FAO.org

Accueil > Region_collector > Proche-Orient et Afrique du Nord > Perspectives régionales > Raréfaction des ressources en eau
Bureau régional de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord
©FAO/John Isaac

L’Initiative sur la raréfaction de l’eau permettra aux gouvernements, aux organisations internationales, à la société civile et au secteur privé de rechercher ensemble des politiques participatives et innovantes en faveur de l’utilisation et de la gestion durable de l'eau, une ressource rare qui est vitale pour la sécurité alimentaire des pays du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord.

Initiative sur la raréfaction des ressources en eau au Proche-Orient

Un partenariat pour le programme régional sur la réforme de la gestion de l'eau

Un réseau de partenaires, constitué de plus de trente organisations régionales et internationales, travaille pour fournir aux États Membres d'innombrables occasions d'apprendre et de partager des pratiques sur l'utilisation et la gestion durable de l'eau. Les leçons apprises grâce à ces échanges sont déjà mises à profit par les partenaires pour formuler une Stratégie régionale de collaboration visant à relever les défis de la région dus au manque d'eau tout en soutenant des réformes innovantes et globales de la gouvernance pour renforcer l'efficacité et la responsabilité des institutions concernées.

Le réseau régional de partenaires va aussi soutenir les pays membres lors de la mise en œuvre de la stratégie au niveau régional et national.

Approche et méthodologies innovantes

L'Initiative utilise certains outils avancés tels que la comptabilisation des ressources en eau, la courbe des coûts de l'approvisionnement alimentaire, l'analyse des lacunes et le suivi systématique de la productivité de l'eau agricole pour quantifier les coûts-avantages d'autres options axées sur l'insécurité alimentaire, tout en soutenant les ressources hydriques. L'initiative s'appuiera sur la collecte, la gestion et l'analyse de données, pour soutenir la programmation stratégique des ressources et fournir des éléments concrets pour la formulation des politiques.

En tirant parti de l'expertise de la FAO et des partenaires, l'Initiative donnera des avis aux gouvernements et au secteur privé sur l'adoption de technologies modernes et de solutions institutionnelles pour améliorer l'efficacité et la productivité de l'utilisation de l'eau en agriculture, au profit de millions d'agriculteurs et des communautés rurales de la région.

Les options permettant d'économiser l'eau tout au long de la filière alimentaire seront partagées avec le secteur privé tandis que les gouvernements seront encouragés à promouvoir des cadres incitatifs qui replaceront les agriculteurs au centre de la gestion durable des ressources en terres et en eau.

Grâce à une efficacité et à une productivité accrues de l'utilisation de l'eau, à la formulation de politiques hydriques fondées sur des éléments concrets et à une nouvelle collaboration efficace entre les États Membres, l'Initiative contribuera à une amélioration globale de la sécurité alimentaire dans les pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord.

L'initiative soutiendra également les principaux processus décisionnels en cours dans la région, dont la " Stratégie pour la sécurité de l'eau dans les pays arabes" (2010-2030) " et "L'initiative Régionale pour l'évaluation des effets du changement climatique sur les ressources en eau et la vulnérabilité socio-économique dans la région arabe".

Faits et chiffres

  • Les ressources en eau douce de la région Proche-Orient-Afrique du Nord sont parmi les plus faibles au monde: elles ont diminué des deux tiers au cours des 40 dernières années et devraient encore baisser de plus de 50 pour cent d'ici 2050.
  • 90 pour cent des terres de la région se situent dans des zones arides, semi-arides et subhumides sèches, tandis que 45% de la superficie agricole totale est exposée à la salinité, à l'épuisement des éléments nutritifs des sols et à l'érosion due à l'eau et au vent.
  • Parallèlement, l'agriculture dans la région utilise environ 85 pour cent de l'eau douce totale disponible.
  • Plus de 60 pour cent des ressources hydriques de la région proviennent de l'extérieur, hors frontières régionales.