FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Directeur général de la FAO appelle les pays de la région Asie-Pacifique à replacer la lutte contre la faim au cœur de leurs priorités

Lutter contre la faim et la malnutrition et s’adapter au changement climatique sont des priorités majeures pour la région

12 avril 2018, Nadi, Fidji - M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, a appelé les gouvernements de la région Asie-Pacifique à concentrer leurs efforts sur la réalisation de l'objectif Faim Zéro, en réduisant la pauvreté rurale et en adaptant les secteurs agricoles au changement climatique.

«Les pays doivent intensifier leurs efforts en vue de replacer la lutte contre la faim au cœur de leurs priorités», a déclaré M. José Graziano da Silva lors de l'ouverture de la Conférence régionale de la FAO pour l'Asie et le Pacifique aux îles Fidji.

«Ces deux dernières décennies, la région a réalisé des «progrès remarquables» en matière de réduction de la sous-alimentation mais a connu un certain ralentissement qui a entraîné une hausse du nombre de personnes souffrant de la faim dans certaines zones, en particulier en Asie du Sud-Est», a précisé le Directeur général.

Sur les 815 millions de personnes qui souffraient de la faim en 2016, 490 millions - soit 60 pour cent d'entre eux - vivent dans la région Asie-Pacifique.

Le Directeur général de la FAO a néanmoins insisté sur le fait que l'Objectif de développement durable numéro 2(ODD 2) Faim Zéro était toujours réalisable d'ici 2030. «Ainsi, il est essentiel de renforcer la résilience des communautés rurales (en particulier des agriculteurs familiaux) où on constate encore une concentration de la pauvreté et des souffrances liées à la faim».

M. José Graziano da Silva a souligné le fait que réaliser l'ODD 2 ne se limitait pas seulement à l'éradication de la faim, mais aussi à l'éradication de toutes les formes de malnutrition et que cela nécessitait d'aider les agriculteurs familiaux pauvres, les pêcheurs et les éleveurs à ajuster leurs systèmes de production et leurs pratiques.

M. José Graziano da Silva a fait ses remarques à l'occasion de la table ronde ministérielle sur la Faim Zéro, organisée en marge de la Conférence régionale.

Il est également essentiel que les pays travaillent à remédier aux grands nombres de contraintes économiques, sociales et techniques auxquelles sont confrontés les agriculteurs familiaux.

Le Directeur général de la FAO a en outre mis l'accent sur le fait que la rapide croissance économique de la région ne s'était malheureusement pas traduite par une hausse des revenus pour les communautés rurales. Pour remédier à cette situation, les systèmes de protection sociale sont très efficaces, tout comme les programmes d'alimentation scolaire, car les produits sont d'origine locale et fournis par les agriculteurs de la région.

Les îles du Pacifique sont confrontées aux impacts du changement climatique et à une épidémie d'obésité

« Les petits Etats insulaires en développement (PEID) et en particulier les îles du Pacifique sont les pays les plus vulnérables face au changement climatique», a précisé M. José Graziano da Silva. Ces dix dernières années, les îles Fidji ont été balayées par les cyclones Josie et Keni et cela souligne la nécessité pour les PEID de s'adapter au changement climatique et de renforcer leur résilience face aux catastrophes, une condition plus que cruciale afin de parvenir à un certain développement durable. «C'est une question de survie», a insisté le Directeur général de la FAO.

Il a également souligné que les îles du Pacifique faisaient face à un autre problème mondial: une épidémie d'obésité et de surpoids.

«La situation dans les îles du Pacifique est préoccupante. Nous y enregistrons les taux d'obésité les plus élevés au monde», a-t-il indiqué. Selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé, dans certains cas, près de 90 pour cent de la population de ces îles est en surpoids.

Après avoir reconnu que la surconsommation d'aliments transformés et à forte teneur en sel et en sucre était derrière l'une des principales causes du surpoids et de l'obésité, il a souligné la nécessité pour les pays d'encourager des régimes alimentaires sains.

«Les politiques publiques nationales sont essentielles afin de considérer la nutrition comme un problème public, il en est de la responsabilité de tout un chacun et les consommateurs doivent être conscients des bienfaits et des détriments de ce qu'ils mangent», a indiqué M. José Graziano da Silva. «Cela implique une éducation nutritionnelle, une multiplication des campagnes de sensibilisation, ainsi qu'une réglementation de l'étiquetage et des publicités», a-t-il ajouté.

Dans cette optique, le Programme d'action mondial (GAP) sur la sécurité alimentaire et la nutrition constitue un instrument clé afin que les politiques régionales et mondiales puissent répondre aux besoins et aux priorités des PEID.

«J'appelle les partenaires régionaux et internationaux à travailler ensemble aux côtés des PEID afin de mettre en œuvre le GAP et, lorsque cela est possible, d'apporter un soutien financier et technique», a insisté le Directeur général de la FAO.

La FAO encourage les pays à bénéficier du Fonds vert pour le climat

M. José Graziano da Silva a invité les pays à indiquer la manière dont la FAO pourrait mieux les aider au niveau de la planification et de la mise en œuvre des mesures et de la mobilisation du soutien financier, dans le but de renforcer la résilience des moyens d'existence ruraux.

Actuellement, la FAO aide 12 projets dans la région à bénéficier du Fonds vert pour le climat, un mécanisme qui aide les pays en développement à financer leurs efforts en faveur de la lutte contre le changement climatique. Dans la sous-région Pacifique, la FAO développe cinq projets dans les pays suivants: les îles Cook, les îles Fidji, les îles Tonga, Vanuatu, Samoa et les îles Salomon.

La Princesse Maha Chakri Sirindhorn de Thaïlande, Ambassadrice de bonne volonté pour  l'objectif Faim Zéro

Dans un message vidéo diffusé lors de la Conférence, la Princesse Maha Chakri Sirindhorn de Thaïlande a insisté sur le besoin d'adopter une approche holistique lorsqu'il s'agit d'éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes ses formes et a appelé à une plus grande diversité agricole.

La Princesse, qui est l'Ambassadrice de bonne volonté de la FAO pour l'objectif Faim Zéro dans la région Asie-Pacifique, a déclaré: «Trop dépendre de quelques cultures signifie que nous ne passons pas assez de temps et que nous ne dédions pas assez de ressources à produire d'autres aliments plus nutritifs tels que le lait, les œufs, les légumineuses, les fruits et les légumes. Nous devons nous efforcer de diversifier l'agriculture en vue de créer une diversité alimentaire, d'assurer des régimes alimentaires sains et ainsi de lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes», a-t-elle souligné.

Photo: ©FAO/Hurstel Yee
M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO aux côtés de Mme Kundhavi Kadiresan, Assistante du Directeur général et Représentante régionale pour l’Asie et le Pacifique lors de la 34ème session de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique.

Partagez