

De plus, seuls 75% des terres arables sont effectivement cultivés. Des investissements de grande ampleur pourraient apporter la richesse aux agriculteurs népalais pauvres. Il conviendrait également de relier les exploitations aux marchés, moyennant l'amélioration des réseaux de transport.

Deforestation is another challenge in Nepal