Este artículo no esta disponible en español.

Haga clic aquí para cerrar este mensaje.

Le Directeur général de la FAO souligne le rôle crucial de la biodiversité dans la lutte contre les zoonoses

M. Qu se félicite d’une nouvelle initiative franco-allemande lors d’une réunion tenue en présence de M. Macron et de Mme Merkel

12 janvier 2021, Paris/Rome - Le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, après avoir insisté sur les liens étroits qui existent entre la santé environnementale, animale et humaine, a réitéré l'engagement pris par la FAO de contribuer à l'intégration de la biodiversité dans tous les secteurs de l'agriculture, y compris dans le cadre de l'Initiative Main dans la main.

«La pandémie du COVID-19 a mis en évidence les liens étroits entre la santé humaine, animale et environnementale, dans un contexte où les contacts entre les humains, le bétail et les espèces sauvages et la dégradation des écosystèmes augmentent», a déclaré lundi le Directeur général, avant de souligner «l'importance de la durabilité environnementale, qui est un facteur déterminant de la réussite à long terme de l'approche «Une seule santé pour tous».

Il a mentionné l'aide importante que la FAO a apportée lors de l'établissement du Conseil d'experts de haut niveau «Une seule santé» et a souligné qu'il fallait apporter une réponse aux inégalités dans le domaine de la santé, car «on ne peut pas parvenir à la sécurité sanitaire si les personnes vulnérables des zones rurales sont laissées de côté».

Le Directeur général a indiqué que la FAO avait intensifié ses activités à l'interface de l'approche «Une seule santé» et de la remise en état des écosystèmes, et que l'Organisation se félicitait du lancement du programme PREZODE (PREventing ZOonotic Diseases Emergence [Prévenir l'émergence des zoonoses]), qui vise à cartographier, évaluer et atténuer les risques liés aux agents pathogènes zoonotiques qui pourraient émerger.

Il a ajouté que le programme PREZODE pouvait compter sur le travail de terrain et l'expérience mondiale de la FAO et a donné l'exemple du réseau «Une seule santé» du Centre d'urgence pour la lutte contre les maladies animales transfrontières, qui comprend plus de 400 spécialistes de la santé animale et œuvre dans 36 pays d'Afrique et d'Asie, ainsi que ceux des centres de référence de l'Organisation et du programme de surveillance en laboratoire. Le Directeur général a proposé d'utiliser le nouveau Centre mixte FAO/OMS, dont les travaux portent notamment sur la sécurité sanitaire des aliments, les maladies animales et la résistance aux antimicrobiens, et le Centre sur les techniques nucléaires dans l'alimentation et l'agriculture, qui est dirigé par la FAO et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), comme plateformes d'appui en faveur du dialogue scientifico-politique.

Lors de la réunion, le Directeur général s'est exprimé aux côtés du Président Macron, de la Chancelière Merkel, du Président du Conseil européen, M. Charles Michel, et du Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il a exhorté toutes les parties prenantes, notamment les organismes du système des Nations Unies, les gouvernements, les organisations de la société civile et le secteur privé, à s'engager en faveur de l'approche «Une seule santé pour tous, par tous, pour une planète en bonne santé» et, à cette fin, à œuvrer de manière «historique, globale, cohérente et collective».

Le Président Macron a remercié le Directeur général pour le rôle que la FAO joue en matière de promotion de la cohérence du programme international en faveur de la biodiversité et de la santé humaine. Lors de ce sommet, qui a duré une journée, sont notamment intervenus le Prince de Galles, le Secrétaire général de l'ONU, M. Antonio Guterres, et le Président du Groupe de la Banque mondiale, M. David Malpass, ainsi que les chefs de gouvernement du Canada, de l'Italie, de la Norvège et du Royaume-Uni et le Vice-Premier ministre chinois, M. Han Zheng. Le Président de la République démocratique du Congo, M. Félix Tshisekedi, et le Premier ministre des Pays-Bas, M. Mark Rutte, faisaient également partie des participants de haut niveau à la manifestation.

PREZODE

Le programme PREZODE, qui a été lancé aujourd'hui à l'occasion du Sommet une seule planète en faveur de la biodiversité (2021) convoqué par le Président français, M. Emmanuel Macron, vise à renforcer la coopération entre les continents, afin de lutter contre les maladies humaines d'origine animale, qui représentent près de deux tiers des maladies infectieuses humaines et pas moins de 75 pour cent des nouvelles maladies apparues ces dix dernières années.

Contribution de la FAO

L'approche «Une seule santé» est l'un des principaux piliers du Programme FAO d'intervention et de redressement dans le contexte du COVID-19, qui a mobilisé près de 200 millions de dollars américains jusqu'à présent et dont l'ambition est d'éviter que la crise sanitaire ne se transforme en crise alimentaire, tout en s'attaquant durablement aux facteurs de risque fondamentaux.

Le Directeur général a insisté sur sa détermination à optimiser les stratégies de développement globales, afin d'éviter d'aggraver les déséquilibres dans la nature et dans la société. «On ne peut pas parvenir à la sécurité sanitaire si les personnes vulnérables des zones rurales sont laissées de côté», a-t-il déclaré. En outre, la FAO est considérée comme un centre d'excellence au vu des efforts qu'elle mène pour limiter l'émergence et la transmission de maladies d'origine animale telles que la maladie à virus Ébola, le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient et la grippe aviaire. En outre, la FAO gère des projets qui s'appuient sur une approche globale du développement rural dont la valeur s'élève à plus de 500 millions de dollars américains - notamment sur la biodiversité, les écosystèmes, les forêts et d'autres facteurs environnementaux - afin de contribuer à éviter l'apparition de zoonoses potentielles.

Les projets et les réseaux de la FAO peuvent apporter sur le terrain une contribution précieuse aux efforts de suivi et de surveillance menés dans le cadre de PREZODE, a déclaré le Directeur général, avant d'ajouter que l'Initiative phare Main dans la main visait également à généraliser les objectifs en matière de biodiversité.

Les priorités de la FAO dans le cadre de son approche «Une seule santé» sont de: renforcer le suivi, la surveillance et les systèmes d'établissement de rapport à tous les niveaux; comprendre les facteurs de risque, notamment socioéconomiques et culturels, de propagation de maladie des espèces sauvages aux animaux domestiques et aux humains; renforcer les capacités à tous les niveaux afin d'améliorer le partage d'information et la coordination entre les institutions et les parties prenantes; renforcer la santé des animaux et des végétaux, les infrastructures et les pratiques sûres dans le secteur de la production alimentaire et animale, du producteur au consommateur; renforcer les capacités du secteur de l'alimentation et de l'agriculture à minimiser les risques de résistance aux antimicrobiens

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Le Directeur général de la FAO, QU Dongyu, s’exprime lors du sommet One planet pour la biodiversité à Paris.