FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires baisse en novembre malgré une industrie céréalière en plein essor

Une hausse de la production de maïs devrait faire augmenter le ratio stock-utilisation des céréales pour lui faire atteindre son plus haut niveau depuis 2002

Photo: ©FAO/Giuseppe Bizzarri
Des sacs de sucre dans un entrepôt au Brésil.

7 décembre 2017, Rome - Selon le dernier Indice des prix des produits alimentaires publié aujourd'hui, les prix mondiaux des produits alimentaires ont légèrement baissé en novembre, tandis que la baisse des prix des produits laitiers a permis de compenser la hausse des cotations pour le sucre et les huiles végétales.

L'Indice affichait une moyenne de 175,8 points en novembre, soit en baisse de 0,5 pour cent par rapport au mois précédent, mais en hausse de 2,3 pour cent par rapport à la même période l'année dernière.

La FAO a également revu à la hausse ses prévisions concernant les approvisionnements céréaliers mondiaux et s'attend maintenant à ce que les réserves céréalières atteignent environ 3 331 millions de tonnes, soit un niveau record.

L'Indice FAO des prix des produits alimentaires est un indice pondéré par les échanges commerciaux qui permet de suivre l'évolution mensuelle des principaux groupes de produits alimentaires.

La baisse de novembre s'explique par la baisse de 4,9 pour cent de l'Indice FAO des prix des produits laitiers, tandis que les cotations pour le beurre, le fromage, la poudre de lait écrémé et la poudre de lait entier ont toutes diminué.

L'Indice FAO du prix du sucre a par contre augmenté de 4,5 pour cent au cours du mois, principalement en raison des exportations en provenance du Brésil et des inquiétudes suscitées par une éventuelle hausse des prix des huiles qui entraînerait une production plus importante d'éthanol.

L'Indice FAO des prix des huiles végétales a également augmenté d'1,2 pour cent pendant le mois, stimulé par la hausse des prix de l'huile de soja, tandis que l'huile de palme a perdu de sa valeur en raison de stocks plus importants que prévu en Malaisie.

L'Indice FAO du prix de la viande est resté globalement inchangé, tandis que les prix de la viande bovine ont augmenté et que les cotations pour la viande porcine ont diminué.

L'Indice FAO des prix des céréales a enregistré une légère augmentation en novembre, grâce à une hausse d'1,1 % des cotations internationales pour le riz.

Une production céréalière et des stocks plus importants

La FAO a nettement revu à la hausse ses prévisions concernant la production mondiale céréalière pour lui faire atteindre 2 627 millions de tonnes, soit près de 13,4 millions de tonnes en plus que les projections avancées en octobre. Pour la majeure partie, cette hausse s'explique par des estimations tablant sur des rendements de maïs plus conséquents aux Etats-Unis et par une hausse importante des plantations de maïs en Indonésie.

La production mondiale de blé devrait atteindre 754,8 millions de tonnes, tandis que la production de riz devrait atteindre les 500,8 millions de tonnes, soit juste en-deçà des niveaux record enregistrés en 2016.

L'utilisation mondiale de céréales devrait augmenter d'1,2 pour cent au cours de la saison 2017/18 pour atteindre les 2 599 millions de tonnes, avec plus de riz et de blé destiné directement à la consommation humaine et plus de céréales secondaires utilisées pour nourrir les animaux.

Selon la dernière projection de la FAO, les stocks mondiaux de céréales devraient augmenter pour atteindre un niveau record de 726 millions de tonnes. Les stocks de blé et de maïs devraient tous les deux également atteindre des niveaux record.

Les gros stocks devraient, quant à eux, permettre de faire augmenter le ratio stock-utilisation des céréales de 27,3 pour cent d'ici la fin de la saison 2017/18, pour lui faire atteindre son plus haut niveau en l'espace de 16 ans.

Partagez