FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Europe et Asie centrale : L’objectif Faim Zéro menacé par la pauvreté et le changement climatique

Le Directeur général de la FAO appelle à agir afin d’encourager des régimes alimentaires sains et de lutter contre les pertes et le gaspillage alimentaires

Photo: ©FAO/Vasily Maximov
M. Graziano da Silva prend la parole lors de la Conference régionale de la FAO pour l’Europe.

16 mai 2018, Voronezh, Russie - «Atteindre l'objectif Faim Zéro en Europe et en Asie centrale implique de soutenir les petits exploitants agricoles et les agriculteurs familiaux afin de réduire la pauvreté et de gérer les ressources naturelles de manière durable face au changement climatique », a déclaré aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

La région " «a réalisé des progrès remarquables» en matière de réduction de la sous-alimentation ces dernières années, «mais dans certains pays, les souffrances liées à la faim représentent encore une vive source d'inquiétude», a précisé M. José Graziano da Silva lors du lancement de la Conférence régionale de la FAO pour l'Europe et l'Asie centrale, à laquelle participent plusieurs ministres et membres de gouvernement issus de 42 pays.

«Si l'on vent atteindre l'Objectif Faim Zéro d'ici 2030 et lutter contre la pauvreté rurale et les cas de malnutrition qui persistent en Europe et en Asie centrale, il est nécessaire de déployer davantage d'efforts», a souligné aujourd'hui le Directeur général de la FAO devant les participants à la Conférence.

«Après plus de 10 ans de constant déclin, la faim dans le monde a augmenté en 2016 et les données préliminaires indiquent que la prévalence de la sous-alimentation a également augmenté en 2017», a indiqué M. José Graziano da Silva.

Il a mis l'accent sur l'exemple de récents chiffres publiés par la FAO qui démontrent que 14 millions de personnes en Europe et en Asie centrale, principalement en milieu rural, sont toujours confrontés à une situation d'insécurité alimentaire. Le Tadjikistan, où 30 pour cent de la population souffre de sous-alimentation, la Moldavie (8,5 pour cent), la Géorgie (7 pour cent), le Kirghizstan (6,4 pour cent) et l'Ouzbékistan (6,3 pour cent) comptent parmi les pays les plus affectés par ce phénomène.

M. José Graziano da Silva a souligné l'importance du travail de la FAO dans la région en faveur de l'autonomisation des petits exploitants agricoles et des agriculteurs familiaux afin de réduire la pauvreté et en matière de gestion durable des ressources naturelles face au changement climatique.

Le surpoids et l'obésité

 Le Directeur général de la FAO a également fait remarquer qu'atteindre l'Objectif de développement durable numéro 2 (ODD 2) signifiait aller au-delà de l'objectif Faim Zéro et éradiquer toutes les formes de malnutrition, y compris les carences en micronutriments et la suralimentation.

«L'épidémie actuelle de surpoids et d'obésité qui touche le monde entier trouve son origine dans une surconsommation de produits transformés riches en sel et en sucre, et affecte également l'Europe et l'Asie centrale», a fait remarquer M. José Graziano da Silva, prenant l'exemple de Malte, de la Turquie et du Royaume-Uni, où près de 29 pour cent de la population est obèse.

«Les pays doivent remédier à cette situation en encourageant des régimes alimentaires sains. Les politiques publiques nationales sont fondamentales, la nutrition est un enjeu public, une responsabilité des Etats» a-t-il ajouté, insistant sur l'importance de l'éducation nutritionnelle, de la sensibilisation du public et de la réglementation des étiquetages et de la publicité.

Le changement climatique

Face au changement climatique, «soit l'un des principaux obstacles afin de parvenir à un certain développement durable», M. José Graziano da Silva a souligné «l'importance de promouvoir l'adaptation des systèmes alimentaires, surtout vis-à-vis des communautés rurales pauvres».

Il a souligné que le Fonds vert pour le climat était l'un des plus importants mécanismes disponibles pour financer les interventions des pays en développement désireux de lutter contre le changement climatique.

La FAO travaille en étroite collaboration avec de nombreux pays à travers le monde qui ont officiellement demandé l'aide de l'Organisation afin de préparer des projets qui seront soumis au Fonds vert pour le climat.

M. José Graziano da Silva a insisté sur le fait que la FAO s'engageait à explorer toutes les approches possibles en vue d'encourager la mise en œuvre de systèmes alimentaires en mesure de fournir une nourriture saine et abordable, tout en respectant l'environnement et la biodiversité.

Le Directeur général de la FAO a salué les différentes actions entreprises en Europe afin de lutter contre les pertes et le gaspillage alimentaires, telles que les banques alimentaires, et a appelé à réduire le gaspillage alimentaire de manière urgente. Il a également mis l'accent sur le fait qu'éviter le gaspillage alimentaire pouvait avoir un effet positif sur la protection de la terre et des autres ressources naturelles, en particulier l'eau.

Devant les participants à la Conférence, M. José Graziano da Silva a souligné que le plus important des objectifs de la FAO était de soutenir les Etats membres à réaliser l'ODD2, qui consiste à mettre un terme à la faim et à toutes les formes de malnutrition, tout en faisant la promotion du développement agricole durable.

Partagez