La FAO et l'OIM renforcent leur coopération sur la migration

Les deux organisations présideront le Groupe mondial sur la migration

24 Janvier 2018, Rome/Genève - En vue de la coprésidence en 2018 du Groupe mondial sur la migration (GMG) et pour renforcer leur collaboration, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont signé aujourd'hui un nouveau protocole d'accord.

Comprenant plus de 20 agences des Nations Unies, le GMG a été reconnu comme une source de soutien technique et de conseil aux Etats membres et sera co-présidé par la FAO et l'OIM en 2018.

Le nouvel accord servira de base à la FAO et à l'OIM pour intégrer une approche de développement dans les initiatives mondiales et les forums sur la migration, en soulignant l'importance du développement agricole et rural dans le contexte de la migration.

Il permettra également de renforcer la collaboration en matière de plaidoyer stratégique, de générer et de partager les connaissances et de conseiller sur la conception, la mise en œuvre et le suivi des programmes adoptés par les pays pour intégrer la migration dans leurs politiques nationales de développement.

Des liens plus étroits sont essentiels en vue des négociations intergouvernementales menant à l'adoption du Pacte mondial pour une migration sûre, régulière et ordonnée d'ici  la fin de 2018.

Les Pactes mondiaux qui seront élaborés cette année - un pour la migration et un autre pour les réfugiés - seront le produit d'un processus mené par les pays et fourniront un ensemble complet de principes et d'approches communs pour améliorer, compléter et renforcer les cadres politiques au triple niveau national, régional et mondial.

L'OIM est la principale organisation internationale pour les migrations et a rejoint le système onusien en 2016. Le travail de la FAO auprès des petits agriculteurs et en matière de sécurité alimentaire et de développement rural offre une occasion unique de lutter contre les causes profondes des migrations forcées.

Développement rural et migration

La migration nécessite une approche globale et intégrée prenant en compte les nombreux facteurs qui ont un impact sur le phénomène migratoire, notamment les dimensions agricoles et rurales.

Le travail de l'OIM a pour objectif d'améliorer la gouvernance en matière de migration par le biais de son réseau de bureaux dans le monde entier en travaillant sur la politique et l'assistance technique, le renforcement des capacités et les interventions d'urgence. L'une des principales missions de la FAO est de lutter contre les facteurs de la migration irrégulière et d'exploiter au mieux son potentiel de développement en investissant notamment dans la création d'emplois dans les zones rurales d'origine et en améliorant la stabilité et la résilience des ménages ruraux. Les deux organisations appellent à intégrer le thème de la migration de manière explicite - avec ses causes et son potentiel - dans les politiques nationales portant sur le changement climatique et le développement rural.

La FAO et l'OIM: montrer la voie pour renforcer la collaboration

La décision de renforcer la collaboration entre la FAO et l'OIM a été réitérée en 2016 lorsque le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva, avait rencontré l'Ambassadeur William Lacy Swing, Directeur général de l'OIM, en marge du Sommet humanitaire mondial. 

En juillet 2017, lors de la 40e session de la Conférence de la FAO, les deux dirigeants ont évoqué les mesures nécessaires pour contrer les migrations induites par le changement climatique et ont diffusé un dossier conjointsur le sujet. Les deux organisations collaborent également avec le FIDA, le PAM et l'OCDE pour l'élaboration d'un rapport technique conjoint sur les liens entre la sécurité alimentaire et les migrations.

En tant que co-présidents du GMG en 2018, la FAO et l'OIM collaboreront de manière étroite avec le Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général (OSRSG) conformément  par la requête émise dans le rapport du Secrétaire général de l'ONU « Rendre les migrations bénéfiques à tous ». Leur coopération aura pour mission de rassembler, de proposer des idées, d'offrir des conseils politiques et d'aider à la mise en œuvre de la Déclaration de New York et du Pacte mondial sur la migration.

Photo: ©Nikos Economopoulos/Magnum Phot
Afin d'augmenter ses revenus, une ferme familiale tunisienne s’essaie à l’élevage biologique de volailles.

Partagez