FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Les dirigeants du Pacifique inquiets face aux impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire et les systèmes alimentaires

Pendant la réunion de haut-niveau à la FAO, les dirigeants du Pacifique ont publié une déclaration conjointe pour “ appeler à agir” lors de la COP23

Photo: ©FAO/Alessandra Benedetti
Les dirigeants du Pacifique se sont réunis à la FAO avant leur participation à la Conférence de l’ONU sur le climat, la COP 23.

11 novembre 2017, Rome - Le changement climatique représente une menace pour les systèmes alimentaires et la sécurité alimentaire des îles du Pacifique, ont averti les dirigeants de neuf Petits états insulaires en développement (PEID) mais aussi les représentants d'organismes de développement régional ainsi que la Nouvelle-Zélande et l'Australie lors d'un évènement de haut-niveau présidé aujourd'hui par M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

La réunion a eu lieu à quelques jours de la participation des dirigeants de la région Pacifique à la Conférence de l'ONU sur le climat à Bonn, la COP23 et s'est achevée sur la signature d'une déclaration conjointe, un appel à agir qu'ils emmèneront à la COP 23.

Dans cette déclaration, les dirigeants de la région Pacifique appellent tous les pays à " aller au-delà des engagements pris auparavant et de poursuivre les efforts visant à limiter l'augmentation des températures à  1.5 °C,  comme aux niveaux de l'ère préindustrielle afin de réduire les impacts négatifs sur la sécurité alimentaire et la nutrition, les habitats côtiers et les moyens d'existence des personnes qui dépendent des océans." 

Selon la déclaration, la limite fixée à 1.5 degré permettra de " maintenir la résilience des moyens d'existence et d'encourager les partenariats visant à developper durablement les îles du Pacifique.

Hausse des maladies non transmissibles dans la région du Pacifique . 

Le groupe s'est également dit inquiet des impacts négatifs de la malnutrition qui a notamment eu pour conséquence la hausse des maladies non transmissibles - à l'origine de 75 pour cent des décès chez les adultes dans la région Pacifique - et a appelé à prendre des " actions intégrées et plus proactives afin de promouvoir des politiques destinéesà lutter contre les défis liés  à l'insécurité alimentaire, en particulier pour les questions liées à l'obésité, les retards de croissance, l'émaciation et les maladies non transmissibles."

Le groupe a reconnu l'importance du Programme d'action mondial sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans les PEID de la FAO et de ses partenaires, qui recommande d'agir à l'échelle locale, nationale, régionale et mondiale afin de stimuler la sécurité alimentaire et la nutrition et à ainsi appelé à sa validation par tous et à sa mise en œuvre immédiate.

Les îles du Pacifiques sont très dépendantes de leurs océans pour leurs moyens d'existence et leur sécurité alimentaire, les dirigeants ont donc de nouveau exprimé leur inquiétude vis-a-vis de la dégradation des écosystèmes et ont appelé la communauté internationale à  les aider à optimiser les secteurs de la pêche et de l'aquaculture de manière durable afin que cela bénéficie aux Petits états insulaires en développement.

Pour beaucoup d'îles, les impacts du changement climatique représentent de graves menaces pour leur survie, leur viabilité et entraînent pour certains des pertes de territoire.

La FAO s'est engagée à soutenir les îles du Pacifique et à améliorer les vies des populations rurales et côtières. Dans son allocution introductive, M. Graziano da Silva a indiqué qu'il partageait les inquiétudes des dirigeants du Pacifique sur les impacts négatifs du changement climatique sur la sécurité alimentaire et la nutrition et s'est dit préoccupé par sa tendance à exacerber le fardeau de la malnutrition et les niveaux alarmants de surpoids et d'obésité.

 " Vous souffrez de choses que vous n'avez pas provoqué, de choses dont vous n'êtes pas responsables, des impacts du changement climatique,"  a déclaré le Directeur général de la FAO.

 " C'est ce que la FAO offre - un soutien pour que vous soyez en mesure de faire face au changement climatique, pour vous aider à intensifier la culture des produits locaux étant donné que vous importez de plus en plus de nourriture. L'obésité est un gros problème, une épidémie contre laquelle nous devons lutter. Ensemble avec des partenaires tels que l'OMS, nous encourageons la consommation d'aliments frais, de fruits, de légumes et de poissons au lieu des aliments transformés. Nous faisons la promotion des produits locaux - de pain aux fruits pour qui nous avons conçu un programme pilote dans les îles Marshall, Samoa et Nauru et que nous envisageons d'ailleurs de multiplier et de développer," a-t-il ajouté.

Avec les événements liés à la Journée d'action pour les océans en cours aujourd'hui dans le cadre de la COP 23, M. Graziano da Silva a également souligné l'importance de l'Accord sur les mesures du ressort de l'Etat du port (PSMA), " le principal outil aujourd'hui à disposition de la communauté internationale pour lutter contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée".

Il a exhorté les Etats des îles duPacifique à adhérer à l'accord. 

" Vos pays possèdent plus d'eau et de ressources naturelles à protéger que n'importe quel autre pays. C'est pourquoi l'Accord sur les mesures du ressort de l'Etat du port est important. La FAO s'est engagée à vous soutenir dans la mise en oeuvre du PSMA et afin de le contrôler. Nous pouvons vous aider à élaborer vos législations nationales, vos formations et à trouver le financement nécessaire pour mettre en oeuvre l'accord. Nous ne serons pas en mesure de protéger notre milieu marin si nous ne luttons pas contre la pêche illégale," a indiqué M.Graziano da Silva.

Ont participé à la reunion de haut-niveau d'aujourd'hui: 

  • M. José Graziano da Silva, Directeur-général, FAO

  • M.Taneti Maamau, Président, République de Kiribati

  • M. Baron Waqa, Président, République of Nauru

  • Mme Hilda Heine, Présidente, Republique des îles Marshall

  • M. Yosiwo P. George, Vice-président, Etats fédérés de Micronésie

  • M. Henry Puna, Premier ministre, îles Cook

  • M. Charlot Salwai Tabimasmas, Premier ministre, République du Vanuatu

  • Mme Fiame Naomi Mataafa, Vice-premier ministre, Samoa

  • M. Joshua Kalinoe, Envoyé spécial du Premier ministre, Papouasie Nouvelle Guinée

  • M. James Shaw, ministre du changement climatique Nouvelle Zélande

  • M. Aupito William Sio, ministre des populations du Pacifique, Nouvelle Zélande

  • M. Édouard Fritch, Président, Polynésie française

  • M. Colin Tukuitonga, Directeur-général, Secrétariat de la communauté du Pacifique

  • Mme Dame Meg Taylor, Secrétaire-générale, Forum des îles du Pacifique

  • M. James Movick, Directeur-général, Agence des pêches du Forum des îles du Pacifique

  • Andrew Daka,Directeur-général, Pan-Pacific Power Association

Partagez