FAO.org

الصفحة الأولى > وسائل الإعلام > مقالات إخبارية
هذا المقال غير مُتاح بالعربية• سيُعاد توجيهكم إلى الإنجليزية•إضغط للإغلاق•

Un nouveau mécanisme de financement de la FAO entre en scène

Suède et Pays-Bas, premiers partenaires pour un montant total de 26 millions de dollars de contributions

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
La FAO apporte son aide pour améliorer la sécurité alimentaire des familles vulnérables comme ici au Niger

29 novembre 2010, Rome - La Suède et les Pays-Bas sont aujourd'hui les premiers pays à avoir alloué des fonds au nouveau programme multipartenaires de la FAO, dans le droit fil de la réforme de l'Organisation. Ces contributions volontaires d'un montant total de 26 millions de dollars sont à utiliser d'ici 2013.

Le nouveau Mécanisme d'appui au programme multipartenaires (FMM) a été conçu pour permettre aux partenaires-ressources de la FAO d'octroyer leurs contributions directement au profit du Programme de travail et de budget.

Regain de confiance

"La prompte adhésion de la Suède et des Pays-Bas au mécanisme est encourageante", a souligné le Sous-Directeur général de la FAO, José María Sumpsi, qui a signé l'accord avec les deux pays. "Elle montre également que le renouveau de la FAO engendre un regain de confiance pour l'Organisation et les réformes en cours. Notre souhait est que d'autres pays se joignent à cette initiative", a-t-il ajouté.

La nouveauté du système est que les contributions volontaires ne sont plus rattachées à un programme ou un projet spécifique mais sont versées au budget de la FAO au même titre que les contributions obligatoires des Etats membres. Cela signifie que la FAO peut les utiliser selon les circonstances, conformément au Protocole d'accord, pour produire des résultats concrets pour les populations victimes de la faim.

De nouveaux fonds en faveur des Objectifs généraux de la FAO

L'accord a pour vocation de promouvoir la contribution continue de l'alimentation et de l'agriculture durable à la réalisation des Objectifs mondiaux de la FAO, à savoir l'accès de tout un chacun à une nourriture saine en quantité suffisante, la contribution de l'agriculture et du développement durables au progrès économique et social, et la conservation et l'utilisation durable des ressources naturelles. 

La contribution de la Suède (environ 19 millions de dollars jusqu'en 2013) servira à financer les activités destinées à relever les défis du changement climatique par une gestion durable des ressources naturelles et des moyens d'existence ruraux.  

C'est la première contribution significative de la Suède, membre du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, au budget administratif central du Traité.

La contribution des Pays-Bas (quelque 7 millions de dollars) soutiendra les activités d'assistance aux politiques et de renforcement des capacités au niveau des pays.