FAO.org

الصفحة الأولى > وسائل الإعلام > مقالات إخبارية
هذا المقال غير مُتاح بالعربية• سيُعاد توجيهكم إلى الإنجليزية•إضغط للإغلاق•

L’Ouganda comble ses lacunes de données forestières grâce aux technologies de cartographie de la FAO

L’innovation permet un traitement efficace des données par satellite à très faible coût

Photo: ©FAO/Giulio Napoletano
Les nouveaux outils permettront au gouvernement d’effectuer un meilleur suivi des ressources forestières nationales.
13 août 2013, Rome - La FAO a récemment introduit en Ouganda de nouvelles technologies de cartographie qui aideront le pays à produire des statistiques forestières plus complètes et des cartes de la couverture végétale. 

Les forêts et les produits forestiers ont une grande importance pour les moyens de subsistance de nombreuses communautés en Ouganda.  Les nouveaux outils permettront au gouvernement d'effectuer un meilleur suivi des ressources forestières nationales et de prendre des décisions en connaissance de cause sur les politiques forestières et les investissements à long terme, tout en évitant la conversion des forêts et la dégradation des fonctions de production et de protection des forêts.   

Des logiciels trop chers

Autrefois, la gestion du secteur forestier en Ouganda souffrait d'un manque de données fiables. Si les nouvelles avancées en télédétection et l'accès libre aux données par satellite facilitent désormais la production de données sur les superficies boisées, des utilisateurs comme l'Autorité forestière nationale de l'Ouganda (NFA) avaient une capacité limitée de tirer parti de ces progrès -les licences de logiciel pouvant coûter des dizaines de milliers de dollars.

La mise en œuvre des innovations de la FAO, en revanche, ne nécessite pas de gros investissements financiers.

Nouvelle approche intégrée d'analyse des données

Pour actualiser la carte de couverture végétale de l'Ouganda, la FAO et la NFA ont collaboré durant un cours de formation d'une semaine en traitement des images par satellite pour classer les images récentes et produire des statistiques.  L'équipe de la NFA a appris à utiliser une série d'outils open-source de traitement d'images.

"La formation a permis de résoudre notre plus gros problème et nous a donné l'impulsion pour étendre la cartographie de la couverture végétale à l'ensemble du pays; ce que nous souhaitions faire depuis longtemps", a déclaré John Diisi, Coordonnateur des systèmes d'information géographique /cartographie  à la NFA.

 "La fourniture gratuite de données de qualité par satellite, associée au traitement open-source des images, aux systèmes d'information géographique et autres outils statistiques, offrent des fonctions impressionnantes d'utilité et de souplesse", a précisé le spécialiste de télédétection de la FAO, Erik Lindquist. "Maintenant, nous pouvons aisément introduire des techniques avancées de traitement d'images et obtenir des résultats efficaces sans générer de coûts de logiciel pour les organisations avec lesquelles nous travaillons, ce qui est fondamental compte tenu des contraintes budgétaires que rencontrent les organismes forestiers nationaux du monde entier".

De grands résultats à moindre coût

"Cette initiative montre qu'en trouvant des moyens polyvalents d'utiliser les ressources limitées au bon endroit et au bon moment, on peut obtenir des résultats appréciables.  L'investissement initial direct, financé par le Gouvernement de Finlande, était d'environ 20 000 dollars, mais il a permis de libérer le potentiel de l'Ouganda qui a une valeur bien supérieure", a fait remarquer Kenneth MacDicken, Forestier principal à la FAO.

La nouvelle carte de la couverture végétale et les statistiques aideront l'Ouganda à améliorer ses capacités de suivi forestier. Les nouvelles données seront également intégrées au prochain rapport  de la FAO « Évaluation des ressources forestières mondiales 2015 ».