FAO.org

Accueil > Region_collector > Proche-Orient et Afrique du Nord > Nouvelles > Detail
Bureau régional de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord

La FAO et CIHEAM discutent un rapport important à Paris

«Zéro gaspillage en Méditerranée : Ressources naturelles, alimentations et connaissances »

@CIHEAM , Les inetrvenants lors de la présentation du rapport

Paris, France, 24 Janvier 2017


Coproduit par l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéenne (CIHEAM), le rapport Mediterra 2016 intitulé «Zéro gaspillage en Méditerranée : Ressources naturelles, alimentations et connaissances » a été présenté à Sciences Po Paris, ce mardi 24 janvier 2017. Il analyse les défis multiples à relever en matière de gaspillage et propose des solutions, mettant en exergue l’importance de cet enjeu pour un développement durable, responsable et inclusif dans les pays de la Méditerranée.

Pour favoriser les échanges autour de cette question centrale du développement agricole et rural, un débat a été organisé en collaboration avec les Presses de Sciences Po, éditeur de ce rapport, en présence de Enrico Letta, Doyen de l’Ecole des Affaires internationales de Sciences Po et ancien Président du conseil italien ; Abdessalam Ould Ahmed, sous-directeur général et représentant régional de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord ; Cosimo Lacirignola, secrétaire général du CIHEAM et Sébastien Abis, coordinateur scientifique et technique de Mediterra 2016.

Mediterra 2016 démontre l’importance de la lutte contre le gaspillage à travers la mise en œuvre d’approches plus durables tout le long de la chaine de production alimentaire et agricole et aussi en matière d’élaboration de politiques publiques.

Le rapport signale que la Méditerranée détient seulement 3% des ressources mondiales en eau mais abrite plus de la moitié des populations dites «pauvres en eau» dans le monde, soit plus de 180 millions de personnes

En effet, il ressort de ce rapport que le gaspillage des ressources naturelles rend impossible tout développement durable alors que les disponibilités en eau et en terre se réduisent, les chocs climatiques augmentent avec des impacts désastreux sur les productions et que les pêches et les forêts sont plus que jamais en danger.

les intervenant ont signalé que l'effritement des terres arables en raison d'une « urbanisation rapide», érosion, salinisation des sols, désertification ou incendies sont autant de défis à relever

Le gaspillage alimentaire, sur lequel est revenu les intervenants, est présenté comme une priorité absolue au regard de la croissance démographique dans la région et des exigences des consommateurs à un moment où il est demandé, simultanément, de « produire plus et mieux, avec moins». Durant le débat, il a par ailleurs été rappelé à quel point l’insécurité alimentaire était liée aux instabilités sociales mais que cet enjeu stratégique restait encore largement sous-estimé.

Le rapport a signalé qu'en Afrique du nord, l'âge moyen des agriculteurs est de plus de 50 ans alors que la région affiche l'un des taux de chômage chez les jeunes et les femmes, les plus élevés au monde

Mediterra analyse enfin la question du gaspillage des connaissances, un gaspillage insidieux qui pèse sur la transmission intergénérationnelle et menace de disparition les savoirs et les savoir-faire traditionnels agricoles, halieutiques, ruraux et gastronomiques en Méditerranée. La relégation de certaines zones rurales, le non emploi, la « fuite des cerveaux » ou les modes de gestion inadaptés aux territoires sont autant de ressources perdues ou en tout cas mal utilisées. Des ressources humaines et des potentiels précieux pour les régions rurales sont ainsi gâchés en particulier chez les jeunes et les femmes.

Les intervenants confirment que la Méditerranée, représente une loupe grossissante qui met en évidence les défis sociaux, économiques et environnementaux des enjeux agricoles et alimentaires dans le monde

Le gaspillage revêt des dimensions sociétales, organisationnelles, économiques, techniques et environnementales autant de défis communs à relever mais pour lesquels de nombreuses solutions existent faisant appellent, à la fois, aux innovations techniques et sociales, à la recherche et l’enseignement orientés vers les besoins et à des actions menées dans le cadre d’une coopération méditerranéenne multilatérale renforcée.


24/01/2017

Partagez