FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Nouvelle base de données sur les prix alimentaires

Un instrument d'analyse interactif couvrant les marchés dans les pays en développement

Photo: ©FAO
Les prix alimentaires n'ont pas suffisamment baissé dans les pays pauvres
19 mars 2009, Rome - Dans le souci de suivre de près l'évolution des prix alimentaires - qui restent fermes dans l'ensemble -, la FAO vient de lancer une base de données interactive relative aux prix des denrées de base sur les marchés nationaux des pays en développement. Elle couvre pour l'instant 55 pays.

Disponible sur Internet, cet outil technologique montre les prix des différents produits alimentaires en dollars ou en monnaies locales en tenant compte des unités de mesure et de poids standards.

Il permet d'établir des comparaisons de prix entre les marchés nationaux et internationaux, entre les marchés locaux dans un même pays et entre les marchés de plusieurs pays.

"Alors que les prix des produits alimentaires sont en régression au plan international, ainsi que l'indique l'indice FAO des prix alimentaires, l'outil en question montre que ces prix ont baissé moins vite ou pas du tout dans les pays en développement", selon l'experte de la FAO Liliana Balbi.

"Cette base de données, facile à utiliser, est une source d'information précieuse pour les décideurs et responsables en matière de production agricole, commerce, développement et services humanitaires", ajoute-t-elle.

"L'inflation des prix alimentaires touche plus particulièrement les pauvres, car la part de leurs ressources consacrée à l'alimentation est bien plus grande que celle des populations aisées", poursuit Mme Balbi.

"L'alimentation représente 10 à 20 pour cent des dépenses du consommateur dans les pays industriels, contre 60 à 80 pour cent dans les pays en développement, ces derniers étant par ailleurs, pour la plupart, importateurs nets de denrées alimentaires".

Actuellement, quelque 963 millions de personnes, soit environ 15 pour cent de la population mondiale, endurent faim et sous-alimentation.

Ce nouvel instrument d'analyse a bénéficié d'une contribution financière de l'Espagne dans le cadre de l'Initiative de la FAO contre la flambée des prix alimentaires.

Des fonds supplémentaires sont requis pour étoffer la base de données et couvrir d'autres pays.