Le Conseil de l’UE souligne le rôle unique joué par la FAO en vue de parvenir à une certaine durabilité dans l’alimentation et l’agriculture

Le Conseil des ministres insiste sur l’importance de collaborer avec la FAO sur le changement climatique, la lutte contre le gaspillage alimentaire et la résistance aux antimicrobiens

18 juin 2018, Rome - Le Conseil de l'Union européenne a insisté sur le rôle de la FAO en tant qu'organisation fondée sur le savoir et dont les connaissances concernent des domaines variés tels que l'agriculture durable, la foresterie, la pêche, l'aquaculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Lors des délibérations, le Conseil a adopté des conclusions sur les priorités à moyen terme de l'UE et de ses Etats membres.

Le Conseil - composé des ministres de l'agriculture des 28 Etats membres et de la Commission européenne - a souligné que la « FAO jouait un rôle important en vue de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'Accord de Paris. »
Il a également été question que ses membres encouragent la FAO à « exploiter pleinement le potentiel que l'agriculture durable, la foresterie, la pêche et l'aquaculture ont à offrir afin de créer des synergies entre le changement climatique et les programmes de développement. »

La FAO a également été appelé à poursuivre ses efforts en vue d'encourager une production durable et de prêter particulièrement attention à l'agro-écologie, à l'agriculture biologique, à la durabilité des sols et à la gestion des forêts et des pêches.

« Nous saluons le fait que le Conseil de l'Union européenne ait réaffirmé son soutien pour la FAO et nous sommes impatients de poursuivre notre travail dans les domaines cités. Nos systèmes alimentaires doivent devenir durables, faute de quoi, ils ne pourront nourrir le monde, » a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

Le Conseil a souligné que l'Union européenne et ses Etats membres étaient « des contributeurs de premier ordre de l'ensemble du budget de la FAO. »

Parmi les priorités thématiques listées dans les conclusions figurent: une croissance économique inclusive et des emplois décents en milieu rural, la nutrition, la lutte contre les principaux facteurs de la pauvreté, des inégalités et des migrations irrégulières, la lutte contre la pêche illégale, non réglementée et non déclarée, le fait de faciliter l'accès des petits exploitants familiaux aux marchés, l'autonomisation des femmes et la réduction de la volatilité des prix des produits alimentaires.

La FAO travaille déjà dans tous ces domaines par le biaia du Cadre Stratégique et de son Programme de travail et de budget.

Des ressources précieuses telles que le Codex Alimentarius, la Convention internationale pour la protection des végétaux - tous les deux domiciliés à la FAO - et des activités conjointes entreprises par l'Organisation mondiale de la santé et l'Organisation de la santé animale par rapport aux maladies animales transfrontalières et à la résistance aux antimicrobiens ont été également été mises à l'honneur.

Le Conseil a appelé la FAO à rendre compte régulièrement des progrès accomplis au niveau de l'égalité des sexes et de ses partenariats visant à réaliser les Objectifs de développement durable.

« L'Union européenne est la plus importante source de contributions volontaires pour la FAO. Le programme établi par le Conseil des ministres est une motivation supplémentaire pour nous, pour approfondir la relation et travailler de manière étroite sur des questions qui détermineront si nous voulons que le monde de demain soit un monde d'équilibre ou de fragilité, » a indiqué M. Graziano da Silva

Photo: ©FAO/Luis Tato
Agriculture de conservation au Kenya.