FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Directeur général de la FAO appelle à un grand effort régional afin de lutter contre la hausse de la faim en Amérique latine et aux Caraïbes

La région ne peut retirer le soutien apporté aux plus vulnérables ces dernières années, d’après M. José Graziano da Silva

6 mars 2018, Montego Bay, Jamaïque  - «Il est essentiel de mettre en œuvre un grand effort à l'échelle régionale, en améliorant notamment les politiques de protection sociale, afin d'éradiquer la pauvreté rurale et de lutter contre la récente hausse de la faim dans la région Amérique latine et Caraïbes», a affirmé aujourd'hui le Directeur général de la FAO.

«La région ne peut retirer le soutien apporté aux plus vulnérables ces dernières années», a insisté M. José Graziano da Silva alors qu'il prenait la parole lors d'un événement dédié à l'objectif Faim Zéro, organisé en marge de la Conférence de la FAO pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

Les pays doivent maintenir l'ensemble des politiques, des plans et des programmes de protection sociale qui ont permis de réduire la faim de manière importante ces dernières années et les cas de malnutrition chronique dans la région.

Le dernier rapport de la FAO révèle qu'après plusieurs années de baisse constante, la prévalence de sous-alimentation dans la région a augmenté de 2015 à 2016, passant de 40 à 42,5 millions de personnes.

«La hausse a été particulièrement importante en Amérique du Sud, en grande partie à cause de la récession économique, de la hausse du taux de chômage et de l'érosion des réseaux de protection sociale dans plusieurs grandes économies de la sous-région», a indiqué M. José Graziano da Silva.

Pendant ce temps, le taux de sous-alimentation a continué de chuter en Amérique centrale et dans les Caraïbes, des sous-régions qui ont réussi à maintenir une tendance positive en matière d'éradication de la faim.

Une grande partie de la population n'a toujours pas accès à un système formel de protection sociale, en particulier dans les zones rurales de la région, empêchant de nombreux ménages ruraux et vulnérables d'accéder à des régimes alimentaires sains et à des moyens d'existence dignifiés.

«Compte tenu de toute l'expérience accumulée par les pays au fil du temps, la FAO est convaincue que la région est capable d'améliorer l'efficacité de ses politiques en atteignant des territoires et des communautés caractérisés par une forte insécurité alimentaire», a déclaré le Directeur général de la FAO.

Il est temps d'agir sur deux fronts: la faim et l'obésité

«Les 33 pays réunis à l'occasion d'une conférence régionale en Jamaïque doivent livrer deux combats au même moment, déployant des efforts pour lutter contre la faim mais aussi contre le surpoids et l'obésité», a souligné M. José Graziano da Silva. «Il s'agit d'une épidémie mondiale et la situation est particulièrement alarmante en Amérique latine et dans les Caraïbes, oùun adulte sur cinq dans 24 pays est considéré comme obèse, un chiffre supérieur à la moyenne mondiale», a-t-il ajouté.

«Nous devons garantir le droit de tous à la nourriture, mais également à une nourriture saine et appropriée», a-t-il déclaré.

«Promouvoir le secteur agricole est au cœur de la stratégie», a-t-il avancé, notant que les  agriculteurs familiaux connaissaient bien trop de contraintes pour accéder aux marchés, aux ressources naturelles, aux finances, aux assurances et aux services de conseil et de vulgarisation agricole.

«Les programmes publics conçus pour acheter les produits des  agriculteurs familiaux et pour développer des systèmes de transfert d'argent sont un bon exemple de la manière dont les politiques sociales peuvent être mises en œuvre avec brio» a-t-il précisé.

«Il est également temps d'établir des politiques qui permettront de transformer les systèmes alimentaires de la région en vue de les rendre plus équitables, inclusifs et sains», a indiqué M. José Graziano da Silva.

Photo: ©FAO
Le Directeur général de la FAO prend la parole lors de la Conférence régionale de la FAO à Montego Bay, en Jamaïque.

Partagez