FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Lancement de la carte la plus complète au monde sur les stocks de carbone dans le sol

Il est essentiel de protéger et d’augmenter les stocks de carbone du sol afin d’améliorer la production alimentaire et d’atténuer le changement climatique, selon la FAO

5 décembre 2017, Rome - A  l' occasion de la Journée mondiale des sols, la FAO a lancé la carte mondiale la plus complète à ce jour montrant la quantité de stocks de carbone présents dans le sol.

La matière organique du sol et le carbone, en tant que son principal composant, sont essentiels pour la santé et la fertilité des sols, pour une bonne infiltration et rétention de l'eau, ainsi que pour la production alimentaire. Permettant de stocker du carbone, la conservation et  la restauration des sols est importante pour parvenir à une agriculture durable et atténuer le changement climatique.

Les sols mondiaux constituent le plus grand puits de carbone au monde permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Intensifier son rôle pourrait fortement compenser l'augmentation de dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère. La dernière Conférence sur le changement climatique à Bonn (COP23) a reconnu la nécessité d'améliorer le carbone du sol, la sante du sol et la fertilité du sol.

La Carte mondiale du carbone organique du sol montre les stocks de carbone organique présents dans les 30 premiers centimètres du sol et apporte des informations sur où trouver des régions naturelles contenant des stocks de carbone susceptibles d'être conservés, ainsi que les régions où le phénomène de séquestration du carbone pourrait être davantage exploité. Ces informations aident à prendre des décisions destinées à préserver ou à augmenter les stocks actuels de carbone dans le sol, contribuant ainsi à la lutte contre le changement climatique.

«Le sol est la base de l'agriculture, c'est de là que vient la nourriture», a déclaré Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, lors de la cérémonie de lancement de la Journée mondiale des sols, qui s'est tenue aujourd'hui au siège de la FAO, à Rome. «Maintenir les fonctions du sol et les services écosystémiques importants qu'ils rendent en contribuant notamment à la production alimentaire et en améliorant la résilience face au changement climatique requiert des pratiques de gestion des sols durables», a-t-elle ajouté.

Gérer les sols pour protéger les sols riches en carbone et restaurer les sols dégradés

Selon la carte, le sol contient près de 680 milliards de tonnes de carbone dans ses premiers 30 centimètres - soit le double de ce qui est présent dans notre atmosphère. Il s'agit d'une quantité importante par rapport au carbone stocké dans l'ensemble de la végétation (560 milliards de tonnes).

On trouve plus de 60% de ces 680 milliards de tonnes de carbone dans dix pays à travers le monde (Russie, Canada, Etats-Unis, Chine, Brésil, Indonésie, Australie, Argentine, Kazakhstan, République démocratique du Congo). Cela signifie que des mesures devront être prises en vue de protéger ces sols naturellement riches en carbone et d'éviter la libération d'émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

La dégradation d'un tiers des sols mondiaux a déjà entraîné la libération d'une énorme quantité de carbone dans l'atmosphère. Restaurer ces sols peut permettre de retirer jusqu'à 63 milliards de tonnes de carbone de l'atmosphère, contribuant ainsi à réduire les effets du changement climatique.

Augmenter la teneur en carbone des sols pour augmenter les rendements

Les sols à forte teneur en carbone organique seront généralement plus productifs, plus à même de purifier l'eau et de fournir aux plantes de meilleures conditions en termes d'humidité. L'eau stockée dans le sol sert de source pour 90 pour cent de la production agricole mondiale et représente près de 65 pour cent de l'eau douce.

Augmenter la teneur en carbone organique dans le sol, en améliorant notamment sa gestion, peut aider à maintenir la productivité lors de conditions climatiques plus sèches. Des mesures devraient donc être prises pour encourager la séquestration du carbone lorsque les conditions le permettent. Des pratiques innovantes, telles que le recours à des espèces d'arbustes à racines profondes, devraient également être encouragées.

« Maintenir mais surtout augmenter les stocks de carbone dans le sol devrait devenir obligatoire car cela nous permettra d'exploiter au mieux le potentiel du sol et de contribuer aux efforts visant à s'adapter au changement climatique et à en atténuer les effets, » a indiqué Mme Semedo.

Un procédé participatif

Cette première carte du carbone organique du sol développée à travers un procédé inclusif à l'initiative des pays a été soutenu par le Groupe technique intergouvernemental de la FAO sur les sols. Dernièrement, plus de 90 pays membres ont partagé leurs cartes nationales indiquant leurs stocks de carbone. Le travail de la FAO a ensuite consisté à en faire une seule carte mondiale. Il s'agit d'un pas  concret vers la réalisation de l'Objectif de développement durable numéro 15 -  La vie sur Terre. Pour ces pays, la prochaine étape sera de surveiller les niveaux de carbone organique dans leurs sols, en utilisant leurs systèmes nationaux d'information sur les sols, et de décider de la meilleure manière de les gérer, tout en contrôlant l'impact de ces mesures.

Le Prix Glinka World Soil décerné pour la deuxième fois

Au cours de la cérémonie, le Prix Glinka World Soil 2017 a été décerné à l'Association argentine des producteurs de cultures sans labours (AAPRESID) pour leurs efforts visant à promouvoir des pratiques de gestion durable des sols en luttant notamment contre l'érosion des sols, contribuant ainsi directement à la sécurité alimentaire en Amérique du Sud et dans le monde.

Le Prix Glinka World Soil, qui tire son nom du scientifique russe Konstantin D. Glinka, a été créé en 2016 par le Partenariat mondial sur les sols, avec le soutien de la Russie. Il rend hommage aux individus et organisations dont les activités ont contribué à promouvoir une gestion durable des sols et à protéger les ressources du sol.

Faits et chiffres sur les sols

• Grâce à une gestion durable des sols, nous pourrions produire jusqu'à 58% de nourriture en plus. La préservation des sols est essentielle afin de réaliser l'objectif Faim Zéro à travers le monde. 95% de la nourriture est produite à partir de nos sols.

• Dans le monde entier, près de 80% de la consommation calorique moyenne de chaque personne trouve son origine dans les cultures directement cultivées dans les sols.

• Cela peut prendre jusqu' à 1000 ans pour former 1cm de sol. 

• Les sols peuvent séquestrer près de 20 000 mégatonnes de carbone en l'espace de 25 ans, soit plus de 10% des émissions de gaz à effet de serre.

• Le sol filtre les dépôts, les pesticides, les nutriments des plantes, le sel, les bactéries, les virus, les métaux lourds et les produits chimiques organiques des ressources d'eau douce.

• Il y a plus d'organismes vivant dans une cuillerée de sol que de personnes sur Terre.

• La majorité des antibiotiques connus trouvent leur origine dans les bactéries du sol, y compris la pénicilline.

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Des femmes de la communauté Batwa, au Burundi, labourent le sol avant de planter des pommes de terres.

Partagez