Initiative sur la flambée des prix des aliments
 

Asie et Pacifique

Bien que la croissance économique impressionnante dans la région Asie et Pacifique ait contribué à hisser un grand nombre de ses habitants hors de la pire pauvreté, la récente envolée des prix des aliments pourrait compromettre de nouvelles avancées, voire inverser la tendance. Les populations sont confrontées à la recrudescence de la faim et de la pauvreté.

La région Asie est particulièrement touchée

La flambée des prix a fait basculer 75 millions de personnes supplémentaires sous le seuil de la faim. Plus de la moitié, soit  41 millions de personnes, vivent dans la région Asie et Pacifique.

Cette région compte pour 90% de la production et de la consommation mondiales de riz et fournit plus de 80% des exportations de riz dans le monde. Globalement, elle produit la moitié de toutes les céréales de la planète.

La FAO aide 18 pays, par le biais de financements accordés au titre de son propre Programme de coopération technique ou provenant de sources extrabudgétaires, pour un montant total de 21,7 millions d'USD.

La FAO intervient principalement dans les pays fortement dépendants des importations de produits alimentaires et de carburant.

Des prix en baisse mais atteignant encore des niveaux historiques

Le prix du riz blanc thaï de grade B, commercialisé dans le monde entier et référence en la matière, a plus que triplé entre mai 2007 et mai 2008. Depuis lors, les prix se sont tassés après avoir atteint ces sommets record, mais ils restent durablement élevés pour le riz ainsi que pour d'autres produits alimentaires de base.

Le prix du riz dans la capitale du Sri Lanka, Colombo, a augmenté de 77% entre août 2007 et août 2008. Pendant la même période, le prix du blé à Kaboul, en Afghanistan, a grimpé de 130%.

Les restrictions imposées au commerce favorisent la hausse des prix

L'Inde, le Cambodge et le Viet Nam ont temporairement interdit l'exportation de riz par peur d'en manquer. Bien que la plupart des interdictions totales aient été levées, diverses restrictions sur le commerce restent en vigueur. L'Inde continue à interdire l'exportation du riz, exception faite du riz basmati de qualité supérieure.

Les prix des engrais ont triplé

Les moyens d'existence de la moitié environ des habitants de la région sont ancrés dans l'agriculture. Faute d'installations de transformation et d'entreposage, les agriculteurs pauvres sont des producteurs et vendeurs nets de produits vivriers immédiatement après la récolte. Ils vendent donc quand les prix sont au plus bas pour devenir ensuite des acheteurs nets d'aliments plus tard dans l'année, quand les prix sont élevés.

Le coût du carburant, des semences, des engrais et des pesticides et l'inflation générale font obstacle à l'amélioration de la productivité agricole.

Surveillance des prix des denrées alimentaires

Le bureau régional de la FAO a mis en place un système de surveillance qui fournit à la FAO et à d'autres organisations internationales des informations sur les marchés nationaux. Des données relatives aux prix, à la production, aux mesures en matière de politique commerciale, aux réserves alimentaires et aux décisions des pouvoirs publics sont régulièrement communiquées à la FAO, avec l'aide du PAM, du PNUD et de la Commission européenne.

La  FAO travaille en partenariat avec l'Association sud-asiatique de coopération régionale (ASACR) et l'Association des nations de l'Asie du sud-est (ANASE) pour faire front à la flambée des prix des aliments. L'action est centrée sur la mise en place de banques alimentaires et le renforcement des systèmes de réserves alimentaires dans la région.

Femme vannant le riz pour séparer les grains de la paille et de la balle
Femme vannant le riz pour séparer les grains de la paille et de la balle
Deforestation is one challenge in isolated Nepal