FAO.org

الصفحة الأولى > وسائل الإعلام > مقالات إخبارية
هذا المقال غير مُتاح بالعربية• سيُعاد توجيهكم إلى الإنجليزية•إضغط للإغلاق•

L’Angola, le Brésil et la FAO signent un accord de coopération Sud-Sud

Un projet de 2,2 millions de dollars renforcera la recherche agricole et vétérinaire

Photo: ©FAO/Paballo Thekiso
Une centaine de chercheurs angolais seront formés dans le cadre de cet accord

24 janvier 2014, Rome - L'Angola, le Brésil et la FAO travailleront en collaboration étroite pour renforcer la sécurité alimentaire dans le pays d'Afrique australe, en donnant un coup de pouce à ses travaux de recherche agricole et vétérinaire.

Dans le cadre d'un nouvel accord de coopération Sud-Sud, des chercheurs angolais recevront une assistance technique et une formation de courte durée du Centre brésilien de recherche agricole (EMBRAPA) qui a joué un rôle essentiel dans le succès du programme intérieur mis en place par le Brésil pour éradiquer la faim.

«La disponibilité de chercheurs et d'innovateurs hautement qualifiés, conscients de la complexité des défis de développement est essentielle si l'on veut obtenir de réels progrès dans le domaine de l'agriculture et de la sécurité alimentaire en Angola», a déclaré Laurent Thomas, Sous-Directeur général de la FAO pour la Coopération technique.

«Le Brésil a beaucoup à offrir, avec un savoir-faire technique qui n'est plus à démontrer, et cet accord marque un jalon important dans la coopération Sud-Sud entre les deux pays. C'est un modèle qui, nous l'espérons, sera suivi par d'autres pays du Sud.»

Facilité par la FAO, le projet biennal sera financé conjointement par l'Angola et le Brésil: l'Angola prendra à sa charge le coût financier de 2,2 millions de dollars, et le Brésil fournira une contribution en nature de 875 000 dollars à travers le travail des experts de l'EMBRAPA.

Le projet formulera une stratégie nationale d'innovation agricole, et il formera une soixantaine de chercheurs de l'Institut angolais de recherche agricole ainsi que 45 experts de l'Institut national de recherche vétérinaire.

Prenant la parole à la cérémonie de signature, Florêncio Mariano da Conceição e Almeida, Représentant permanent de l'Angola auprès de la FAO, a déclaré que le projet contribuerait aux efforts en matière de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté, grâce auxquels le pays a déjà atteint avant l'heure la cible de l'Objectif du Millénaire pour le développement (réduire de moitié d'ici à 2015 la proportion de personnes sous-alimentées).

Antonino Marques Porto e Santos, Représentant permanent du Brésil auprès de la FAO, a cité un message adressé par l'ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, au président angolais José Eduardo Dos Santos: «La ressemblance entre la savane africaine et le cerrado brésilien offre d'immenses perspectives à l'EMBRAPA pour intervenir sur le continent africain. Le Brésil aimerait aider l'Angola à diversifier et réaliser son potentiel économique et agricole considérable et à assurer son auto-suffisance et sa souveraineté alimentaires.» 

L'initiative de Coopération Sud-Sud de la FAO

La FAO a lancé en 1996 son initiative de coopération Sud-Sud pour faciliter la coopération entre les pays en développement du Sud et les inciter à s'entraider pour améliorer la sécurité alimentaire.

Depuis lors, une cinquantaine d'accords ont été signés et plus de 1 800 experts venus de 15 pays fournisseurs ont été déployés pour soutenir des initiatives de sécurité alimentaire dans plus de 50 pays en développement.

L'EMBRAPA et la FAO ont conclu un partenariat officiel en février 2013 afin d'identifier des possibilités d'exploiter le plus efficacement l'expérience et les compétences du Brésil dans la lutte contre la faim.