Initiative sur la flambée des prix des aliments
 

République centrafricaine

Le contexte

La République centrafricaine, un pays enclavé, fait partie des nations les moins avancées du monde. Elle est en proie à l'instabilité depuis qu'elle a déclaré son indépendance de la France en 1960, une instabilité illustrée en particulier par les récents actes de banditisme perpétrés dans le Nord, en bordure du Tchad et de la région soudanaise du Darfour. De nombreux villageois ont migré vers les zones urbaines en raison de l'insécurité régnant dans les campagnes.

L'agriculture reste le moyen d'existence de plus de la moitié de la population, bien que des milliers d'habitants soient déplacés loin de leur village. En outre, un grand nombre de petits agriculteurs doivent survivre comme ils le peuvent sans intrants et sans animaux d'élevage.

Les effets de la flambée des prix des denrées alimentaires

Le prix du riz, majoritairement importé, a augmenté de plus de 70 % entre janvier et juin 2008, et, plus alarmant, les prix des cultures vivrières produites localement, telles que le manioc, ont aussi fait un bond. Les cossettes de manioc ont plus que doublé pendant la même période. La farine de blé est également largement importée de l'étranger. Avec l'envolée des prix des produits alimentaires et des carburants, la situation de la sécurité alimentaire dans le pays, déjà précaire, a empiré.

Les avancées vers la paix et le développement

Bien que la situation sécuritaire reste fragile, des efforts ont été faits pour stabiliser la paix et amorcer le processus de développement. Le gouvernement a élaboré un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion visant à aider les anciens soldats et les habitants piégés dans les zones de conflit à retrouver une place dans la société, notamment en travaillant dans le secteur agricole.

La réponse de la FAO

Facilité alimentaire de l'Union européenne

Avec le financement de près de 10 millions d'euros fourni par l'Union européenne (UE), la FAO aide le Gouvernement de la République centrafricaine à stimuler la production agricole et améliorer la sécurité alimentaire de quelque 18 000 familles frappées par la crise des prix des produits alimentaires. Le projet, d'une durée de deux ans, qui a commencé en mai 2009, est exécuté dans le cadre de la Facilité alimentaire de l'UE.

La productivité agricole de la République centrafricaine est limitée par le manque d’intrants. La FAO utilisera une partie des fonds pour développer les activités de multiplication des semences, en s'ancrant sur son programme d'urgence déjà en cours d'exécution dans le pays.

Le projet aidera aussi les groupements d'agriculteurs à mettre en valeur les champs situés dans les bas-fonds pour y produire du riz, du maïs, du sorgho, du niébé (pois à vache), du sésame et de l'arachide pendant la saison des pluies et des cultures de contre-saison.

Dans le souci de réduire les pertes, la FAO concourra aussi à la construction d’installations d'entreposage – pour les intrants et les récoltes – et à l'établissement de magasins d'intrants où les exploitants pourront se procurer des engrais et des semences produites par les groupements d'agriculteurs.

Un projet pilote enseignera aux agriculteurs, par le biais d'un réseau de 500 écoles d'agriculture de terrain, les techniques et pratiques agricoles respectueuses de l'environnement, y compris les techniques de conservation du sol et de l'eau.

En consultation avec le Gouvernement, la FAO met la dernière main à un plan visant à aider les anciens soldats d'origine agricole à se réinsérer dans le secteur de l'agriculture. À cet effet, le plan prévoit la création de trois centres d'apprentissage proposant des formations agricoles, par exemple une introduction à l'élevage de la volaille et des petits animaux.

Le renforcement des capacités techniques constitue une autre composante importante du projet.

Autres activités de la FAO

Au titre de son Initiative contre la flambée des prix des denrées alimentaires, la FAO a lancé un projet du Programme de coopération technique, d'une valeur de 500 000 USD, consistant à distribuer plus de 25 000 outils agricoles pour la campagne de mars/avril 2009, ainsi que des boutures de manioc et des semences destinés à 8 600 ménages.

 

Oral administration of medicine to sick calf