Initiative sur la flambée des prix des aliments
 

Afrique et Proche-Orient

Bien que les cours mondiaux des céréales soient redescendus des sommets record atteints en mai, en particulier pour le riz, le blé et le maïs, les prix des aliments dans les pays les plus vulnérables restent exorbitants.

La production mondiale de céréales en 2008 a été exceptionnelle. Les pays riches ont été capables d'accroître leur production de 10% afin d'endiguer la hausse des prix des denrées alimentaires, en renforçant immédiatement le potentiel des mécanismes de production.

Les prix restent élevés dans les pays les plus vulnérables
En revanche, les pays en développement ont affiché une hausse de moins de un pour cent de la production de céréales car nombre d'entre eux n'ont pas les moyens d'acquérir les intrants qui leur permettraient de produire davantage et de profiter ainsi de l'envolée des prix. Le prix des engrais, à lui seul, a triplé en un an.

Dans les pays à faible revenu et déficit vivrier, qui dépendent des importations pour couvrir leurs besoins alimentaires, la situation est particulièrement grave. Les produits alimentaires importés sont inabordables et les prix des denrées alimentaires produites localement ont grimpé aussi en raison de la pression exercée sur le marché, même si la production locale a un peu progressé.

A Madagascar, le prix du riz produit localement a augmenté de 39% entre août 2007 et août 2008, sans parler du riz importé qui est encore plus cher.

Au Mozambique, le prix du riz a doublé pour le mois d'août tandis qu'en Ethiopie, le prix du maïs a plus que triplé, augmentant de 176 % entre juillet 2007 et juillet 2008.

Une majorité de projets en Afrique

La FAO aide 39 pays, par le biais de financements accordés au titre de son propre Programme de coopération technique (PCT) ou provenant de sources extrabudgétaires. Elle fournit des intrants, tels que semences et engrais, pour donner un coup de fouet à la production agricole.

Sur un nombre total de 113 projets du Programme de coopération technique (y compris les projets d'assistance technique), 53 projets sont exécutés en Afrique. Quatre PCT régionaux appuieront des organisations régionales. Des bailleurs de fonds bilatéraux ont aussi contribué à 17 projets financés par des fonds fiduciaires.

Le montant total du budget alloué aux activités de la FAO en Afrique s'élève à quelque 44 millions d'USD. Vingt-deux missions d'évaluation interinstitutions ont été dépêchées dans la région.

Instaurer des partenariats pour faire front à la crise des prix des denrées alimentaires
La FAO s'est rapidement alliée au Nouveau partenariat  pour le développement de l'Afrique (NEPAD) de l'Union africaine et à d'autres partenaires afin que les défis posés par l'envolée des prix des aliments soient relevés dans le cadre d'une approche régionale coordonnée.

En mai 2008, la FAO et le NEPAD ont organisé un atelier à Johannesburg, en Afrique du Sud, pendant lequel les gouvernements nationaux et les partenaires du développement ont commencé à  mettre sur pied leurs stratégies nationales et régionales. Seize pays africains frappés de plein fouet ont dressé des plans pour faire face aux augmentations des prix des produits alimentaires et leurs gouvernements sont attelés aujourd'hui à la mise en œuvre de ces plans.

Au Proche-Orient, la FAO collabore avec le Conseil de coopération du Golfe et la Banque islamique de développement.

Initiative régionale sur le riz
En juin, la FAO et le Centre du riz pour l'Afrique (ADRAO), dont le siège est au Bénin, ont accueilli un atelier sur les moyens de dynamiser efficacement la production de riz dans la région de l'Afrique de l'Ouest, en vue d'aider les agriculteurs locaux à bénéficier de la hausse des prix et de libérer les pays de cette région de la nécessité d'importer du riz commercialisé sur les marchés internationaux. La FAO continue à instaurer de nouveaux partenariats avec d'autres centres de recherche membres du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale, tels que l'ADRAO.


La FAO a fait équipe avec le Centre international pour la fertilité du sol et le développement agricole (IFDC) pour cet atelier et, depuis lors, pour des projets similaires.

Femme vannant le riz pour séparer les grains de la paille et de la balle
Femme vannant le riz pour séparer les grains de la paille et de la balle
People in the Near East must carefully manage and rehabilitate fragile ecosystems